Iran et Arabie Saoudite : un gagnant-gagnant à la chinoise


  • FrançaisFrançais

  • La seule poignée de main irano-saoudienne a enterré des billions de dollars d’investissements diviser-pour-régner occidentaux dans toute l’Asie occidentale, et a poussé les dirigeants mondiaux à se précipiter à Pékin pour trouver des solutions globales.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram

    La seule poignée de main irano-saoudienne a enterré des billions de dollars d’investissements diviser-pour-régner occidentaux dans toute l’Asie occidentale, et a poussé les dirigeants mondiaux à se précipiter à Pékin pour trouver des solutions globales.

    L’idée que l’Histoire a une fin, telle que promue par les néoconservateurs désemparés des années 1990, est erronée, car elle se trouve dans un processus de renouvellement sans fin. La récente rencontre officielle entre le ministre saoudien des Affaires étrangères Faisal bin Farhan al-Saud et le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian à Pékin marque un territoire qui était auparavant considéré comme impensable et qui a sans aucun doute causé du souci à la machine War Inc.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Cette simple poignée de main signifie l’enterrement de billions de dollars qui ont été dépensés pour diviser et régner sur l’Asie occidentale pendant plus de quatre décennies. En outre, la Guerre mondiale contre la terreur (GWOT), la réalité fabriquée du nouveau millénaire, a figuré comme principal dommage collatéral à Pékin.

    L’image de Pékin en tant que capitale de la paix a été imprimée dans tout le Sud mondial, comme en témoigne un spectacle parallèle ultérieur où deux dirigeants européens, un président et une eurocrate, sont arrivés comme des suppliants auprès de Xi Jinping, lui demandant de rejoindre la ligne de l’OTAN sur la guerre en Ukraine. Ils ont été poliment éconduits.

    Pourtant, les apparences étaient scellées : Pékin avait présenté un plan de paix en 12 points pour l’Ukraine, qualifié d’« irrationnel » par les néoconservateurs du Beltway de Washington. Les Européens, otages d’une guerre par procuration imposée par Washington, ont au moins compris que quiconque s’intéresse de près ou de loin à la paix doit se plier au rituel de la courbette devant le nouveau patron à Pékin.

    L’inutilité du JCPOA

    Les relations entre Téhéran et Riyad ont bien sûr un long chemin à parcourir – de l’activation des accords de coopération signés en 1998 et 2001 au respect, dans la pratique, de la souveraineté mutuelle et de la non-ingérence dans les affaires intérieures de l’autre partie.

    Tout est loin d’être résolu, qu’il s’agisse de la guerre menée par l’Arabie saoudite au Yémen ou du choc frontal entre les monarchies arabes du golfe Persique et le Hezbollah et d’autres mouvements de résistance au Levant. Pourtant, cette poignée de main est la première étape menant, par exemple, au prochain voyage du ministre saoudien des Affaires étrangères à Damas pour inviter officiellement le président Bachar el-Assad au sommet de la Ligue arabe qui se tiendra à Riyad le mois prochain.

    Il est essentiel de souligner que ce coup d’État diplomatique chinois a commencé il y a bien longtemps, lorsque Moscou a négocié à Bagdad et à Oman ; il s’agissait d’une évolution naturelle de la Russie, qui est intervenue pour aider l’Iran à sauver la Syrie d’une coalition croisée de vautours de l’OTAN et du Conseil de coopération du Golfe (CCG).

    Le relais a ensuite été pris par Pékin, en parfaite synchronisation diplomatique. La volonté d’enterrer définitivement la GWOT et la myriade de ramifications désagréables de la guerre de terreur menée par les États-Unis était un élément essentiel du calcul ; mais il était encore plus urgent de démontrer à quel point le Plan global d’action conjoint (JCPOA), ou accord sur le nucléaire iranien, était devenu sans objet.

    La Russie et la Chine ont toutes deux expérimenté, de l’intérieur comme de l’extérieur, la manière dont les États-Unis parviennent toujours à torpiller un retour au JCPOA, tel qu’il a été conçu et signé en 2015. Leur tâche a consisté à convaincre Riyad et les États du CCG que Téhéran n’a aucun intérêt à se doter d’armes nucléaires et qu’il restera signataire du traité de non-prolifération (TNP).

    La finesse diplomatique chinoise a ensuite permis de faire comprendre que la crainte des monarchies du golfe Persique à l’égard du chiisme révolutionnaire est désormais aussi contre-productive que la crainte de Téhéran d’être harcelée et/ou encerclée par les djihadistes salafistes. C’est comme si Pékin avait inventé une devise : laissez tomber ces idéologies floues et faisons des affaires.

    Et les affaires, c’est, et ce sera : mieux encore, avec la médiation de Pékin et la garantie implicite des deux superpuissances nucléaires que sont la Russie et la Chine.

    Monter dans le train de la dédollarisation

    Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MbS) présente peut-être des traits de caractère dignes de Soprano, mais il n’est pas dupe : il a immédiatement vu comment cette offre chinoise s’intégrait parfaitement dans ses plans de modernisation nationaux. Une source du Golfe à Moscou, qui connaît bien l’ascension de MbS et la consolidation de son pouvoir, explique que le prince héritier cherche à séduire la jeune génération saoudienne qui l’idolâtre. Que les filles conduisent leurs SUV, aillent danser, se décoiffent, travaillent dur et fassent partie de la « nouvelle » Arabie saoudite de Vision 2030 : un centre mondial de tourisme et de services, une sorte de Dubaï sous stéroïdes.

    Il s’agira également d’une Arabie saoudite intégrée à l’Eurasie, futur membre inévitable de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) et des BRICS+, tout comme l’Iran, qui s’assiéra également aux mêmes tables communes.

    Du point de vue de Pékin, tout tourne autour de son ambitieuse Initiative Ceinture et Route (BRI), de plusieurs milliards de dollars. Un corridor de connectivité clé de la BRI va de l’Asie centrale à l’Iran, puis au-delà, vers le Caucase et/ou la Turquie. Un autre – en quête d’opportunités d’investissement – traverse la mer d’Arabie, la mer d’Oman et le golfe Persique, dans le cadre de la Route de la soie maritime.

    Pékin souhaite développer les projets de la BRI dans les deux corridors : il s’agit d’une « modernisation pacifique » appliquée au développement durable. Les Chinois se souviennent toujours de la façon dont les anciennes routes de la soie traversaient la Perse et une partie de l’Arabie : dans ce cas, l’histoire se répète.

    Une révolution géopolitique

    Et puis vient le Graal : l’énergie. L’Iran est l’un des principaux fournisseurs de gaz de la Chine, une question de sécurité nationale, inextricablement liée à leur accord de partenariat stratégique de plus de 400 milliards de dollars. L’Arabie saoudite est également un fournisseur de pétrole de premier plan. Le resserrement des relations sino-saoudiennes et l’interaction au sein d’organisations multipolaires clés telles que l’OCS et les BRICS+ font avancer le jour fatidique où le pétroyuan sera définitivement consacré.

    La Chine et les Émirats arabes unis ont déjà conclu leur premier contrat gazier en yuans. Le train de la dédollarisation à grande vitesse a déjà quitté la gare. L’ASEAN discute déjà activement de la manière de contourner le dollar pour privilégier les règlements en monnaies locales – ce qui était impensable il y a encore quelques mois. Le dollar américain a déjà été précipité dans une spirale de mort par mille coupures.

    Et c’est ce jour-là que le jeu atteindra un niveau imprévisible.

    Il ne faut jamais sous-estimer l’agenda destructeur des néoconservateurs en charge de la politique étrangère des États-Unis. Ils ont exploité le prétexte du « nouveau Pearl Harbor » du 11 septembre pour lancer une croisade contre les terres d’Islam en 2001, suivie d’une guerre par procuration de l’OTAN contre la Russie en 2014. Leur ambition ultime est de faire la guerre à la Chine avant 2025.

    Cependant, ils sont maintenant confrontés à une révolte géopolitique et géoéconomique rapide du Heartland du monde – de la Russie et de la Chine à l’Asie occidentale, et en extrapolant à l’Asie du Sud, à l’Asie du Sud-Est, à l’Afrique et à certaines latitudes de l’Amérique latine.

    Le tournant s’est produit le 26 février 2022, lorsque les néoconservateurs de Washington – dans une démonstration flagrante de leur manque d’intelligence – ont décidé de geler et/ou de voler les réserves de la seule nation de la planète équipée de toutes les matières premières qui comptent vraiment, et dotée de l’intelligence nécessaire pour déclencher un changement capital vers un système monétaire non ancré dans la monnaie fiduciaire.

    Ce fut le jour fatidique où la cabale, identifiée par le journaliste Seymour Hersh comme responsable de l’explosion des pipelines Nord Stream, a effectivement donné le coup de sifflet pour que le train de la dédollarisation à grande vitesse quitte la gare, avec à sa tête la Russie, la Chine et maintenant – bienvenus à bord – l’Iran et l’Arabie saoudite.

    Par Pepe Escobar sur Geopolitika

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *