Comment la démesure impériale affaiblit la sécurité nationale américaine ?


  • FrançaisFrançais

  • Un analyste militaire dénonce l’échec de la force entièrement volontaire comme un symptôme d’une pourriture civique qui ronge la démocratie américaine. Il propose de réduire l’empreinte militaire des États-Unis dans le monde et de renouer avec la raison.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram


    Un article récent du général de division (retraité) Dennis Laich et du colonel (retraité) Lawrence Wilkerson souligne une crise du recrutement militaire aux États-Unis. Voici comment commence leur article :

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Le modèle de force entièrement volontaire (FEV) de l’armée américaine est un échec total. L’année dernière, l’armée active a manqué de 15 000 recrues son objectif. Cette année, il en manquait 10 000, et la réserve de l’armée a manqué de 40 % son objectif. Cette année, la marine active a manqué de 7 000 recrues, et la réserve de la marine était à 33 % de son objectif. Enfin, l’armée de l’air active a manqué de 3 000 recrues, et la réserve de l’armée de l’air et la garde nationale aérienne ont chacune manqué de 30 % leur objectif.

    Il n’y a aucune raison de penser que ces tendances ne vont pas se poursuivre, et encore moins de penser qu’elles ne vont pas s’aggraver. Au cours des 10 dernières années, la propension à servir est passée de 15 % à 9 %, et la part de la population en âge de recrutement qualifiée pour servir est passée de 30 % à 23 %. Le nombre d’enfants de 5 ans et moins aux États-Unis est inférieur de 12 % à celui de la cohorte des 15 à 25 ans, ce qui présente une réalité démographique sombre.

    Notre crise de sécurité nationale fait partie d’une pourriture civique plus large qui ronge notre démocratie. En fin de compte, l’échec de la FEV pourrait conduire à la guerre si les États-Unis apparaissent faibles à un éventuel adversaire.

    Laich et Wilkerson aimeraient voir un retour d’un service militaire obligatoire basé sur un tirage au sort pour les jeunes hommes et femmes en Amérique. Je respecte ces hommes ; nous faisons partie de la même organisation, le Eisenhower Media Network. Mais je vois cette question sous un autre angle.

    En substance, les jeunes Américains votent avec leurs pieds en ne rejoignant pas l’armée dans les nombres que la FEV désire. Ce n’est pas une mauvaise chose. L’armée américaine, si elle était vraiment axée sur la défense nationale, serait et devrait être beaucoup plus petite. Ce qui agrandit notre armée (et ses quotas de recrutement) est la démesure impériale.

    Les États-Unis ont-ils vraiment besoin de garnir environ 800 bases militaires à l’étranger ? L’armée de terre américaine a-t-elle vraiment besoin de grandes brigades et de bataillons pour mener des guerres conventionnelles en Asie ? Pourquoi l’armée de l’air a-t-elle besoin de tant de personnes ? Pourquoi la marine doit-elle avoir autant de navires ? Pourquoi avons-nous besoin d’une force spatiale en croissance ?

    Je ne vois pas l’Amérique apparaître comme “faible” face à des adversaires potentiels. En fait, les adversaires potentiels regardent les États-Unis comme un tyran trop fort et souvent imprévisible. Chaque pays du monde sait que les États-Unis mettent leur armée en premier, que les États-Unis sont le seul pays à avoir utilisé des armes nucléaires en guerre, que les États-Unis n’ont jamais rencontré une guerre qu’ils n’aimaient pas, même s’ils n’ont pas gagné une grande guerre depuis la Seconde Guerre mondiale.

    La faiblesse militaire n’est pas un problème que l’Amérique risque d’avoir. Même lorsque l’empire s’effondrera finalement, l’armée sera toujours la dernière institution américaine qui sera entièrement financée. (En effet, les sommes énormes dépensées pour l’armée contribuent à cet effondrement.)

    Nous n’avons pas besoin d’un renouveau du service militaire obligatoire. Nous avons besoin d’un renouveau de la raison. Nous avons besoin d’une politique étrangère dans laquelle nous nous occupons de nos propres affaires. Dans laquelle nous n’envoyons pas des forces militaires dans tous les points chauds du monde. Dans laquelle nous ne réduisons pas les autres pays en soumission, comme nous avons essayé de le faire avec des pays comme le Vietnam, le Laos et le Cambodge. (La mort d’Henry Kissinger le Pilonneur à l’âge de 100 ans montre que seuls les bons meurent jeunes.)

    Une armée plus petite pourrait signifier moins d’engagements étrangers pour l’Amérique ainsi qu’une destruction mondiale beaucoup moins importante (pensez à l’Asie du Sud-Est ainsi qu’à l’Irak, l’Afghanistan, la Libye, la Syrie, la Somalie, etc.). Ce ne serait pas une mauvaise chose.

    Bien sûr, la réponse de l’armée américaine à sa prétendue crise de recrutement est d’embaucher une agence de publicité coûteuse, en lui donnant plus de 450 millions de dollars de l’argent des contribuables pour élaborer de nouvelles façons d’inciter les jeunes Américains à rejoindre l’AVF. Cela montre simplement combien d’argent le Pentagone doit dépenser (ou jeter) pour résoudre des problèmes perçus.

    Si l’Amérique était confrontée à une menace réelle et immédiate (un danger clair et présent, comme le dit le proverbe) pour sa sécurité nationale, je ne doute pas que les jeunes Américains se mobiliseraient. Mais je ne vois aucun ennemi étranger cherchant à conquérir militairement Topeka, Tampa ou Tucson, et je ne vois pas non plus un besoin pressant d’une armée de grande taille qui conserve encore une mentalité de guerre froide de domination totale contre les Rouges (la Chine et la Russie restent les croque-mitaines pour la plupart de l’armée américaine et du Congrès également.)

    Comme me l’a dit un jour un général de division, moins d’argent pour l’armée américaine, ainsi que moins de troupes, pourraient avoir l’effet salutaire de forcer les hauts gradés à réfléchir une fois avant d’envahir un autre pays ou de menacer une nouvelle guerre.

    Pendant la majeure partie de notre histoire, l’Amérique a eu une profonde méfiance à l’égard des grandes armées permanentes et du chaos et des méfaits qu’elles provoquent systématiquement. Il est temps de raviver cette méfiance.

    Par W.J. ASTORE sur Bracing Views

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *