Comment Big Pharma détruit la santé mondiale


  • FrançaisFrançais

  • Dans un nouveau livre, un militant explore comment les grandes sociétés pharmaceutiques ont acquis le pouvoir qu’elles ont aujourd’hui. Le rôle de la propriété intellectuelle et la négligence des maladies non rentables. Mais c’est l’erreur de sous-estimer l’influence des entreprises sur les gouvernements des pays du Nord.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram


    Avec Pharmanomics: How Big Pharma Destroys Global Health, Nick Dearden propose un récit fascinant de l’évolution des Big Pharma vers un monstre avide de profit qui détruit une composante importante des systèmes de santé mondiaux. Cependant, en ce qui concerne les conclusions politiques qu’il tire, ses espoirs que ce léopard puisse changer de statut et répondre de manière plus rationnelle aux besoins de santé mondiaux ne convainquent pas ceux qui adhèrent à une vision plus radicale de la transformation sociale.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Cela dit, les limites de l’analyse de Dearden ne devraient pas surprendre grandement. Il s’agit après tout d’une figure importante au sein du réseau international d’ONG et, bien qu’il lance un puissant réquisitoire contre les sociétés pharmaceutiques, il est mieux placé pour jouer le rôle de conseiller du capitalisme que de fossoyeur du système.

    Bénéfices versus besoins humains

    Dès les premières pages du livre, nous voyons comment une caractéristique générale du capitalisme a été appliquée à la fourniture de médicaments. Dans ce domaine vital des besoins humains, le système de profit décide qui vivra et qui mourra, garantissant que la recherche, le développement, la distribution et la disponibilité des produits pharmaceutiques ont bien plus à voir avec des stratégies de marketing qu’avec la guérison, le confinement et la prévention des maladies.

    Dans le premier chapitre, Dearden examine le rôle crucial de la famille Sackler aux États-Unis, à partir des années 1950, dans le développement de l’industrie pharmaceutique. “Le véritable talent d’Arthur Sackler était de vendre des médicaments. On lui attribue les formes modernes de marketing pharmaceutique aux États-Unis. L’homme d’affaires était un expert dans la recherche directe des médecins, comprenant le rôle qu’ils jouaient non pas dans le processus de prescription, mais en tant que symboles de confiance dans la société” (p.2).

    L’approche de Sackler reposait sur l’idée que “presque tout le monde devrait prendre régulièrement des médicaments très puissants“. Cela comprenait la promotion de l’utilisation du Valium par “des personnes sans symptômes psychiatriques” (p. 3).

    Après la mort de Sackler, ses successeurs ont commencé à commercialiser l’OxyContin en 1996 et “le plus grand scandale pharmaceutique moderne a commencé aux États-Unis“. Comme le Valium, l’OxyContin était un médicament potentiellement utile, mais il était “commercialisé de manière agressive comme un médicament ne créant pas de dépendance et approprié pour presque tout le monde, même ceux souffrant de douleurs modérées. Malheureusement, c’était loin d’être vrai” (p.4).

    Cinq ans après le début des ventes, OxyContin a généré plus d’un milliard de dollars de ventes, au prix d’une épidémie de dépendance et de décès. Comme le souligne Dearden, “un médicament comme celui-ci doit être prescrit avec beaucoup de parcimonie. [Mais] les entreprises avides de profits comme Purdue fonctionnent différemment. Son impératif est de maximiser les ventes et de transférer tous les coûts sur la société dans son ensemble” (p. 5).

    Dearden note que “le pouvoir que le lobbying et les dons politiques sans restriction confèrent à l’industrie pharmaceutique est difficile à mesurer” (p. 12). Il explique également qu’”il existe une porte tournante entre l’industrie et le gouvernement, par laquelle les grandes sociétés pharmaceutiques attirent des employés expérimentés en leur offrant des salaires lucratifs” (p. 13).

    De tels mécanismes d’influence et de contrôle sont cependant insuffisants pour expliquer “l’ampleur du pouvoir de l’industrie”. Il est nécessaire de comprendre comment les grandes sociétés pharmaceutiques ont réussi à “aligner leurs intérêts sur ceux de l’establishment politique, du monde universitaire et de la profession de santé, ainsi que sur ceux des citoyens et des patients” (p. 14).

    Dans les années d’après-guerre, il y a eu “une nouvelle vague de médicaments innovants” (p. 14) qui a considérablement augmenté “le nombre de pilules de routine que nous prenons” (p. 15). C’est dans ce contexte que l’industrie pharmaceutique s’est développée et a consolidé ses opérations. La division entre la recherche et l’industrie manufacturière s’est dissoute et une série de fusions a créé “une poignée de grands acteurs verticalement intégrés” (p. 15).

    Alors que la contradiction entre les besoins de santé des communautés et les priorités de profit des sociétés pharmaceutiques devient de plus en plus claire, de nombreux efforts visant à réglementer et contrôler leurs activités ont vu le jour dans les pays du Nord.

    Dans ce contexte, “les grandes sociétés pharmaceutiques ont appris… qu’elles devaient étendre leur influence au plus profond de la société“. Il s’agissait essentiellement de “consolider les arguments selon lesquels les prix élevés étaient justifiés par les coûts de la recherche” (p. 22).

    Dearden montre comment “les problèmes liés au contrôle de l’industrie sur la recherche s’étendent également au processus d’approbation réglementaire” (p. 30). L’organisme de réglementation américain, la FDA [semblable à Anvisa au Brésil], “approuve de plus en plus des médicaments coûteux, malgré leurs effets secondaires dangereux ou peu connus et les preuves peu concluantes qu’ils contrôlent ou guérissent les maladies” (p. 31).

    Le deuxième chapitre examine comment le processus de financiarisation associé à l’ère néolibérale a intensifié le rôle destructeur des grandes sociétés pharmaceutiques. La recherche incessante et imprudente du profit est devenue encore plus ancrée. Dans ce contexte : “Les actifs incorporels, notamment la propriété intellectuelle, se déplacent au centre du modèle pharmaceutique” (p.51).

    Aujourd’hui, “les grandes sociétés pharmaceutiques consacrent de plus en plus de ressources à essayer de renforcer la valeur de leurs actifs incorporels plutôt qu’à s’engager dans des activités productives” (p. 51). Il est impressionnant de constater à quel point la recherche et la fabrication de médicaments sont subordonnées à cette condition. On constate que “seulement 2 à 3 % des nouveaux médicaments représentent de véritables avancées. Une étude réalisée en Allemagne en 2017 a montré que 57 % des nouveaux médicaments n’offraient aucune valeur thérapeutique” (p. 59).

    Ce qui a émergé de cette situation est “une crise dans la découverte de médicaments, avec de grandes entreprises vivant de médicaments brevetés et ne faisant pas grand-chose pour les remplacer lorsque ces brevets expirent” (p. 62). Pendant ce temps, des maladies curables affligent les pays du Sud sans que des efforts significatifs soient déployés pour les contenir. “Au cours des cinquante dernières années, seuls deux nouveaux traitements contre la tuberculose ont été développés, tandis que quatorze nouveaux traitements ont été développés pour une maladie qui ne tue personne, la rhinite allergique” (p.60).

    Pandémie

    En examinant le rôle des grandes sociétés pharmaceutiques pendant la pandémie mondiale, le troisième chapitre remet en question l’affirmation de Boris Johnson selon laquelle “c’est le capitalisme qui a assuré que nous ayons un vaccin en moins d’un an et il n’attaque donc pas les créateurs de richesse, mais les encourage” (p.80). Dearden rétorque que “la cupidité et le capitalisme ont créé la pandémie. Et ils étaient sur le point d’entraver les efforts visant à faire face à ses effets” (p. 83).

    Bien que la probabilité d’une pandémie majeure ait été pleinement comprise depuis des années, les grandes sociétés pharmaceutiques ont toujours fait preuve d’une “indifférence presque totale à l’égard du coronavirus, ou de tout candidat probable à une pandémie mondiale, car elles étaient considérées comme peu susceptibles d’être rentables” (p. 87). Si une approche différente avait été adoptée, “nous aurions pu nous trouver dans une bien meilleure situation. Le fait que nous ne le soyons pas va au cœur des problèmes de l’industrie” (p. 88).

