q La Russie, eldorado des importations parallèles : 20 milliards de dollars en 6 mois - Actualité Houssenia Writing

La Russie, eldorado des importations parallèles : 20 milliards de dollars en 6 mois


  • Français

  • Découvrez comment des pays comme le Kazakhstan empochent le pactole pour vendre leurs produits à la Russie malgré les sanctions internationales.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram

    Découvrez comment des pays comme le Kazakhstan empochent le pactole pour vendre leurs produits à la Russie malgré les sanctions internationales.

    Le Service fédéral des douanes de Russie a publié des données montrant que le volume d’importations parallèles de marchandises vers la Russie depuis le lancement du mécanisme à la mi-mai jusqu’à la mi-décembre 2022 s’élevait à plus de 20 milliards de dollars américains.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Les importations parallèles ou la contrebande légale

    Des smartphones, des pièces automobiles, des consommables, des appareils électroménagers et des centaines d’autres produits de biens sanctionnés importés du Kazakhstan dans le cadre de la réexportation ont fait leur apparition sur le marché russe. Des dizaines de milliers de petites et moyennes entreprises sont impliquées dans ce processus au Kazakhstan, ce qui offre des emplois et des revenus pour la population, tout en réduisant le potentiel de protestation pour le gouvernement.

    Le mécanisme d’importation parallèle implique l’utilisation du principe international d’épuisement des droits d’auteur et permet à un pays (dans ce cas la Russie) d’importer des biens sans le consentement du titulaire des droits d’auteur, dès que les ventes ont commencé dans n’importe quel pays du monde.

    En Russie, il a commencé à fonctionner au début de mai 2022 et s’applique aux groupes de produits et de marques inclus dans la liste approuvée par le ministère russe de l’Industrie et du Commerce. Cela inclut également les biens qui ne sont pas produits en Russie et dont l’approvisionnement a été refusé par un fabricant étranger.

    Pendant ce temps, le cabinet de recherche basé à Londres, Euromonitor, a signalé qu’à partir de mars 2022, les exportations de l’UE vers la Russie ont diminué de 47 %. Cependant, dans le même temps, les exportations de l’UE vers l’Arménie, le Kazakhstan, la Géorgie, l’Ouzbékistan et le Kirghizistan ont augmenté de 48 % pour atteindre 20,3 milliards d’euros.

    Les sanctions ont été totalement inefficaces

    Ces produits, parmi d’autres, sont arrivés en Russie grâce aux importations parallèles. Euromonitor a déterminé que 2,8 milliards d’euros de biens réexportés sont livrés à la Russie par le biais de pays tiers chaque mois, représentant une valeur commerciale de 34 milliards d’euros par an, ce qui n’est pas susceptible d’être abandonné facilement par les destinataires.

    Un analyste de Euromonitor, qui a préféré garder l’anonymat, a déclaré que « l’analyse montre que les sanctions ne fonctionnent pas comme prévu ». Presque tous les pays de l’UE ont un problème de contrôle des marchandises européennes, qui sont exportées vers la Russie par des pays tiers, a-t-il ajouté.

    Cette substitution rapide des chaînes d’approvisionnement directement depuis l’Europe vers un approvisionnement indirect est également le résultat d’une planification préalable et de l’action rapide du gouvernement russe, qui a offert à ces pays une niche commerciale rentable, tout en maintenant l’activité des consommateurs russes ordinaires.

    Les analystes du G7 aux fraises

    L’économie russe devait connaître une baisse de 20 % en 2022 selon les prévisions du G7, mais elle a en réalité diminué de 2,2 %. Selon les prévisions du FMI, une croissance de 2,2 % est prévue pour 2023, ce qui suggère que les indicateurs et les analystes du G7 n’ont pas réussi à comprendre correctement la profondeur de l’implication russe dans l’économie mondiale, ont surestimé le soutien des tiers pour les sanctions dans la communauté commerciale élargie, et ont été trop eurocentriques dans l’estimation de l’impact.

    Pour la première fois depuis de nombreuses années, le transport des exportations du Kazakhstan vers la Russie a augmenté de 4 %. Les marchandises sont souvent acheminées du Kazakhstan à travers la Russie vers la Suisse, la Turquie, les Émirats arabes unis, la Pologne et Chypre, et comprennent du charbon, des produits pétroliers, du blé et des céréales. La Russie ne s’oppose pas à ce commerce.

    Les exportateurs kazakhs ont également commencé à utiliser activement la direction est du corridor de transport international Nord-Sud passant par Bolashak à Atyraou, dans le nord-ouest du Kazakhstan. Ce corridor a été mis en œuvre grâce aux accords passés entre la Russie, l’Iran et l’Inde. En conséquence, les exportations kazakhes de produits chimiques, de produits pétroliers, de métaux ferreux, de produits alimentaires vers l’Iran et plus loin vers l’Inde ont augmenté de 8,5 fois en 2022.

    La logistique trouve toujours un chemin

    Encore une fois, le G7 semble avoir échoué à reconnaître que les partenaires commerciaux de la Russie établiraient simplement de nouvelles chaînes d’approvisionnement évitant l’UE, et que les conseillers – s’il y en avait – n’étaient pas familiers avec les pratiques commerciales.

    D’autre part, étant donné que de nombreux produits et leurs itinéraires d’approvisionnement vers la Russie ont été soumis à des sanctions, le Kazakhstan a commencé à les remplacer par des exportations vers l’UE, contournant ainsi la Russie. Cela a eu un impact sur le volume des marchandises exportées le long de la route de transport international transcaspienne (Chine-Europe, contournant la Russie), qui a augmenté de 6,6 fois par rapport à 2021.

    Les exportations de métaux ferreux et non ferreux et de produits chimiques ont particulièrement augmenté. La croissance du trafic d’importation le long de cette route a augmenté de 83 %, ce qui suggère qu’elle est également utilisée pour les importations parallèles de l’UE vers la Russie.

    La croissance du chiffre d’affaires du fret et de la consommation d’électricité (l’opérateur du système du Kazakhstan a enregistré une augmentation de 7 %) sont des indicateurs de la bonne santé de l’économie. L’économie kazakhe a progressé de 3,1% en 2022 dans des conditions de changement des chaînes d’approvisionnement. Le président kazakh, Kassym-Jomart Tokaïev, a déclaré que la croissance du PIB du Kazakhstan devrait atteindre 4 % voire plus en 2023, et pour la première fois, dépasser une valeur globale (PPA) de 250 milliards de dollars américains.

    Le Kazakhstan comme le grand gagnant

    Cela signifie que le Kazakhstan s’est activement reconstruit et a dû le faire en raison de l’impact immédiat des sanctions de l’UE sur la Russie, qui aurait pu avoir des effets secondaires graves sur l’économie kazakhe.

    Au lieu de cela, il a créé un rôle de “négociant intermédiaire” efficace en tant qu’opérateur de transit entre l’UE et la Russie – et, comme d’autres pays similaires, a créé une industrie entièrement nouvelle et multiforme de plusieurs milliards de dollars. Cela consolidera la stabilité politique nationale et créera une nouvelle classe de négociants kazakhs riches. Il est également susceptible d’entraîner une expansion des installations logistiques dans toute la région – toutes entièrement aux frais des industries logistiques et de transport de l’UE.”

    La reconstruction rapide et réussie du secteur logistique et de transit du Kazakhstan est un exploit remarquable, qui est susceptible d’avoir des répercussions considérables sur l’économie de la région dans les années à venir. Cela montre que le pays est capable de s’adapter rapidement aux changements sur le marché mondial, ce qui peut aider à attirer des investissements supplémentaires et renforcer sa position en tant que centre régional du commerce.

    Cependant, cela ne signifie pas que le Kazakhstan ne fera plus face à des défis économiques. La dépendance continue de l’économie du pays à l’égard des matières premières et de l’industrie extractive reste un point de vulnérabilité, ce qui signifie que le gouvernement devra redoubler d’efforts pour diversifier l’économie et développer de nouveaux secteurs.

    Cela dit, les récentes réussites du Kazakhstan dans le secteur du transit et de la logistique sont une source d’optimisme et de confiance pour l’avenir économique du pays. Si le gouvernement continue à encourager les investissements et à créer un environnement favorable aux entreprises, le Kazakhstan pourrait devenir une plaque tournante économique clé pour la région en pleine expansion de l’Asie centrale.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *