Les astronomes babyloniens avaient utilisé la géométrie pour calculer le mouvement de Jupiter

L’utilisation de la géométrie par les Babyloniens pour identifier Jupiter bouleverse notre compréhension de cette culture. On pensait que la géométrie pour déterminer la position des astres avait été utilisée la première fois au 14e siècle en Europe.


Les astronomes babyloniens utilisaient la géométrie pour prédire la position de Jupiter

Une nouvelle analyse de tablettes babyloniennes révèle que les astronomes du 4e et du 5e siècle av. J.-C. utilisaient la pour calculer les mouvements de Jupiter. Auparavant, on pensait que cette méthode scientifique était apparue au 14e siècle en Europe. La découverte a été faite par l’historien en science Mathieu Ossendrijver de la Humboldt University à Berlin. Il a traduit 5 tablettes en argile qui ont été découvertes au 19e siècle et qui ont été préservées au British Museum.

Au 7e siècle av. J.-C., les astronomes à Babylone, un état de la Mésopotamie, l’actuel Iraq, conduisaient déjà des observations détaillées principalement pour des prévisions astrologiques. Les précédentes traces en cunéiforme suggèrent que les astronomes prédisaient la position des planètes en utilisant des méthodes arithmétiques. En fait selon les travaux d’Ossendrijver, les astronomes utilisaient parfois la géométrie. Les inscriptions sur les tablettes montrent qu’ils mesuraient la vélocité quotidienne de Jupiter depuis la terre à différentes dates dans son orbite. Ensuite, ils utilisaient ces vélocités et ces durées pour déduire la distance parcourue par pendant cette période donnée.

Ossendrijver savait que 4 tablettes décrivaient de tels calculs et qu’ils étaient liés à l’. Mais il n’en était pas sûr jusqu’à ce qu’il traduise une 5e tablette à partir d’une vieille photo. Cette tablette contenait des instructions pour calculer le mouvement de Jupiter en utilisant des principes géométriques et c’était exactement les mêmes procédures que dans les autres tablettes. Cette méthode de calcul connue comme Area-under-the-graph a été expliqué au 14e siècle par un groupe d’académiciens connu comme les calculateurs d’Oxford qui travaillait au Merton College. Leurs résultats se basaient sur des termes graphiques pendant la même période que le mathématicien et philosophe français Nicole Oresme.

Bien que les Babyloniens n’aient jamais utilisé de graphiques ou de figures géométriques, il semble qu’ils aient maitrisé la même méthode des siècles auparavant selon Ossendrijver. Et dans cet aspect, les Babyloniens étaient plus avancés que les anciens Grecs. Ces derniers utilisaient des aspects de la géométrie dans l’astronomie, mais ils n’utilisaient pas des constructions abstraites décrites par les tablettes. Des constructions qui connectent la vélocité, le temps et la distance.

Hermann Hunger, un spécialiste dans l’astronomie babylonienne à l’université de Vienne, a déclaré que ces travaux marquent une nouvelle découverte. Mais lui et Ossendrijver pointent le fait que les mathématiciens babyloniens maitrisaient la géométrie et ce n’est pas étonnant que leurs astronomes aient utilisé ces concepts. Ces travaux ne montrent pas un niveau très élevé dans la pensée géométrique, mais plutôt une capacité remarquable à appliquer la pensée géométrique traditionnelle de Babyone à un nouveau problème qui était celui de l’astronomie. L’historien en sciences Jens Høyrup de la Roskilde University au Danemark estime que ce ne serait pas la première fois que les Babyloniens utilisaient la géométrie en astronomie. On a des indices qu’ils l’utilisaient aussi pour prédire certaines configurations de la lune.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *