Trump devient-il ingérable ?


  • FrançaisFrançais

  • Trump pense qu’il peut faire cavalier seul en évitant toute forme d’alliance, mais les résultats de mi-mandats impliquent que c’est tout le bloc populaire qui se casse la gueule.


    Trump pense qu'il peut faire cavalier seul en évitant toute forme d'alliance, mais les résultats de mi-mandats impliquent que c'est tout le bloc populaire qui se casse la gueule.

    Quand Musk a réactivé le compte Twitter de Trump, celui-ci l’a répondu par une insulte en disant qu’il reviendrait si Musk le suppliait à genoux. C’est étrange de répondre par une insulte et une attaque directe quand quelqu’un vous fait une telle faveur. En sachant que Trump est aujourd’hui invisibilisé puisque son réseau social, Truth Social, n’est disponible que pour les américains. La nidification ou la sectarisation commence quand on veut fonctionner constamment en cercle fermé.

    Et ce n’est pas la première fois que je vois ça. Souvent, des dirigeants, qui ont été trahi de toutes les manières imaginables, ont tendance à avoir un cercle restreint qui leur sont fidèles jusqu’au bout, même si c’est des magouilleurs de la pire espèce. Au sommet du pouvoir, la fidélité compte plus que la compétence.

    Trump pourrait fanfaronner s’il y avait eu un tsunami rouge pendant les mi-mandats, mais en fait dans la réalité, les démocrates ont tenu bon face à la marée. A chaque mi-mandat, on a un renversement du congrès et parfois du sénat. La seule exception était pendant le mandat d’Obama. Donc, récupérer le Congrès alors que les démocrates ont eu la pire gestion du pays depuis des décennies, montre quelque chose de plus profond et de bien plus pourri dans l’empire.

    J’avais déjà écrit sur le fait que la responsabilité du peuple américain est totale dans cette débâcle et ce jusqu’au boutisme. Mais les démocrates ont tenus bon parce que leur électorat sent instinctivement qu’il peut se faire ratatiner par le bloc populaire. De la même façon que le bloc bourgeois s’est cristallisé et s’est coagulé autour de Macron, la même chose s’est produite dans les Etats démocrates. Les électeurs qui lèchent goulument le mondialisme, le cosmopolitisme et le wokisme considèrent que les démocrates sont leur seule chance de perpétuer leur parasitisme.

    Les démocrates sont des fils de pute, mais ce sont des fils de pute unis. Ce bloc fait front et montre une solidarité remarquable. De l’autre coté, Trump est debout sur un coté de la barque, les républicains « modérés » se trouvent de l’autre coté et vous avez plein d’indécis qui détestent cette bipartisanerie et qui préfèrent s’abstenir. L’abstention est toujours une victoire pour le système.

    Trump veut avoir les coudées franches en 2024 et maintenant qu’il a déjà annoncé sa candidature, il veut supprimer tous les prétendants possibles. Ron DeSantis, gouverneur de Floride et pressenti pour se présenter en 2024, s’est attiré les foudres du blondinet qui l’a traité de traitre. Cette division permanente chez les républicains fait les bonnes affaires des démocrates. Ensuite, vous avez le fric, le pognon, le flouze, le blé. La victoire est normalement corrélé avec le parti qui balance le plus de fric.

    Pour 2022 et les mi-mandats en général, les républicains ont dépensé 3,2 milliards de dollars tandis que les démocrates étaient à 2,8 milliards de dollars. Sur le papier, les républicains auraient dû gagner et c’est le cas puisqu’ils ont repris le congrès. Sauf qu’il ne suffit pas d’une montagne de fric, mais il faut aussi bien l’utiliser. Comme le dit J.D. Vance, sénateur victorieux dans l’Ohio, après la victoire en demi-teinte des républicains, tout le monde s’est mis à blamer Trump. Mais l’argent et la manière dont il a été utilisé, a déterminé une résistance acharnée de la part des démocrates.

    La clé du succès a été aussi les petits donateurs. Les démocrates possèdent ActBlue, une plateforme nationale qui permet de lever les petits dons. Cela leur permet de coordonner leurs donations sur l’ensemble du territoire et de diriger rapidement l’argent dans les Etats où c’est nécessaire. Les républicains ont également des petits donateurs, mais c’est morcelé et c’est souvent selon chaque Etat. En plus, les républicains sont obligé de payer des consultants, qui coutent la peau des fesses, afin d’accéder aux listes des votants et à leur ciblage. En bref, il y a beaucoup trop d’intermédiaires chez les républicains ce qui fait que même s’ils lèvent plus d’argent, ils l’utilisent mal.

    Enfin, l’argent des petits donateurs n’a pas les mêmes limitations que ceux provenant des Super PAC, des gros donateurs provenant d’entreprises et d’associations diverses. Et dans une propagande électorale, cela peut faire une grande différence. Vous avez ensuite les énormes dysfonctionnements de la machine électorale américaine. Des votes qui ne sont pas comptés, des problèmes d’identité et un énorme bordel pour savoir qui a voté quoi. Même s’il est facile de crier à la fraude, il ne faut pas mettre sur le dos du complot sur ce qui est du ressort de la bureaucratie et de la médiocrité.

    Trump est parfois ingérable, mais c’est également lui qui peut unifier le camp républicain sinon on assistera à la même déconvenue en 2024.

    Soutenez-moi sur Patreon

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *