Venezuela : Maduro veut créer un puissant bloc régional avec Moscou et Pékin


  • FrançaisFrançais

  • Dans son allocution annuelle, le président Nicolas Maduro appelle les pays de l’Amérique latine et des caraibes à s’unir face à l’hégémonie américaine.


    Dans son allocution annuelle, le président Nicolas Maduro appelle les pays de l'Amérique latine et des caraibes à s'unir face à l'hégémonie américaine.

    Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, a proposé de créer un nouveau bloc international impliquant les pays d’Amérique latine et des Caraïbes qui aurait des liens étroits avec la Russie et la Chine. Le Venezuela est également sous des sanctions strictes des États-Unis en raison de différends politiques avec les États-Unis. Le pays possède les plus grandes réserves prouvées de pétrole au monde, estimées à environ 300 milliards de barils.

    Pékin et Moscou comme des « frères ainés »

    Dans son discours de nouvel an devant le Parlement vénézuélien le vendredi 13 janvier, Maduro a déclaré avoir discuté avec les présidents du Brésil, de la Colombie et de l’Argentine pour former une nouvelle organisation régionale. Selon Maduro, il est temps « d’unir les efforts et les chemins en Amérique latine et dans les Caraïbes pour avancer dans la formation d’un puissant bloc de forces politiques et de puissance économique qui parle au monde« .

    Le président vénézuélien a ensuite déclaré que le bloc créerait de « nouveaux pôles de puissance » et serait allié à la Russie et à la Chine, dont Maduro a décrit les leaders comme des « frères aînés ».

    Cette alliance comprendrait « cette communauté de destinée partagée dont parle notre frère aîné, le président Xi Jinping », ou « ce monde multipolaire dont parle notre frère aîné, le président Vladimir Poutine », a ajouté Maduro. « Pour que ce monde arrive, un bloc latino-américain et caraïbe uni et avancé est nécessaire », a-t-il insisté.

    Le président Poutine a régulièrement critiqué le concept d’un « monde unipolaire » dominé par les États-Unis. En septembre, il a affirmé que les tentatives pour atteindre une telle configuration « ont pris une forme absolument hideuse ». Pendant ce temps, Pékin a également déclaré que la Chine et la Russie « promeuvent ensemble le monde multipolaire et ne reconnaissent pas l’hégémonie unipolaire ».

    De pestiféré à la résignation américaine

    Sous l’ancien président Donald Trump, les États-Unis ont dénoncé l’élection de 2018 au Venezuela, remportée par Maduro pour un second mandat, comme « illégitime ». Washington a lancé une campagne de « pression maximale » pour le renverser en imposant des sanctions sévères à Caracas, qui incluaient un embargo sur le pétrole, et a refusé de reconnaître Maduro comme président.

    Les États-Unis ont ensuite offert leur soutien au leader de l’opposition vénézuélien Juan Guaido, le reconnaissant comme « président intérimaire » de 2019. Suite à cette décision, le gouvernement de Maduro a rompu les relations diplomatiques avec Washington. Depuis lors, Washington a tenté de renverser Maduro, notamment en organisant des manifestations violentes et en tentant un coup d’Etat. Cependant, en décembre 2022, les élus de l’opposition au Venezuela ont voté pour dissoudre le gouvernement intérimaire dirigé par Guaido qui prenait ses ordres de Washington et ont plutôt opté pour une stratégie politique unifiée pour l’intérêt national.

    Le Venezuela a besoin de fric

    Il est incertain comment un nouveau bloc pourrait être créé et comment il serait géré. L’Amérique latine a déjà le bloc commercial Mercosur, qui comprend l’Argentine, le Brésil, le Paraguay et l’Uruguay. Le Venezuela est un membre à part entière mais a été suspendu depuis le 1er décembre 2016.

    Mercosur a également des accords commerciaux avec la plupart des pays d’Amérique latine, cependant il a été affecté par des problèmes de devises, en particulier par rapport au dollar américain qui a considérablement augmenté en valeur contre toutes les devises de Mercosur au cours des cinq dernières années. Les investisseurs américains dans Mercosur sont également devenus quelque peu avides et ne laissent généralement pas suffisamment sur la table pour les économies locales.

    La Chine chouchoute l’Amérique latine

    Un bloc aligné avec la Chine et la Russie, qui sont tous les deux actifs dans la région d’Amérique latine et des Caraïbes, est perçu par le Venezuela comme étant bénéfique. Les deux ont des économies relativement stables – malgré les sanctions – et sont prêts à commercer en devises autres que le dollar américain, même en acceptant des échanges de devises pour aider les devises pressurisées à surmonter les vents économiques actuels. L’échange de devises de 7,2 milliards de dollars que la Chine a effectué avec l’Argentine plus tôt ce mois-ci en est un exemple. Les deux ont des économies qui sont en quelque sorte alignées sur l’Amérique latine en termes de commerce.

    La Russie est une puissance énergétique en matière de pétrole, de gaz et de technologies nucléaires et assiste déjà des pays tels que le Brésil dans ces domaines. La Chine, quant à elle, est un important investisseur et partenaire commercial pour de nombreux pays en Amérique latine et dans les Caraïbes. Cependant, il est important de noter que la création d’un tel bloc avec des liens étroits avec la Russie et la Chine pourrait aggraver les tensions avec les États-Unis et compliquer les relations commerciales avec d’autres pays. Il reste à voir si cette proposition de Maduro aboutira réellement et comment cela affectera les relations internationales dans la région.

    Soutenez-moi sur Patreon

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *