Dédollarisation : L’Inde emboite lentement le pas de la Russie


  • FrançaisFrançais

  • La Banque centrale indienne autorise désormais les paiements internationaux en roupie indienne, cela signifie que doucement, mais surement, les pays du nouveau monde emboitent la Russie vers la dédollarisation du monde.


    La Banque centrale indienne autorise désormais les paiements internationaux en roupie indienne, cela signifie que doucement, mais surement, les pays du nouveau monde emboitent la Russie vers la dédollarisation du monde.

    Le 11 juillet 2022, la Reserve Bank of India, qui est la banque centrale du pays, a notifié que désormais, elle acceptait les paiements internationaux en roupie indienne que ce soit pour les importations et les exportations. Cela fait suite aux sanctions contre la Russie qui ne peut plus utiliser le système SWIFT. Cela implique que les russes pourront acheter des biens indiens en roupie et vice versa. Puisqu’il y a déjà des partenariats entre les deux pays pour que l’Inde puisse utiliser le SPFS qui est l’alternative russe au SWIFT.

    Cependant, cette démarche de l’Inde montre une dédollarisation progressive des pays émergents, notamment des BRICS. La Russie en exigeant le paiement de son gaz en rouble a bénéficié à la roupie indienne par une dévalorisation contre le dollar, ce qui permet à l’économie indienne d’être compétitive. Actuellement, on a 80 roupies pour 1 dollar ce qui nous donne un taux de 80 pour 1. Cependant, la valeur du PIB entre les deux pays nous donne un taux inférieur à 10 pour 1. L’Inde, c’est un PIB de 2600 milliards de dollars tandis que celui des Etats-Unis dépasse les 20 000 milliards de dollars.

    Cela nous dit clairement que le dollar américain est extrêmement surévalué et que son économie est en surchauffe infernale par rapport à la réalité de sa monnaie. C’est bénéfique pour les américains, car ils peuvent acheter des biens indiens à des prix beaucoup plus abordables.

    Si on applique cette comparaison entre la roupie et le rouble, alors on a une différence beaucoup plus minime. Ainsi, le PIB indien est de 2600 milliard alors que celui de la Russie est de 1400 milliards (c’est le PIB officiel, car son économie informelle pèse tout autant). Cependant, 1 rouble vaut environ 1,17 roupie indienne ce qui nous donne un taux proche de la parité parfaite.

    D’un coté, nous avons une monnaie américaine qui est complètement déconnectée de la réalité et de l’autre, nous avons deux puissances qui ont une économie solide dans quasiment tous les domaines. Ce qui fait que c’est une bonne nouvelle pour les exportateurs indiens qui deviendront de plus en plus compétitifs et les acheteurs qui ne seront plus obligés de passer par le dollar. En bref, le dollar américain est considéré comme une devise beaucoup trop chère pour les économies émergentes et donc, ils vont la délaisser progressivement à l’avenir.

    Dans un article précédent, j’avais parlé de la mort du dollar par certains analystes russes à cause de décrets signés par Poutine pour exiger le paiement du gaz en pipeline et le GNL en rouble, mais aussi que sa dette souveraine soit payé en rouble. L’Inde suit exactement le même chemin en se disant que comme sa monnaie est dévaluée, cela lui permettra de booster ses exportations et de se protéger contre des sanctions éventuelles qui sont connectés au dollar et à l’euro.

    La Chine et la Russie ont également augmenté leur volume commercial dans la parité Yuan-Rouble depuis 2019 et maintenant, l’Inde vient le rejoindre pour former un trio de près de 2,8 milliards de personnes et qui sont les fers de lance du nouveau monde qui arrive. Ces changements vont clairement exercer un stress intense sur le dollar comme monnaie-monde. Cependant, la Chine est peu encline à abandonner le dollar, car elle détient des tonnes de dettes américaines. Si le dollar baisse, alors ils perdent de l’argent. Mais même le dragon commence à diversifier ses investissements hors dollar américain. S’il y a quelques années, la Chine détenait environ 3500 milliards de dollars d’avoirs et de dettes américaines, c’est tombé à 1000 milliards en 2022.

    Il lui faudra énormément de temps pour se débarrasser du billet vert qui n’est rien plus qu’une monnaie de singe, permettant aux américains d’acheter gratuitement le monde entier. La Russie n’a pas ce problème, car ces avoirs en dollar sont proche du zéro absolu. Actuellement, on estime que 59 % du commerce mondial se fait en dollar, soit son plus bas niveau depuis 20 ans. Et si d’autres pays commencent à emboiter le pays de la Russie et de l’Inde, alors ce sera la fin du dollar comme monnaie internationale.

    Depuis 2018, la Turquie travaille à un mode de paiement Lire-Rouble avec la Russie pour se désengager du dollar. Mais les BRICS, qui sont de plus en plus puissants sur le plan économique, industriel et monétaire, pourraient se dire qu’ils vont proposer leur propre monnaie locale dans les paiements internationaux. On peut citer le Brésil, l’Afrique du Sud ou encore l’Argentine ou l’Iran, ces deux derniers veulent rejoindre les BRICS. L’Iran serait très content de pouvoir vendre à l’international avec son Rial puisqu’il est également déconnecté du SWIFT à cause de la bêtise des américains.

    Quand à l’euro, elle a cessé d’être une monnaie le jour où l’Europe a volé sans vergogne 300 milliards de dollars à la Russie. Les Chinois et les indiens ont commencé à liquider leurs avoirs en euro à la vitesse de l’éclair ce qui explique la chute actuelle de l’euro et elle se poursuivra, car il n’y a aucun mécanisme pour un rebond à part rendre le fric aux russes ce qui reviendrait à reconnaitre une défaite humiliante. Mais même le fait « de rendre l’argent » ne va pas sauver l’euro, car on ne peut plus lui faire confiance.

    Le dollar s’accroche comme il peut, mais ses petites pattes sont comme dans une pente en mousse et l’euro est en train de bruler en enfer. L’avenir monétaire de l’Occident est tout aussi incertainement certain qu’un cancéreux en phase terminale qui prend du paracétamol en pensant que ça va aller mieux.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

    Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.