La cigarette électronique est 2 fois plus efficace que le patch et la gomme de nicotine

Les cigarettes électroniques sont deux fois plus efficaces que les traitements de substitution de la nicotine tels que les patchs et les gommes, pour aider les fumeurs à arrêter de fumer selon un essai clinique mené par l’Université Queen Mary de Londres.


Les cigarettes électroniques sont deux fois plus efficaces que les traitements de substitution de la nicotine tels que les patchs et les gommes, pour aider les fumeurs à arrêter de fumer selon un essai clinique mené par l'Université Queen Mary de Londres.

L’essai multicentrique, auquel ont participé près de 900 fumeurs, ayant également bénéficié d’un soutien comportemental supplémentaire, a révélé que 18 % des utilisateurs de modernes étaient devenus non-fumeurs après un an, contre 9,9 % des participants qui utilisaient d’autres thérapies de remplacement de la . Soit, une efficacité double de la électronique par rapport à des méthodes traditionnelles préconisées par la médecine. Ce n’est pas étonnant que des entreprises pharmaceutiques et les fabricants de lorgnent sur ses dispositifs.

Un essai comparant la cigarette électronique avec les produits de remplacement de nicotine

Le chercheur principal Peter Hajek, professeur à l’Université Queen Mary de Londres, a déclaré: Il s’agit du premier essai visant à tester l’efficacité des cigarettes électroniques modernes pour aider les fumeurs à cesser de fumer. Les cigarettes électroniques étaient presque deux fois plus efficaces que la combinaison standard des produits de remplacement de nicotine.

Bien qu’un grand nombre de fumeurs aient déclaré avoir réussi à cesser de fumer avec l’aide de la cigarette électronique, les professionnels de la santé ont été réticents à en recommander l’usage en raison du manque de preuves claires tirées d’essais contrôlés randomisés. On espère que cette étude devrait supprimer les dernières réticences.

Le seul essai antérieur, comparant des cigarettes électroniques à des patchs de nicotine, avait utilisé d’anciens modèles de cigarettes électroniques connues comme des cig-a-likes. Ces anciens modèles libéraient une très faible quantité de nicotine et cette ancienne étude n’avait pas fait des comparaisons avec les patchs et les gommes.

L’utilisation des cigarettes électroniques plus récentes

La nouvelle étude, financée par l’Institut national de recherche en santé et publiée dans le New England Journal of Medicine, a été conçue pour tester l’efficacité à long terme des nouvelles cigarettes électroniques rechargeables par rapport à une gamme de traitements de remplacement de la nicotine.

Au total, 886 fumeurs ont fréquenté le service de santé britannique (Tower Hamlets, City, London, Leicester et East Sussex) et ils ont été randomisés pour recevoir, soit un traitement de remplacement de la nicotine de leur choix (patchs, gomme, pastilles, vaporisateurs, inhalateurs ou une combinaison de produits) pouvant durer jusqu’à trois mois ou un kit de démarrage d’e-cigarette avec un ou deux flacons d’e-liquide et un encouragement à acheter de futurs approvisionnements de leur choix en termes de taux de nicotine et de saveurs.

Des résultats sans appel en faveur de la cigarette électronique

Tous les participants ont reçu un soutien comportemental individuel pendant au moins quatre semaines, avec une surveillance du monoxyde de carbone dans l’air expiré. En plus des cigarettes électroniques qui étaient deux fois plus efficaces, les chercheurs ont constaté que :

  • Les participants étaient en grande partie des fumeurs dépendants d’âge moyen, avec 40 % ayant droit à des ordonnances gratuites (un marqueur de désavantage social ou de mauvaise santé).
  • Les taux d’abstinence étaient plus élevés dans le groupe des cigarettes électroniques à toutes les périodes.
  • Parmi les consommateurs abstinents, les participants à la cigarette électronique étaient plus susceptibles d’utiliser le produit attribué à 52 semaines que les participants au remplacement de la nicotine (79,8% contre 9,1%).
  • Parmi les participants qui n’ont pas atteint l’abstinence totale, un plus grand nombre d’utilisateurs de cigarettes électroniques (50 %) ont quand même réduit leur , validés par le texte de monoxyde de carbone.
  • Les participants à la cigarette électronique ont signalé davantage d’irritations à la gorge et à la bouche (65,4 % contre 50,8 %) et les participants au remplacement de la nicotine ont signalé davantage de nausées (37,8 % contre 31,4 %).
  • Les participants à la cigarette électronique ont signalé une baisse plus importante de l’incidence de la production de toux et de mucosités après 52 semaines.
  • Les deux produits ont été jugés moins satisfaisants que les cigarettes, mais les cigarettes électroniques ont donné une plus grande satisfaction et elles ont été jugées plus utiles que les traitements de remplacement de la nicotine.
  • Les abstentionnistes, utilisateurs d’e-cigarette, avaient moins envie de fumer 1 et 4 semaines après la date à laquelle ils avaient cessé de fumer. Ils ont également signalé une augmentation plus faible de l’irritabilité, de l’agitation et de l’incapacité de se concentrer après la première semaine d’abstinence, par rapport à ceux du groupe de remplacement de la nicotine.

L’auteur de l’étude, Dunja Przulj de l’Université Queen Mary de Londres, a déclaré: Les services britanniques spécialisés dans l’arrêt du tabagisme seront désormais plus enclins à inclure la cigarette électronique et la parmi leurs options de traitement, et les professionnels de la santé se sentiront plus à l’aise pour recommander l’utilisation de la cigarette électronique. Cela pourrait en définitive accélérer encore la réduction du tabagisme et des maladies associées au tabagisme.

Des recommandations pour intégrer la vape dans les services de cessation tabagique

Le professeur Hywel Williams, directeur du programme d’évaluation des technologies de la santé de l’INDH, a déclaré: Cette étude novatrice financée par l’INDH montre clairement que la cigarette électronique est presque deux fois plus efficace que la thérapie de remplacement de la nicotine pour aider les fumeurs à cesser de fumer. Cette étude fournira des preuves indispensables pour aider les citoyens et les décideurs à faire des choix éclairés.

Martin Dockrell, responsable du contrôle du tabac, de la Public Health England, a déclaré: Cette étude historique montre que le passage à la cigarette électronique peut constituer l’un des moyens les plus efficaces pour arrêter de fumer, en particulier lorsqu’il est associé à un soutien face à face. Les services de cessation tabagique devraient accueillir les fumeurs désireux d’arrêter de fumer avec l’aide d’une cigarette électronique.

Le fumeur doit pouvoir choisir librement son liquide et son taux de nicotine

L’étude a révélé un effet de cigarette électronique plus fort que lors d’essais précédents, ce qui pourrait être dû à l’inclusion des fumeurs qui cherchaient de l’aide, à la fourniture d’un soutien en face à face et à l’utilisation de cigarettes électroniques rechargeables, pour lesquels les fumeurs ont choisi leurs propres e-liquides.

Les chercheurs ajoutent que la raison pour laquelle les cigarettes électroniques se sont révélées plus efficaces que d’autres thérapies de remplacement de la nicotine pourrait être principalement parce qu’elles permettent une meilleure adaptation de la dose de nicotine aux besoins individuels, mais aussi parce qu’elles apportent certains aspects comportementaux de la cigarette.

L’étude a plusieurs limites. L’allocation des produits ne pouvait pas être ignorée, ce qui pourrait affecter les résultats si le remplacement de la nicotine était considéré comme une option inférieure et si les participants mettaient moins d’effort dans leur tentative d’arrêt. L’équipe a tenté de limiter les effets attendus en ne recrutant que des participants sans préférence marquée pour le produit et les résultats obtenus dans le groupe de remplacement de la nicotine ont été au moins aussi bons qu’en pratique courante.

Les résultats peuvent ne pas être généralisables aux fumeurs moins dépendants, ni aux cigarettes électroniques cigarette-like de première génération et des essais supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si les résultats se généralisent en dehors des services britanniques.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *