Fusion nucléaire : La Chine surpasse l'Allemagne

La Chine chauffe également sur la fusion nucléaire. Leurs résultats dépassent légèrement ceux de l’Allemagne.


Les scientifiques chinois ont produit du plasma pendant 102 secondes avec la fusion nucléaire. Ils ont battu un record mondial pour un réacteur Tokamak.

Une équipe de scientifiques chinois à Hefei, capitale de la province d’Anhui, a fait une avancée majeure dans la production de la . La machine de fusion nucléaire, l’Experimental Advanced Superconducting Tokamak (EAST), a réussi à produire du plasma pendant 102 secondes à une température de 50 millions de degrés Celsius à la fin de janvier 2016. En comparaison, la machine de fusion nucléaire de l’Allemagne a produit, de manière confirmée, du plasma d’hydrogène pendant seulement un quart de seconde. Cette durée de 102 secondes est la plus longue si on regarde les machines de fusion nucléaire de type Tokamak.

La machine Tokamak de fusion nucléaire de la Chine

Menée par les scientifiques chinois de l’Institute of Plasma Physics, la machine à fusion nucléaire EAST se rapproche de son objectif d’une décharge de plasma de 1 000 secondes à une température de 100 millions de degrés Celsius.

La Chine progresse aussi sur la fusion nucléaire

La machine EAST a été surnommée Artificial Sun (soleil artificiel). On voit que les pays accélèrent le développement de la fusion nucléaire et on peut s’attendre à beaucoup de progrès dans les années à venir. L’isotope d’hydrogène extrait d’un litre d’eau de mer peut produire de l’énergie équivalente à 300 litres de gasoil si on utilise la fusion nucléaire. Bon, ce n’est pas aussi simple que de verser de l’eau de mer dans un truc pour avoir la fusion nucléaire, mais c’est l’idée simplifiée au maximum.

 

Source : CAS.cn

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *