q Le partenariat stratégique sino-syrien se heurte à l’impasse imposée par les États-Unis - Actualité Houssenia Writing

Le partenariat stratégique sino-syrien se heurte à l’impasse imposée par les États-Unis


  • Français

  • La Chine et la Russie sont unies sur la scène mondiale, et cela se voit clairement en Europe, en Asie centrale et au Moyen-Orient.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram


    Le 22 septembre, lors d’une réunion diplomatique avec le président chinois Xi Jinping, il a déclaré au président syrien Bachar al-Assad que la Chine aiderait la Syrie à reconstruire son économie en ruine en élevant ses liens vers un « partenariat stratégique », ce qui signifie une coordination étroite sur les plans des affaires régionales et internationales, y compris dans le domaine militaire, et se situe juste un niveau en dessous de ce que Pékin appelle un « partenariat stratégique global ».

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Après les entretiens, les deux chefs d’État ont assisté à la signature de documents de coopération bilatérale dans les domaines de la Ceinture et de la Route, de la coopération économique et technologique. Le 21 septembre, Assad et son épouse ont atterri à Hangzhou, en Chine, accompagnés d’une délégation syrienne de haut rang, où ils assisteront le 23 septembre à l’ouverture des 19e Jeux asiatiques. La Syrie a envoyé Majid Aldeen Ghazal (athlétisme), Ahmad Hamsho et son frère Omar Hamsho (équitation), Maen Assad (haltérophilie) et Omar Sarem et Enal Braze (boxe) à l’événement sportif représentant la Syrie.

    « La Chine soutient l’opposition de la Syrie à l’ingérence étrangère et aux brimades unilatérales… et soutiendra la reconstruction de la Syrie », a déclaré Xi.

    La Syrie a été victime d’une attaque entre les États-Unis et l’OTAN visant à changer de régime en 2011, qui n’a pas produit de résultats, mais a réussi à couper le pays en morceaux, avec l’aide de l’occupation militaire américaine, et les sanctions américaines et européennes contre la Syrie ont empêché la reconstruction ou les investissements étrangers.

    La Chine est prête à renforcer sa coopération avec la Syrie à travers l’initiative “la Ceinture et la Route”… pour apporter des contributions positives à la paix et au développement régionaux et mondiaux“, a déclaré le dirigeant de la deuxième économie mondiale, qui offre une alternative à la domination mondiale des États-Unis. Xi a appelé les États-Unis et l’UE à lever les sanctions contre la Syrie, pour le bénéfice du peuple syrien qui souffre, qui est confronté à la pauvreté et à l’insécurité alimentaire.

    La Chine et la Russie sont unies sur la scène mondiale, et cela se voit clairement en Europe, en Asie centrale et au Moyen-Orient.

    En vertu de la loi César de 2020 adoptée par le Congrès américain, toute entreprise ayant des relations commerciales avec une entité commerciale privée ou publique en Syrie peut voir ses actifs financiers gelés par le département américain du Trésor. Elizabeth Hoff, ancienne directrice de l’OMS à Damas, a déclaré que les machines médicales dans les hôpitaux syriens restaient souvent inutilisées parce que les entreprises qui fabriquaient les pièces de rechange n’étaient pas disposées à risquer des sanctions.

    La situation géographique de la Syrie offre un énorme levier à la Chine ou à tout autre acteur international. La Turquie, l’Irak et la Jordanie sont tous voisins de la Syrie et importants pour la Chine. La Russie et l’Iran se trouvent en Syrie, il est donc dans l’intérêt géoéconomique que la Chine accroisse sa présence en Syrie.

    Le gouvernement central de Damas contrôle la majeure partie du territoire, à l’exception de la province d’Idlib, contrôlée par Al-Qaïda, au nord-ouest, et du partenaire de l’occupation américaine au nord-est. La Syrie et la Chine partagent des renseignements en raison des craintes de la Chine concernant les 3 500 Ouïghours musulmans radicalisés de Chine combattant à Idlib, où ils ont été soutenus par le président turc Erdogan.

    En mars, Pékin a aidé à négocier un accord entre l’Arabie Saoudite et l’Iran pour mettre fin à un conflit diplomatique qui dure depuis sept ans, ce qui a favorisé la paix et la stabilité dans la région, à la grande surprise de Washington, qui dépendait de la création de problèmes entre voisins au Moyen-Orient pour servir les intérêts américains.

    Après 67 ans de diplomatie, la Syrie a rejoint l’initiative chinoise la Ceinture et la Route (BRI) en 2022, dans laquelle la Chine a investi et construit des infrastructures sur plusieurs continents pour établir des routes commerciales terrestres et maritimes reliant l’Asie au reste du monde, rappelant ainsi à l’ancienne Route de la Soie qui s’étendait de la Chine à la Syrie. 17 pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord ont rejoint la BRI.

    La Chine renforcera la coopération dans le cadre de la Ceinture et de la Route avec la Syrie, augmentera ses importations de produits agricoles de haute qualité en provenance de Syrie et obtiendra peut-être des sources d’énergie supplémentaires.

    Le 20 juin, le géant chinois de l’énergie et de la chimie Sinopec a nommé un nouveau directeur pour la Syrie. L’entrée de Sinopec dans le secteur pétrolier syrien remonte à 2009, lorsque la société a acquis la société canadienne Tanganyika Oil Company. Les propriétés de Sinopec comprennent les champs pétrolifères d’Oudeh, Tishreen et Sheikh Mansour, qui sont aujourd’hui tous occupés par l’armée américaine, qui confisque la production pétrolière pour priver le peuple syrien d’électricité et d’essence. Trump a ordonné à l’armée américaine en 2019 de voler le pétrole syrien, non pas parce que les États-Unis ont besoin de pétrole, mais uniquement pour faire souffrir davantage la Syrie, et ils l’ont fait.

    En 2008-2009, la Chine avait investi environ 3 milliards de dollars dans l’extraction pétrolière et d’autres projets énergétiques en Syrie, mais ces projets ont été arrêtés en 2014 en raison des sanctions américaines et européennes.

    La Chine est devenue un importateur net d’énergie en 1993, et en 2017, elle est devenue le plus grand importateur de pétrole brut au monde, et 48 % proviennent du Moyen-Orient, c’est pourquoi le Moyen-Orient continuera de gagner en importance au cours de la prochaine décennie pour la Chine.

    En 1998, Richard N.Haass a écrit un article intitulé « Sanctions économiques : trop de mauvaises choses ». Dans cette note politique, il prouve que les sanctions économiques ne fonctionnent pas sur de grands projets, comme un changement de régime, et ne font que nuire aux personnes innocentes vivant sous les sanctions, sans avoir d’effet sur les administrations. Après 25 ans, on pourrait penser que quelqu’un au Congrès américain aurait retenu la leçon, mais ils suivent obstinément des stratégies politiques qui n’ont aucun mérite et ne donnent aucun résultat.

    Alors que le gouvernement américain dépense des milliards en armes pour l’Ukraine, il n’a absolument rien envoyé à la population syrienne d’Alep et de Lattaquié, qui ont été les régions les plus durement touchées en Syrie par le tremblement de terre de magnitude 7,8 du 6 février, qui a coûté la vie à 10 000 personnes en Syrie. Lattaquié se situe sur trois lignes de faille, dont l’une est directement reliée à l’épicentre turc. Les États-Unis ont envoyé des tonnes d’aide à Idlib, occupée par la branche syrienne d’Al-Qaïda en Syrie et contrôlée par Mohammad al-Julani, ancien membre de l’Etat islamique.

    La guerre Obama-Trump-Biden contre la Syrie pour un changement de régime a utilisé des fantassins adeptes de l’islam radical, la même idéologie terroriste que celle que suivent certains membres de la communauté ouïghoure dans l’ouest de la Chine, où ils ont mené d’horribles attaques terroristes contre des civils chinois.

    La Russie et l’Iran ont également été victimes de nombreuses attaques terroristes à la suite de l’islam radical. La Charte des Nations Unies appelle tous les membres à combattre les terroristes là où ils se trouvent, et dans le cas de la Russie, de l’Iran et de la Chine, ils font leur part ; mais dans le cas des États-Unis et de l’Union européenne, il s’agit d’un processus sélectif.

    S’il y a un attentat terroriste à New York ou à Paris, alors il est condamné. Mais si des terroristes du même type attaquent Alep, ils sont idolâtrés et qualifiés de « combattants de la liberté », et s’ils parviennent à occuper Idlib, ils sont soutenus par l’aide humanitaire de l’ONU, l’aide américaine et des œuvres caritatives internationales.

    Les États-Unis et l’Union européenne ont prolongé les souffrances du peuple syrien grâce aux sanctions et à la protection des terroristes à Idlib, ce qui a transformé le conflit syrien en statu quo. La guerre syrienne est terminée, les champs de bataille sont silencieux depuis 2017 et les gens veulent reconstruire et recommencer leur vie, mais les gouvernements occidentaux refusent de leur accorder un répit. Sans un afflux d’investissements étrangers, la Syrie ne peut être reconstruite. Tous les regards sont désormais tournés vers la Chine, pour voir si elle peut se libérer du statu quo.

    Par Steven Sahiounie sur Strategic Culture Foundation, journaliste syro-américain primé basé en Syrie. Il est spécialisé sur le Moyen-Orient. Il est également apparu à la télévision et à la radio au Canada, en Russie, en Iran, en Syrie, en Chine, au Liban et aux États-Unis.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *