q Route maritime du Nord : le trafic maritime devrait atteindre 80 millions de tonnes en 2024 - Actualité Houssenia Writing

Route maritime du Nord : le trafic maritime devrait atteindre 80 millions de tonnes en 2024


  • Français

  • La route maritime du Nord est un corridor de transport mondial important qui est en pleine expansion. Le trafic maritime devrait atteindre 80 millions de tonnes en 2024, grâce à l’augmentation de la production de gaz naturel liquéfié et à la coopération avec l’Inde.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram

    La Russie prévoit que le fret maritime sur la route maritime du Nord atteindra 80 millions de tonnes en 2024, grâce à l'augmentation de la production de gaz naturel liquéfié et à la coopération avec l'Inde.

    Aleksey Chekunkov, le ministre russe du développement de l’Extrême-Orient et de l’Arctique, a déclaré que malgré les sanctions affectant les projets de construction navale, la Route maritime du Nord (NSR) dans la zone économique arctique de la Russie connaît un essor sans précédent.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Chekunkov a déclaré que le chiffre d’affaires du fret sur ce corridor de transport vital a grimpé en flèche à 34 millions de tonnes par an en 2022, marquant une multiplication par huit depuis 2015. Il prévoit que les initiatives d’infrastructure en cours propulseront ce chiffre d’affaires à plus de 80 millions de tonnes en 2024.

    La Route maritime du Nord est déjà devenue une artère internationale à part entière ; elle peut déjà être considérée comme un corridor de transport mondial. Une grande partie de l’économie mondiale en dépend ; tous les pays qui reçoivent notre gaz naturel liquéfié, y compris ceux qui sont actuellement considérés comme ‘hostiles’… L’intensité du trafic maritime va augmenter de nombreuses fois au cours des sept prochaines années“, a déclaré Chekunkov, en marge du Forum économique de l’Extrême-Orient à Vladivostok.

    La Russie prévoit que le fret maritime sur la route maritime du Nord atteindra 80 millions de tonnes en 2024, grâce à l'augmentation de la production de gaz naturel liquéfié et à la coopération avec l'Inde.

    Chekunkov a souligné que le corridor ne doit pas être considéré comme la réponse de la Russie aux sanctions occidentales, mais comme une “route mondiale pour le transport de marchandises, que nous produisons déjà ou que nous commencerons bientôt à produire”.

    L’usine de liquéfaction flottante, l’Arctic LNG 2, produira 10 millions de tonnes de GNL par an. Pour transporter ce gaz à travers la glace, nous avons besoin de la Route maritime du Nord ; nous avons besoin de méthaniers brise-glace, de ports, de systèmes de navigation et de contrôle. Le projet Vostok Oil est lancé, les projets de production de charbon et de minerai continuent de se développer – toutes ces entreprises produiront 100 millions de tonnes en 2026 et 200 millions de tonnes par an en 2030-2031. C’est à cela que sert l’infrastructure de la Route maritime du Nord.”

    Chekunkov a noté que si les sanctions occidentales étaient “un défi” pour la construction de navires destinés à exploiter la route, la Russie a déjà réussi à remplacer la plupart des équipements et technologies qu’elle importait de l’Occident par des alternatives nationales.

    Nous surmontons ce défi. En avril, nous avons adopté une disposition supplémentaire dans notre plan de développement de la NSR consacrée à la création de technologies nationales pour les équipements de bord. Elle prévoit 18 milliards de roubles (187 millions de dollars) d’investissements budgétaires dans la substitution des importations de ces technologies. En ce qui concerne les brise-glaces, près de 100 % de la production est déjà localisée“, a-t-il déclaré.

    Parallèlement, il a noté que la Russie a reçu de multiples propositions de partenaires étrangers pour participer à ses projets de construction navale, notamment de l’Inde. La Russie prévoit de construire plus de 100 navires brise-glace d’ici 2030 et a besoin d’investissements supplémentaires.

    L’Inde, en tant que grande puissance maritime et de construction navale, tout comme la Russie, est vivement intéressée par la coopération avec la Russie dans le Nord, en utilisant la Route maritime du Nord comme un corridor de transport alternatif, en maîtrisant les compétences en matière de navigation arctique, en participant à des projets communs de construction navale, et pas seulement pour les cargos mais aussi pour les brise-glaces non nucléaires”, a-t-il déclaré. “L’infrastructure de la NSR sera toujours d’origine russe, mais la technologie et les biens pourront provenir d’États amis.”

    L’industrie indienne de la construction navale est centrée dans le Gujarat, l’État d’origine du Premier ministre indien Narendra Modi, qui a déjà inspecté des chantiers navals russes à Vladivostok. Il est désireux d’obtenir un développement industriel dans le cadre des plans indiens globaux de développement de son économie en utilisant l’énergie russe. La stratégie de Modi à cet égard est d’insérer la fabrication et les produits indiens dans les chaînes d’approvisionnement.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *