Le Bharat ou la bascule définitive de l’Inde


  • FrançaisFrançais

  • La décision de l’Inde de vouloir changer son nom en Bharat prouve une décolonisation accélérée, une bascule vers la multipolarité, mais surtout que le nouveau monde ne veut plus rien à avoir avec l’Occident.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram

    La décision de l'Inde de vouloir changer son nom en Bharat prouve une décolonisation accélérée, une bascule vers la multipolarité, mais surtout que le nouveau monde ne veut plus rien à avoir avec l'Occident.

    Dans plusieurs appellations officielles, on entend que l’Inde veut qu’on l’appelle désormais par le Bharat qui est le nom traditionnel de la nation indienne dans le Mahabharata. Même si “Inde” est traditionnellement correct, mais il est trop occidentalisé pour les pays du nouveau monde. En sachant que ce n’est pas le premier à se débaptiser, car on a eu la Turquie qui veut qu’on l’appelle désormais Turkiye, le Zimbabwe pour la Rhodésie, le Sri Lanka pour le Ceylan, etc.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Ce qui est intéressant est que les indiens avaient tendance à utiliser “Hindustan” qui signifie littéralement la terre des hindous. Le nom de Bharat pourrait servir à acter une décolonisation qui est entreprise depuis plusieurs années. C’est aussi un symbole fort que l’Inde tente de le faire en pleine période du sommet de G20 comme un énorme pied de nez aux Occidentaux qu’ils sont désormais dans un nouveau monde.

    Mais ce n’est pas la première décolonisation de l’Inde ces derniers temps. A l’occasion du premier porte-avion 100 % indien, le pays a changé le drapeau de sa marine. Autrefois représentant la croix de Saint-Georges, il a été remplacé par un symbole purement indien, représentant les capacités de la marine indienne et de sa tradition millénaire. Dans la foulée, plusieurs noms de rues et de villes changent régulièrement en Inde pour se débarrasser définitivement de la période de l’esclavage.

    L’une des choses qu’on entend souvent est que dans ce nouveau monde, l’Inde a choisi une position d’équilibre, elle ne veut pas se fâcher avec l’Occident (ni la Chine d’ailleurs) et elle pourrait retourner sa veste avec suffisamment de “persuasion”. Je pense que c’est un mythe et il suffit de voir ce qui s’est passé lors de la dernière réunion de l’Organisation de la Coopération de Shanghai où la déclaration finale est ce qu’on appelle la déclaration de New Delhi avec l’entrée de l’Iran.

    On pensait que c’était une déclaration assez classique, sans trop prendre de risques,mais tout le monde a été scotché par la portée globale de cette déclaration. Nous allons prendre le monde à notre compte, nous voulons réformer l’OMC, nous accusons certains “Etats” de déployer des systèmes anti-missiles en piétinant la souveraineté d’autres Etats, nous accusons certains “Etats” de militariser le système financier, etc. C’était une déclaration assez agressive alors qu’à l’époque, l’OCS était sous la présidence de l’Inde.

    L’Inde a encore beaucoup de ressentiment vis à vis des anciennes puissances coloniales, même si quand on regarde la population britannique et américaine, on se dit que les bons vieux “métèques” ont pris leur revanche. Toutefois, le fait de prendre un ancien nom vous empêche d’inclure les populations récentes qui sont devenus des indiens à part entière.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *