Pourquoi les méchants dans les films ont-ils toujours un rire diabolique ?

Le rire diabolique comme celui de Jafar dans Aladdin sont l’un des clichés les plus utilisés au cinéma ou dans un jeux vidéo. Mais pourquoi l’utilise-t-on aussi fréquemment ? Pourquoi est-il si efficace pour déclencher une réaction chez le téléspectateur ou le joueur ?


Christopher Lee dans le Dracula de 1958 - Crédit : Rex Features
Christopher Lee dans le Dracula de 1958 - Crédit : Rex Features

À la fin du film Aladdin (1992), le rival amoureux de notre héros, le diabolique Jafar, découvre l’identité secrète d’Aladdin et vole sa lampe magique. Le souhait de Jafar de devenir le plus puissant sorcier du monde est vite exaucé et il utilise ensuite ses pouvoirs pour bannir Aladdin jusqu’au bout de la Terre. Ce qui suit est un plan rapproché du corps de Jafar. Il se penche en avant, les poings serrés, l’air presque constipé. Il explose ensuite en gloussements incontrôlables qui résonnent dans le paysage.1 C’est un archétypique.

Le rire diabolique

On trouve partout dans les films pour enfants ainsi que dans de nombreux films d’horreurs pour adultes et films d’horreur, de telles démonstrations de plaisir devant le malheur des autres. Pensez simplement aux rires enregistrés par l’extraterrestre dans le premier Predator (1987) alors qu’il s’apprête à se faire exploser, pour tenter de tuer Arnold Schwarzenegger avec lui.2 Ou encore le ricanement glacial de Jack Nicholson dans The Shining (1980).3 Ou le rire moqueur de Wario chaque fois que Mario est vaincu.4

Un essai récent de Jens Kjeldgaard-Christiansen dans le The Journal of Popular Culture demande quelle peut être la derrière ce rire diabolique.5 Kjeldgaard-Christiansen, spécialiste de la communication à l’université d’Aarhus au Danemark, est bien placé pour apporter une réponse après avoir utilisé auparavant la psychologie de l’évolution pour expliquer les comportements des héros et des méchants dans la fiction de manière plus générale.6

Les profiteurs dans un groupe social

Dans ce travail, il a fait valoir que l’un des traits essentiels qu’un méchant devrait montrer est un faible ratio d’aide sociale : ce sont des profiteurs qui trichent et volent, prenant de leur communauté tout en ne contribuant à rien. Un tel comportement n’est pas souhaitable pour les sociétés modernes, mais c’était encore plus un désastre dans la lorsque la survie même du groupe dépendait de la contribution de chacun. En conséquence, explique Kjeldgaard-Christiansen, nous sommes cablés pour être particulièrement dégoutés par les profiteurs au point que nous pouvons nous sentir justifiés de les retirer du groupe, voire de les tuer.

Cependant, il existe des degrés de méchanceté et les personnes les plus dangereuses et méprisées sont non seulement les profiteurs et les tricheurs, mais également les sadiques psychopathes qui commettent des actes impitoyables pour le plus grand plaisir. De fait, des études antérieures ont montré que ce sont les personnes qui correspondent à cette description que nous considérons comme vraiment pervers (car il n’y a pas d’autre moyen d’excuser ou d’expliquer leur immoralité) et qui méritent donc les peines les plus sévères.7

Les sadiques psychopathes

Fondamentalement, Kjeldgaard-Christiansen affirme qu’un rire pervers est l’un des signes les plus évidents qu’un méchant abrite un tel fléau, confirmant ce que Arthur Schopenhauer qualifiait de « jouissance ouverte et franche » de la d’autrui. Et les romanciers le savent intuitivement, en utilisant ce rire pour identifier leurs personnages les plus sombres.

Kjeldgaard-Christiansen estime que l’art du pouvoir du rire diabolique provient de sa saillance : il est à la fois très visuel et vocal (comme le montre joliment le plan rapproché de Jafar) et le rythme staccato peut être particulièrement percutant. De plus, les rires sont difficiles à simuler : un rire authentique et involontaire repose sur la rapide oscillation des muscles laryngés intrinsèques, des mouvements qui semblent difficiles à produire de notre propre volonté sans paraître artificiels.8

Difficile de simuler le rire diabolique

En conséquence, il s’agit généralement d’un signal social fiable de la réaction d’une personne à un événement, ce qui signifie que nous avons pleinement confiance en ce que nous entendons. Contrairement aux dialogues, même ceux d’un film pour enfants, un rire sadique ou malveillant laisse peu de place à l’ambiguïté, il n’y a donc aucun doute sur les véritables motivations du méchant.

Ces rires sont également particulièrement inquiétants, car ils vont à l’encontre de la fonction prosociale habituelle du rire, la façon dont il se manifeste spontanément lors de discussions amicales, par exemple, servant à renforcer les liens sociaux. Kjeldgaard-Christiansen explique qu’il existe également des raisons pratiques à l’omniprésence du rire diabolique dans les animations et les jeux vidéo des enfants.

Un rire qui déclenche la révolte héroïque

Les graphismes rudimentaires des premiers jeux Super Mario ou Kung Fu pour Nintendo signifiaient qu’il était très difficile d’évoquer une réaction émotionnelle chez le joueur, mais donner un rire  diabolique au méchant a contribué à créer une sorte de conflit moral entre le bien et le mal. Un mal qui a motivé le joueur à enfiler une cape et à vaincre les méchants. Ce rire est le seul geste de communication réservé à ces opposants vaguement anthropomorphes et pixelisés, mais il est suffisant pour déclencher une réaction de révolte héroique chez le joueur selon Kjeldgaard-Christiansen.

Il y a toutefois des limites à l’utilité du rire diabolique dans la narration. Kjeldgaard-Christiansen admet que son pouvoir brutal serait destructif dans la narration plus complexe, car afficher du plaisir aux dépens des autres empêcherait les téléspectateurs de rechercher des motivations plus subtiles ou le rôle du contexte et des circonstances dans le comportement du personnage. Mais pour les reportages traitant de la moralité en noir et blanc, comme ceux destinés aux téléspectateurs plus jeunes qui n’ont pas encore développé une compréhension nuancée du monde, son potentiel à émerveiller est inégalé.

Le papier de Kjeldgaard-Christiansen est certainement l’un des articles les plus divertissants de longue date et ses théories psychologiques continuent de susciter la réflexion. Il serait amusant de voir davantage de recherches expérimentales sur ce sujet, en comparant les propriétés acoustiques des rires, par exemple, pour déterminer le son le plus diabolique. Mais dans mon esprit, ce sera toujours celui de Jafar.

Traduction d’un article sur Aeon par David Robson, journaliste scientifique.

Sources

1.
Jafar’s Laugh. YouTube. https://www.youtube.com/watch?v=qrbKkCp43Ek. Published November 14, 2010. Accessed December 18, 2018.
2.
PREDATOR – LAST LAUGH. YouTube. https://www.youtube.com/watch?v=fnfDXznMf0E. Published June 16, 2012. Accessed December 18, 2018.
3.
Jack Nicholson Laugh – The Shining. YouTube. https://www.youtube.com/watch?v=uMxHBfPQgtE. Published August 15, 2011. Accessed December 18, 2018.
4.
Wario’s Evil Laugh. YouTube. https://www.youtube.com/watch?v=H5lXmds468Q. Published June 1, 2016. Accessed December 18, 2018.
5.
Kjeldgaard-Christiansen J. Social Signals and Antisocial Essences: The Function of Evil Laughter in Popular Culture. J. 2018;51(5):1214-1233. doi:10.1111/jpcu.12728
6.
Kjeldgaard-Christiansen J. Evil origins: A Darwinian genealogy of the popcultural villain. E. 2016;10(2):109-122. doi:10.1037/ebs0000057
7.
Gromet D, Goodwin G, Goodman R. Pleasure From Another’s Pain: The Influence of a Target’s Hedonic States on Attributions of Immorality and Evil. Pers Soc Psychol Bull. 2016;42(8):1077-1091. [PubMed]
8.
Bryant GA, Aktipis CA. The animal nature of spontaneous human laughter. E. 2014;35(4):327-335. doi:10.1016/j.evolhumbehav.2014.03.003

Aeon counter – do not remove

Rire – Une anthropologie du rieur (Broché)

By (author):  David Le breton

Neuf: EUR 20,00 EUR En stock
buy now

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *