Eau contaminée de Fukushima : le Japon défend son choix, la Chine l’accuse de polluer le Pacifique


  • FrançaisFrançais

  • Le Japon a commencé à rejeter dans l’océan Pacifique de l’eau contaminée par la catastrophe nucléaire de Fukushima, avec l’aval de l’AIEA. La Chine s’indigne et accuse le Japon de menacer la sécurité et la santé des pays voisins.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram

    Le Japon a commencé à rejeter dans l’océan Pacifique de l’eau contaminée par la catastrophe nucléaire de Fukushima, avec l’aval de l’AIEA. La Chine s’indigne et accuse le Japon de menacer la sécurité et la santé des pays voisins.

    La Chine semble prendre le haut du pavé moral et exploiter l’opportunité offerte par le rejet par le Japon d’eau contaminée dans l’océan Pacifique provenant de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. Mais s’agit-il du reflet d’une véritable préoccupation pour la dégradation environnementale de la contamination ? Ou s’agit-il d’une manifestation de sa guerre géopolitique contre l’Occident en général et le Japon en particulier ?

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Ces deux questions sont pertinentes compte tenu du bilan discutable de la Chine en matière d’environnement. Commençons par ce que fait le Japon et déterminons si ses actions sont conformes aux normes internationales de sécurité et de protection de l’environnement. Le 24 août 2023, l’opérateur de la centrale de Fukushima, Tokyo Electric Power (Tepco), a pompé une petite quantité d’eau traitée de la centrale vers la mer. Des observateurs de l’agence atomique des Nations unies, l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique), qui avait approuvé le plan en juillet, étaient sur place pour superviser la procédure de rejet.

    Selon Tepco, l’eau sera rejetée en “quantités modestes” et avec des contrôles supplémentaires. Le premier rejet, d’un total de 7 800 mètres cubes, devrait durer environ 17 jours. Le premier rejet est l’un des quatre prévus entre aujourd’hui et la fin du mois de mars 2024. On estime que l’ensemble du processus de rejet devrait durer jusqu’à 40 ans.

    Rappelons qu’un tremblement de terre suivi d’un tsunami en 2011 a dévasté la centrale nucléaire de Fukushima, détruisant son système de refroidissement et provoquant la surchauffe des cœurs des réacteurs et la contamination de l’eau à l’intérieur de l’installation par des matières hautement radioactives. Bien que la centrale et ses réacteurs soient désormais hors service, ils doivent encore être refroidis, ce qui explique pourquoi les eaux usées s’accumulent.

    Environ 1 milliard de litres sont stockés dans plus de 1 000 réservoirs sur le site. Les réservoirs sont maintenant proches de leur capacité maximale, et comme le site ne peut plus en accueillir, une partie de l’eau doit être rejetée. Le Japon estime qu’il a besoin du terrain occupé par les réservoirs pour construire de nouvelles installations permettant de démanteler la centrale en toute sécurité. En outre, si ces réservoirs ne sont pas vidés, il y aura des conséquences graves en cas de nouvelle catastrophe naturelle, provoquant leur effondrement.

    Le Japon a commencé à rejeter dans l’océan Pacifique de l’eau contaminée par la catastrophe nucléaire de Fukushima, avec l’aval de l’AIEA. La Chine s’indigne et accuse le Japon de menacer la sécurité et la santé des pays voisins.

    En conséquence, ce que le Japon a fait, c’est qu’il a mis au point un système complexe de filtration qui élimine la plupart des isotopes radioactifs présents dans l’eau. Connu sous le nom de système avancé de traitement des liquides (ou ALPS), il peut éliminer plusieurs contaminants radioactifs différents présents dans l’eau. Cependant, il existe un isotope radioactif qui ne peut pas être filtré. Il s’agit du tritium, un isotope de l’hydrogène qui fait partie de l’eau. Pour résoudre ce problème, le Japon a décidé de diluer l’eau contaminé avec de l’eau de mer afin qu’il y ait beaucoup moins de tritium dans chaque goutte.

    En outre, il ramène les niveaux de tritium bien en dessous de toutes les limites de sécurité et en dessous du niveau rejeté par certaines centrales nucléaires en fonctionnement. Le Japon annonce aussi qu’il prend cette eau diluée et qu’il la fait passer par un tunnel sous le fond marin jusqu’à un point au large des côtes de Fukushima dans l’océan Pacifique. Cela augmentera la dilution.

    L’AIEA a examiné ce plan par les pairs et a constaté qu’il était conforme aux normes internationales de sécurité. L’Agence a publié son rapport complet sur l’examen de la sécurité du traitement de l’eau par ALPS à la centrale le 4 juillet. Dans le rapport, l’AIEA a conclu que l’approche et les activités du Japon pour rejeter l’eau traitée par ALPS sont conformes aux normes internationales de sécurité pertinentes. Le rapport a noté que les rejets contrôlés et progressifs de l’eau traitée dans la mer, tels que prévus et évalués par TEPCO, auraient un impact radiologique négligeable sur les personnes et l’environnement.

    Selon le professeur Jim Smith de l’université de Portsmouth, “Le risque est vraiment, vraiment, vraiment faible. Et je dirais qu’il n’y a pas de risque du tout.” Il est un expert en radioactivité dans les voies d’eau, ayant fait des recherches approfondies sur les accidents nucléaires, notamment à Tchernobyl. “Nous devons mettre la radioactivité en perspective, et le rejet de la centrale – s’il est fait correctement – alors les doses que les gens reçoivent et les doses que l’écosystème reçoit ne seront tout simplement pas significatives, à mon avis”, dit Smith.

    Certains experts ont souligné que des centrales nucléaires d’autres pays, dont la Chine, rejettent du tritium dilué dans la mer depuis des décennies sans incident. Les centrales nucléaires du monde entier ont régulièrement rejeté dans la mer de l’eau contenant du tritium pendant plus de 60 ans sans nuire aux personnes ou à l’environnement, la plupart à des niveaux supérieurs à ceux prévus pour Fukushima”, a soutenu le professeur Tony Irwin de l’université nationale australienne.

    Les États-Unis ont salué le rapport de l’AIEA, notant que “les plans du Japon visant à rejeter dans la mer l’eau traitée provenant du site nucléaire de Fukushima Daiichi sont sûrs et conformes aux normes internationales de sécurité nucléaire. Depuis l’accident nucléaire de 2011, le Japon a coordonné de manière proactive avec l’AIEA ses plans et mené un processus fondé sur la science et transparent. Nous nous réjouissons de la coopération continue du Japon avec l’AIEA au fur et à mesure que son processus avance”.

    Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a également ouvertement soutenu le Japon dans un message sur Twitter : “Nous remercions le Japon pour ses efforts transparents dans sa décision de se débarrasser de l’eau traitée provenant du site de Fukushima Daiichi”. Même le gouvernement sud-coréen, autrefois critique virulent des plans, a déclaré qu’il acceptait la science derrière le rejet. Cependant, Séoul s’est abstenu de soutenir publiquement l’approche du Japon, compte tenu de la forte division politique actuelle du pays.

    Le principal parti d’opposition sud-coréen, le Parti démocratique, a organisé une veillée aux chandelles contre le rejet, et les manifestations se sont poursuivies à Séoul le 24 août, certains manifestants ayant même tenté d’entrer dans le bâtiment abritant l’ambassade du Japon. Cependant, la Chine a riposté par des actions concrètes contre le rejet par le Japon de l’eau contaminée. Elle a annoncé une interdiction immédiate et totale de toutes les importations de fruits de mer en provenance du Japon.

    L’océan est la propriété commune de toute l’humanité, et commencer par la force le rejet des eaux usées nucléaires de Fukushima dans l’océan est un acte extrêmement égoïste et irresponsable qui ignore les intérêts publics internationaux”, a déclaré le ministère chinois des affaires étrangères dans un communiqué, ajoutant : “En rejetant l’eau dans l’océan, le Japon propage les risques au reste du monde et transmet une plaie ouverte aux générations futures de l’humanité”.

    Mais la Chine est-elle sincère dans sa critique ? Pour beaucoup d’experts, cette question n’a pas de réponse. Ils estiment que l’indignation chinoise est douteuse, étant donné que ses centrales nucléaires ont rejeté du tritium dilué dans la mer pendant des décennies sans incident. La Chine n’a commencé que récemment à contribuer activement à l’élaboration de réponses mondiales au changement climatique. Pendant des décennies, la Chine a résisté à prendre des engagements dans le cadre de l’ONU.

    Au total, la Chine est le premier émetteur mondial, produisant plus d’un quart des émissions annuelles de gaz à effet de serre du monde, contribuant au changement climatique. Même s’il faut le relativiser par rapport à son nombre d’habitants. Le premier pollueur est les Etats-Unis si on regarde son nombre d’habitants beaucoup plus faible.

    Le charbon, qui représente près des deux tiers de la consommation énergétique de la Chine, est principalement responsable, mais la Chine n’a pas réduit la consommation de charbon de manière appréciable. Elle s’est engagée à réduire ses émissions dans le cadre de l’accord de Paris, à réduire sa consommation de charbon et à investir dans les énergies renouvelables.

    Compte tenu de tout cela, le fait que la Chine remette en question le Japon sur un plan d’action approuvé par l’AIEA et qui ne présente aucun risque sanitaire semble plus politique que scientifique. Il s’agit peut-être du reflet de la mauvaise santé des relations sino-japonaises aujourd’hui.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *