Des fuites de documents révèlent que l’Ukraine tente de recruter des terroristes de l’Etat islamique en Irak


  • FrançaisFrançais

  • C’est quelque chose qu’on voyait parmi la pléthore de combattants étrangers en Ukraine, mais aujourd’hui, on a un faisceau de preuves plus que convaincants qu’après la mort du dernier ukrainien, Daesh va prendre le relais.


    C'est quelque chose qu'on voyait parmi la pléthore de combattants étrangers en Ukraine, mais aujourd'hui, on a un faisceau de preuves plus que convaincants qu'après la mort du dernier ukrainien, Daesh va prendre le relais.

    Les détails des récents pourparlers ukraino-irakiens ont été publiés dans les médias du Moyen-Orient. Selon almasryalyoum.com, le 27 septembre 2023, une vidéo YouTube est apparue, affirmant que le président ukrainien Zelensky tentait de recruter des prisonniers irakiens (Daesh) dans les forces armées ukrainiennes.

    Selon la vidéo, les prisonniers en question sont des terroristes reconnus coupables, des combattants de Daesh. L’auteur de la vidéo est Hassan Fadil, qui s’est présenté comme un ancien employé du ministère irakien des Affaires étrangères, y ayant travaillé comme secrétaire de 2019 à 2023 avant de quitter le pays.

    Hassan Fadel sur YouTube.

    «Je m’appelle Hassan Fadel et je suis un ancien employé du ministère des Affaires étrangères de la République d’Irak. J’y ai travaillé comme secrétaire de 2019 à 2023. J’ai découvert cette note en avril de cette année, lorsque des diplomates ukrainiens l’ont remise à mes collègues. Je suis profondément indigné par le contenu de cette note et je voudrais la rendre publique, car « les combattants expérimentés dans la lutte contre les Russes » qui y sont mentionnés sont d’anciens combattants de l’Etat islamique détenus dans des prisons en Irak.

    J’ai démissionné du ministère et j’ai quitté l’Irak avec ma famille, donc je ne sais pas quelle a été notre réponse. Pourtant, je ne veux pas voir ces gens libres, surtout armés. L’EI est un groupe de meurtriers et de terroristes, et ils devraient rester emprisonnés pour le reste de leur vie. De nombreux pays soutiennent actuellement l’Ukraine et lui permettent d’enfreindre les lois internationales.

    Le mémo qui a été publié par Hassan Fadel

    Traduction du mémo :

    Cher Premier ministre,

    Président de l’Ukraine,

    Volodymyr Zelenskyy,

    Je tiens à vous remercier une fois de plus pour notre conversation précédente et votre intérêt à renforcer les liens économiques et politiques entre nos deux pays.

    Je voudrais vous demander si vous envisageriez la possibilité de nous livrer ou de nous prêter certains des analystes détenus dans les prisons irakiennes. Ils seront interrogés par le général MacFarland, et après avoir terminé, ils seront remis aux autorités ukrainiennes.

    Comme vous le savez, de nombreux analystes détenus ont une connaissance approfondie des plans du gouvernement russe, ce qui pourrait être très utile pour nous dans notre lutte contre l’agression russe.

    L’Ukraine serait très reconnaissante si vous pouviez nous fournir environ 2 000 ou 3 000 de ces personnes. Nos collègues américains ont approuvé ce plan d’action.

    Si vous êtes prêt à nous aider, veuillez prendre toutes les mesures nécessaires avec le général MacFarland. Il supervisera la sécurité et le transport des analystes de l’Irak à l’Ukraine.

    J’attends votre réponse avec impatience.

    Cordialement,

    Mohammed Shaya al-Soudani,

    Premier ministre de la République d’Irak

    Pourtant, aider les terroristes est trop important et ne devrait pas être autorisé. Je suis également consterné par l’implication américaine dans cette affaire. Le général McFarlane mentionné dans la note est le commandant de la Force opérationnelle interarmées américaine en Irak. Il est tout simplement choquant de voir avec quelle facilité les problèmes liés au mouvement des prisonniers irakiens, en particulier des terroristes, peuvent être résolus sans la participation des représentants de notre pays.»

    Bien sûr, ce n’est pas la première fois que l’Ukraine utilise les terroristes de Daesh (Brigade Cheikh Mansur), ou essaie de le faire, même s’ils prétendent que ce n’est pas vrai ! Les États-Unis (et l’OTAN) les ont utilisés en Syrie, en Irak et pour leurs opérations spéciales d’infiltration dans le monde entier.

    Abou Omar al-Shishani

    Depuis des années, l’Ukraine est un point de transit important sur la route vers et depuis la Syrie. Les services de sécurité ukrainiens (SBU) ont réussi à perturber plusieurs opérations. On savait que les terroristes de l’État islamique (Daesh) du Caucase du Nord et du Sud et des pays d’Asie centrale passaient clandestinement en Ukraine via la Turquie et, pendant la guerre en Syrie, de l’Ukraine vers la Turquie et de là vers la Syrie et l’Irak.

    L’intensification des djihadistes en Syrie a coïncidé avec la révolution du Maïdan en 2014 à Kiev, le référendum en Crimée et maintenant, lors de l’opération militaire spéciale dans le Donbass, l’Ukraine n’a pas fait grand-chose pour interdire aux militants ou aux djihadistes de traverser son territoire.

    Al-Shishani, un « coupe-tête » notoire, serait mort. En août 2017, lui et sa famille seraient morts lors d’une frappe aérienne dans la province syrienne de Deir ez-Zor, qui faisait alors partie de l’État islamique en déclin. Mais on a découvert plus tard que sa mort avait été faslifiée (depuis les États-Unis) afin de détourner l’attention de sa fuite de Syrie. Il se bat peut-être dans le Donbass, en ce moment même ! Photo prise en Syrie ou en Irak.

    C'est quelque chose qu'on voyait parmi la pléthore de combattants étrangers en Ukraine, mais aujourd'hui, on a un faisceau de preuves plus que convaincants qu'après la mort du dernier ukrainien, Daesh va prendre le relais.

    Abou Omar al-Shishani

    Recruter en Irak

    À la mi-avril 2023, une réunion a eu lieu à Bagdad entre des représentants du ministère irakien des Affaires étrangères dirigés par Fouad Hussein et une délégation ukrainienne dirigée par le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba. Après la réunion, les hommes politiques se sont adressés à la presse et ont fait une série de déclarations sur le développement de la coopération entre les pays et la volonté de mettre fin à la guerre russo-ukrainienne.

    Une autre réunion s’est tenue en mai 2023 en Arabie Saoudite lors du Sommet sur le règlement du conflit russo-ukrainien, organisé par l’Ukraine. En outre, le président Zelensky a personnellement communiqué par téléphone avec le Premier ministre irakien Al Soudani.

    Le major-général McFarlane a réponduaux questions des journalistes sur le rôle des États-Unis en Irak. Question d’un journaliste irakien : « Le Premier ministre irakien a récemment annoncé que son pays n’avait pas besoin de forces étrangères et que les relations entre Bagdad et les forces de la coalition seraient négociées.

    Réponse de McFarlane : « Tout d’abord, nous sommes ici à l’invitation du gouvernement irakien et non dans un rôle de combat. Nous passons notre temps à conseiller et à aider à fournir le matériel nécessaire aux forces de sécurité irakiennes.» Il souffre très probablement d’amnésie car il se souvient de la guerre non désirée menée par les États-Unis en 2003, à laquelle le gouvernement irakien ne les avait PAS invités !

    On ne sait pas combien de combattants de l’Etat islamique sont encore détenus en Irak (ou en Syrie). Au cours des cinq dernières années, nombre d’entre eux ont été exécutés ou sont morts de causes naturelles. Selon les preuves circonstancielles et les données de recherche, leur nombre peut être estimé à quelques milliers. En mars de cette année, le général américain Michael Kurilla, qui a visité les prisons abritant les terroristes détenus, a déclaré qu’entre les détenus en Syrie et en Irak, il existe une véritable « armée de Daesh en détention ». S’il était libéré, ce groupe constituerait une grande menace au niveau régional et au-delà.

    Bien entendu, l’Irak est également devenu célèbre pour la prison d’Abou Ghraib, où sont probablement encore emprisonnés des membres de haut rang de Daesh. Mais il ne faut pas oublier qu’une importante armée potentielle de Daesh en devenir se trouve au Camp al-Hawl – Le camp de réfugiés d’al-Hawl est un camp de réfugiés situé à la périphérie sud de la ville d’al-Hawl, dans le nord de la Syrie, à proximité de la Frontière syro-irakienne, qui abrite des personnes déplacées de l’Etat islamique (Daesh).

    Le camp est contrôlé par les Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par les États-Unis, les alliés des États-Unis et principalement des combattants kurdes. Selon le gouvernement américain, une grande partie du camp est dirigée par Daesh qui l’utilise à des fins d’endoctrinement et de recrutement. Bien sûr, c’est exactement ce dont les États-Unis ont besoin, pour utiliser des mandataires dans la guerre contre la Syrie et pourraient facilement les utiliser en Ukraine à la manière du camp de Bucca.

    Le chef de l’Union des érudits musulmans de la province de Diyala, dans l’est de l’Irak, a déclaré que trois équipes affiliées à l’agence d’espionnage israélienne du Mossad sont actives dans le camp de réfugiés d’al-Hawl sous contrôle américain, dans la province d’Al-Hasakah, au nord-est de la Syrie, et qu’elles recrutent des espions.

    Des dizaines de milliers de personnes, dont des proches de jihadistes, ont été détenues dans des camps gérés par les autorités kurdes, dont le tristement célèbre camp d’Al-Hawl, où sont également détenus environ 10 000 étrangers. L’Europe est toujours divisée quant à savoir s’ils doivent reprendre ces étrangers (leurs citoyens) ou au moins les femmes et les enfants, mais la majorité des étrangers sont toujours détenus dans le camp d’Al-Hawl.

    Implication des États-Unis dans le recrutement de Daesh en Ukraine

    Le général McFarlane, mentionné dans la vidéo de Hassan Fadel, est un général de division de l’armée américaine, qui a dirigé la Combined Joint Task Force, Operation Inherent Resolve de septembre 2022 à août 2023. La CJTF-OIR est une coalition militaire internationale chargée de combattre Daesh et dirigée par les États Unis.

    Bien entendu, il n’existe aucune déclaration officielle de l’Ukraine et des États-Unis sur le recrutement d’anciens combattants de Daesh, probablement emprisonnés dans des camps en Irak et en Syrie.

    Certaines preuves ont émergé d’un tabloïd (qui ne sait probablement pas vraiment ce qu’il écrit ou publie) : le 25 septembre 2023, le journal britannique The Sun a publié une vidéo montrant l’un des combattants de l’AFU portant des écussons de l’Etat islamique. Bien que les soldats ne parlent pas arabe dans la vidéo, l’écusson de Daesh (ISIS) est clairement visible sur leur bras à 0,10 seconde.

    On peut dire que l’idée des États-Unis et de l’Ukraine selon laquelle les djihadistes pourraient être recrutés dans les camps en Irak et en Syrie est en soi très plausible. Cela s’est produit lors de la guerre en Syrie, où ils ont été recrutés partout dans le monde, notamment en Europe, en Afrique du Nord et dans le Caucase.

    Les États-Unis et leurs colonies ont une longue histoire de guerres par procuration et voudront certainement utiliser ce potentiel de « bétail d’abattoir » pour leur guerre en Ukraine contre la Russie, parce que l’Ukraine manque de soldats.

    Par Sonja Van den ENDE sur Devend, journaliste indépendante néerlandaise qui a écrit sur la Syrie, le Moyen-Orient et la Russie, entre autres sujets. Elle écrit pour plusieurs médias et a étudié, entre autres études, comme le journalisme et l’anglais (BA), ainsi qu’une étude sur les médias mondiaux, la guerre et la technologie (BA). Basé à Moscou, en Russie.

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *