Les nouvelles armes de l’armée chinoise


  • FrançaisFrançais

  • Pendant le Zhuhai Air Show qui s’est tenu à Guangdong en Chine, on a eu l’occasion de voir quelques bijoux qui vont équiper l’armée chinoise dans le futur.


    Pendant le Zhuhai Air Show qui s'est tenu à Guangdong en Chine, on a eu l'occasion de voir quelques bijoux qui vont équiper l'armée chinoise dans le futur.

    L’armée chinoise se modernise à toute vitesse, les trois phases avec la mécanisation, l’informatisation et « l’intelligentisation » ont atteint leur vitesse de croisière. Et même si la Chine reste discrète dans ses avancées, une expo aérienne comme le Zhuhai Air Show montre que la Chine progresse à toute vitesse dans quasiment tous les domaines. Entre autre, nous avons les missiles anti-navires, des drones à foison et les chasseurs de 5e génération.

    Le YJ-21E, missile balistique anti-navire

    Pendant le Zhuhai Air Show qui s'est tenu à Guangdong en Chine, on a eu l'occasion de voir quelques bijoux qui vont équiper l'armée chinoise dans le futur.

    Le YJ-21E

    Très attendu et craint, la Chine a finalement montré le YJ-21E qui est considéré comme l’une de ses armes les plus puissantes. C’est un missible balistique anti-navire d’une portée de 1500 kilomètres et pouvant atteindre Mach 10 ce qui en fait un missile hypersonique redoutable. On peut le lancer depuis le sol ou un navire et il sert principalement à créer des déni d’accès et interdiction de zone (A2/AD).

    Ce missile permet à la Chine de créer des bulles anti-maritimes, empêchant l’accès et à la manoeuvre à une zone. Dans le cas d’une confrontation avec Taiwan où la marine américaine serait la principale ligne de défense, on peut imaginer les dégats qu’il pourrait faire. La Chine n’a pas indiqué si le YJ-21E serait produit en masse, mais vu le gain tactique qu’il offre, il est évident qu’il aura une bonne place dans son arsenal.

    Le PL-17, un missile air-air contre les « gros volatiles »

    Pendant le Zhuhai Air Show qui s'est tenu à Guangdong en Chine, on a eu l'occasion de voir quelques bijoux qui vont équiper l'armée chinoise dans le futur.

    Le PL-17

    En plus du missile anti-navire, l’expo nous a donné l’occasion de voir le PL-17, un missile air-air conçu principalement pour abattre des gros avions. Il a une portée de 400 kilomètres, soit le double des missiles similaires précédents de l’armée chinoise. Il servirait surtout à abattre des avions radars ou ceux qui s’occupent du ravitaillement. Et en fait, quand vous le combinez avec le YJ-21E, alors cela signifie que l’armée chinoise peut interdire l’accès à une zone à la fois par mer et par les airs.

    Le radar SLC-18

    Pendant le Zhuhai Air Show qui s'est tenu à Guangdong en Chine, on a eu l'occasion de voir quelques bijoux qui vont équiper l'armée chinoise dans le futur.

    Le radar SLC-18

    Avant d’abattre des ennemis, il faut pouvoir les détecter au préalable. Et là encore, la Chine a montré le potentiel du SLC-18, un radar à antenne active (AESA). Chaque récepteur peut servir aussi d’émetteur ce qui augmente l’efficacité d’ensemble et ce radar détecte aussi les bandes à basses fréquences. Cela le rend idéal pour détecter les petits appareils comme les drones ou des satellites en orbite basse.

    Les chinois ont surpassé les russes dans leur technologie de radar et on l’a vu en Ukraine où au début, les russes avaient dû mal à détecter les drones ainsi que les satellites comme ceux de Starlink. Ce qui est encore plus intéressant est que la Chine a fait un cadeau royal en offrant le SLC-18 au Pakistan. Ce dernier a un énorme problème pour contrer la constellation de reconnaissance de l’Inde.

    Avec ce radar, la DCA pakistanaise sera beaucoup plus efficace contre les avions indiens et contrer leur système de surveillance.

    Le drone FH-97, un si bon compagnon

    Pendant le Zhuhai Air Show qui s'est tenu à Guangdong en Chine, on a eu l'occasion de voir quelques bijoux qui vont équiper l'armée chinoise dans le futur.

    Le drone FH-97

    La guerre moderne se gagnera et sera perdue avec les drones. Tous les pays développent leurs drones et la Chine possède une sacré panoplie pour toutes les situations. L’expo nous a montré le FH-97 qu’on présente comme l’ailier fidèle (loyal wingman) du chasseur. C’est un drone qui peut effectuer de nombreuses tâches, pointage de la cible, détection rapprochée, escort d’avions, etc. Il ressemble à l’américain Kratos XQ-58 Valkyrie.

    Il a une longueur de 9 mètres et une envergure d’aile de 8 mètres, un poids d’environ de 2,7 tonnes avec une charge utile de 270 kg. Son principal rôle est de soutenir des chasseurs comme le J-20. Et en fait pendant l’expo, on a une vidéo de démonstration où le FH-97 accompagné d’un J-20 abattait un F-22. Même s’il est conçu pour la reconnaissance et la détection, il peut aussi utiliser le FH-901 qui est un drone suicide chinois.

    La famille chinoise des avions « 20 »

    Pendant le Zhuhai Air Show qui s'est tenu à Guangdong en Chine, on a eu l'occasion de voir quelques bijoux qui vont équiper l'armée chinoise dans le futur.

    Le chasseur furtif J-20

    Tous les véhicules aériens précédents sont impressionnants et montre une modernisation à toute vapeur de l’armée populaire de libération. Mais évidemment, la star du Show était le J-20 et toute la famille « 20 » des avions chinois. Le Xian Y-20, conçu pour le transport militaire et le Z-20, un hélicoptère utilitaire.

    Le J-20 est clairement le champion de l’aviation chinoise. Un chasseur furtif, capable de s’infiltrer dans les zones hostiles avec des capacités offensives tels que des canons pour des combats rapprochés ainsi que des missiles air-air de type PL-12C et PL-21. Il peut atteindre une vitesse de 2100 km et peut voyager jusqu’à 4500 km.

    Ces dernières années, le J-20 avait eu des problèmes de vitesse, notamment à ses moteurs. Mais pendant sa démonstration, il semblerait que le fabricant ait réussi à résoudre la plupart des soucis.

    Du show au champ de bataille ?

    Certaines mauvaises langues disent que ces démonstrations sont de l’esbroufe et que l’armée chinoise est encore largement sous-équipée ou utilise encore des armes soviétiques dans sa grande majorité. Cependant, une grande partie de ces nouvelles armes sont en production ou le seront dans un futur plus que proche.

    Pendant le 20e Congrès du PCC, Xi Jinping a clairement indiqué que l’armée chinoise sera à l’image de la Chine moderne. De plus, l’armée chinoise n’a pas besoin d’être moderne à 100 % pour vaincre ses ennemis. Pendant la Seconde guerre mondiale, la mécanisation, notamment les chars, étaient la clé de la victoire. Quand l’armée allemande attaque la France, seule une fraction de son armée était mécanisée et pourtant, cela ne l’a pas empêché de conquérir la France dans un blitzkrieg de 42 jours.

    Même s’il n’y a que 15 % de l’armée chinoise qui soit moderne, alors en nombre d’hommes, de véhicules et de munitions, ça surpasserait largement les armées de ses voisins et celle d’une certaine île… La conclusion est que même dans sa modernisation actuelle embryonnaire, l’armée chinoise fait peur à beaucoup de monde.

     

    Soutenez-moi sur Patreon

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *