Vape : Des mesures cauchemardesques pour les exportations chinoises


  • FrançaisFrançais

  • La nouvelle loi chinoise sur la vape continue d’être peaufinée et on peut dire que ça sent pas la rose sur les exportations vers les marchés étrangers.



    La loi chinoise de la vape est la loi la plus importante de la vape depuis l’invention de la cigarette électronique. Car 99 % des produits de vape sont fabriqués en Chine. La moindre secousse juridique et le monde peut le ressentir de plein fouet. La première mesure était que la nicotine synthétique et les arômes, sauf le tabac, sont interdits pour le marché chinois et que seuls les pods pré-remplis seront autorisés. La mesure est justifiée, à tort, par le fait que 50 % des vapoteurs chinois vapent des arômes de tabac.

    De plus, la vape et le tabagisme sont interchangeables en Chine, pour eux, c’est juste une autre manière de fumer. Ce sont des interdictions de merde, mais les régulateurs avaient précisés que les marchés étrangers seraient traités à part. On a désormais la mesure qui concerne ces exportations. Et elles sont merdiques.

    Cette loi stipule que les produits de vape destinés à l’exportation doivent respecter les lois de vape du pays de destination. Et si le pays de destination n’a pas de loi de vape dédiée, alors c’est la loi chinoise qui s’applique de plein pot.

    C’est vraiment une mesure de merde, car les pays, qui possèdent une législation dédiée sur la vape, se comptent sur les doigts d’une main. Et donc, cela signifie que si un pays n’a pas de loi de vape, alors seuls des pods pré-remplis avec l’arôme de tabac seront autorisés dans ce pays. Pour un pays comme les Etats-Unis, aucun produit de vape ne pourra être exporté puisque la PMTA qui est une loi officieuse de la vape, n’a autorisé aucun produit sur le marché.

    En Europe, seuls les produits issus de la TPD seront autorisés. A savoir, le tank de 2 ml et la limite de 20 mg de nicotine. Dans le passé, les fabricants contournaient la limite des 2 ml en mettant du silicone dans un tank de 4 ml pour passer entre les mailles du filet. Désormais, ce ne sera pas possible. Ainsi, les atomiseurs pour les vapoteurs expérimentés comme les RTA à 5, 10 ou 25 ml ne seront plus fabriqués et vendus, car les marques ne prendront pas le risque de se faire taper par les autorités.

    L’impact sera terrible. Car d’un coté, l’Europe et les Etats-Unis votent de plus en plus de lois pour détruire la vape. Et de l’autre coté, la Chine exige que les produits pour l’exportation, respectent des lois qui détruisent la vape. Pourtant, certains analystes estiment que ces lois sur l’exportation ne seront pas appliqués à pleine puissance par les autorités. Car elles savent que cela réduirait les exportations à néant, détruisant ainsi toute l’industrie.

    Dans un article précédent, je saluais les régulateurs chinois pour leur connaissance du secteur. Force est de constater qu’ils sont aussi débiles que les crapules occidentales.

    Les autres mesures correspondent à ce qu’on avait entendu dans le passé. Ainsi, tous les fabricants et vendeurs de cigarette électronique devront obtenir une licence de l’Etat pour vendre leur produit. Et les vendeurs au détail sont tenus de ne pas appliquer l’exclusivité sur leurs produits. Cela signifie qu’un vendeur ne peut pas vendre une seule marque. C’est ciblé contre des marques comme RELX qui vendent exclusivement leurs produits dans leur boutique.

    Cette loi prévoit aussi la création d’une plateforme centralisée où toutes les transactions des fabricants et des vendeurs doivent être enregistrés. Cette mesure est pour lutter contre la fabrication de contrefaçons qui est notamment à l’origine de la déferlante des Puff Bars en Europe.

    Si ces lois sont appliqués telles quelles, alors à la fin de 2022, seuls des pods pré-remplis d’aromes tabac, spécialité de Big Tobacco, seront présents sur le marché. « All is going according to the plan… »

    Toutes ces nouvelles mesures vont entrer en vigueur le 1er mai 2022.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

    Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.