    Dearden montre comment les grandes sociétés pharmaceutiques ont conservé la propriété intellectuelle des vaccins développés et en ont tiré profit, alors même que les initiatives de recherche et de distribution financées par des fonds publics étaient au cœur de la réponse à la pandémie. “En livrant les vaccins à un nombre sélectionné d’entreprises rentables, nous confiions également des décisions fondamentales, comme par exemple qui serait autorisé à fabriquer les vaccins, à quel prix et dans quel ordre ils pourraient être vendus” (p. 94-5). ).

    Les énormes bénéfices réalisés par les sociétés pharmaceutiques pendant la pandémie résultent en grande partie d’augmentations éhontées des prix. “Les vaccins de Moderna pourraient être produits pour seulement 2,85 dollars la dose. Cependant, ce sont en fait les vaccins les plus chers du marché, avec une moyenne entre 19 et 24 dollars la dose” (p. 98).

    Dearden réfléchit aux impacts néfastes de l’utilisation par les grandes sociétés pharmaceutiques des droits de propriété intellectuelle pour bloquer la distribution de vaccins aux pays pauvres à des prix abordables. Il montre comment les efforts visant à surmonter ce goulot d’étranglement ont été sapés par la folie d’essayer de “fournir le vaccin Covid aux communautés et aux populations des pays en développement sans perturber le marché pharmaceutique mondial” (p. 109).

    Pendant la pandémie, Dearden a participé à la campagne pour un “Vaccin pour le peuple” [le mouvement s’appelle People’s Vaccine, en anglais], et aborde ce sujet dans le quatrième chapitre. Dans le contexte d’une urgence sanitaire mondiale, cette initiative visait à remettre en question “les règles de propriété intellectuelle qui placent les “droits de propriété” au-dessus des droits de l’homme”. Elle a été confrontée à “un modèle de soins de santé fondé sur le marché et qui échoue pour la plupart des gens dans le monde” (p. 117).

    Conformément à une proposition de l’Inde et de l’Afrique du Sud, People’s Vaccine “a fermement soutenu la demande d’une dérogation à l’Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce, ou ADPIC”, qui “a étendu la protection des brevets dans le monde entier” et a veillé à ce que les sociétés pharmaceutiques “puissent dicter qui pourrait utiliser leurs créations et à quel prix elles devraient être facturées” (p. 118).

    Alors que la pandémie faisait rage, “la technologie des vaccins était entre les mains de trois entreprises seulement, toutes déterminées à réaliser des bénéfices substantiels”, de sorte que “même en 2022, pour chaque dose de vaccin à ARNm livrée aux pays à faible revenu, les revenus, cinquante-six ont été livrés aux pays riches” (p.120-1). Le taux de vaccination des populations était bien entendu en conséquence inégal.

    Alors que cette vaste injustice mondiale se déroulait, les trois plus grands producteurs de vaccins ont versé 26 milliards de dollars à leurs actionnaires en avril 2021, un montant qui aurait pu être utilisé pour “payer la vaccination d’au moins 1,3 milliard de personnes, l’équivalent de la population de l’Afrique” ( p.126).

    Règles de propriété

    Dans le cinquième chapitre, Dearden explore les règles de propriété intellectuelle que les grandes sociétés pharmaceutiques ont utilisées avec un avantage considérable. Il note qu'”il est approprié que les ADPIC aient été l’un des premiers accords négociés par la nouvelle Organisation mondiale du commerce (OMC)” (p. 161).

    Cet organisme, créé en 1995, est “un pilier du projet de mondialisation” (p. 161) qui a solidifié les relations commerciales internationales favorisant les centres impérialistes. “À mesure que le capitalisme se développerait pour devenir un marché véritablement mondial… les règles devraient être standardisées. Si cela nuisait à la capacité de certains pays à développer leurs propres technologies et, par conséquent, leur propre économie, cela poserait moins de problèmes” (p. 168).

    Les mesures qui ont ouvert la voie aux grandes sociétés pharmaceutiques “sont nées comme une expression grossière et profondément antidémocratique du pouvoir concentré des entreprises” (p. 168). “S’il n’y avait pas les douze sociétés transnationales basées aux États-Unis qui siègent au Comité de la propriété intellectuelle… il n’y aurait pas d’accord (sur les ADPIC) aujourd’hui” (p. 169). Les ADPIC ont été adoptés parce que “les États-Unis, travaillant en étroite collaboration avec les lobbyistes des grandes sociétés pharmaceutiques… [se sont engagés à] isoler et intimider les pays, les menaçant souvent ouvertement de conséquences économiques s’ils résistaient” (p. 169).

    Les restrictions étouffantes imposées par les ADPIC ont cependant conduit à “un jeu du chat et de la souris entre les grandes sociétés pharmaceutiques… et les militants et les gouvernements des pays du Sud”. Les intérêts pharmaceutiques ont fait pression pour des mesures “au-delà des ADPIC” qui leur accorderaient des avantages encore plus importants. Dearden montre que les grandes sociétés pharmaceutiques, malgré leur énorme pouvoir et leur influence, font face à une opposition constante qui les oblige parfois à reculer.

    Dans le sixième chapitre, Dearden étend son analyse au système de santé mondial dans son ensemble. Il suggère que l’application des mêmes approches qui ont facilité les affaires des sociétés pharmaceutiques a eu des impacts catastrophiques sur les soins de santé de première ligne (p. 187).

    Dearden critique l’influence indue de la Banque mondiale sur les projets de santé. Son approche reposait sur “un marché d’assurance maladie compétitif, la privatisation des soins de santé publics et un filet de sécurité minimal pour les pauvres“. La Banque a travaillé avec “des philanthropes de premier plan dont l’intervention dans ce domaine modifierait profondément la santé mondiale. Personne ne symbolise mieux cette nouvelle vague que Bill Gates” (p.196).

    La Banque mondiale et la Fondation Gates se sont associées pour “mobiliser 1 milliard de dollars en prises de participation et en prêts pour financer la croissance de la participation du secteur privé à la santé en Afrique subsaharienne“. Ces “investissements ont jusqu’à présent, en pratique, été principalement destinés à des hôpitaux coûteux et haut de gamme, offrant des soins tertiaires aux citoyens les plus riches et aux expatriés des pays africains” (p. 201).

    Dans les deux derniers chapitres, Dearden propose des alternatives au rôle dominant des grandes sociétés pharmaceutiques. Il considère le mouvement People’s Vaccine et ses efforts pendant la pandémie comme une émanation des luttes menées pendant la crise du VIH/SIDA dans les années 1990.

    Il ne fait aucun doute que dans les deux situations, ceux qui s’opposaient à la recherche effrénée du profit et exigeaient des réponses viables aux besoins de santé ont réussi à regagner du terrain sur les grandes sociétés pharmaceutiques et ont ainsi sauvé des vies. Pourtant, malgré toutes ses connaissances pratiques et son expérience considérables, les espoirs de Dearden d’un système de santé mondial plus juste et plus rationnel contiennent une part marquée d’optimisme. Il croit clairement qu’un lobbying mené avec la bonne approche convaincra les gouvernements de freiner les grandes sociétés pharmaceutiques.

    Dearden soutient avec force que les vastes inégalités mondiales qu’il a présentées nécessitent “la décolonisation du modèle” (p. 224). Cependant, sa suggestion selon laquelle les peuples du Sud peuvent faire pression sur leurs propres gouvernements et, en les “tenant pour responsables”, s’assurer qu’ils peuvent “prendre des mesures de transformation” (p. 224), sous-estime les divisions de classe dans le Sud et les liens entre les classes sociales et les gouvernements. des intérêts des élites à l’ordre mondial dirigé par les États-Unis.

    Fonction de l’État

    Dearden souligne à juste titre le rôle de l’État dans le développement des technologies, mais estime que les gouvernements ont été “gênés par leur rôle dans l’économie” (p. 240). Il soutient qu’”ils devraient mettre fin à la prétention selon laquelle le marché est la source de toute prospérité et de tout progrès et accepter le rôle qu’ils jouent” (p. 241). Il s’agit d’un argument libéral bien trop familier qui suppose que le pouvoir de l’État a été neutralisé par le néolibéralisme, alors qu’en fait il a été recentré et réorienté pour répondre aux besoins d’un programme d’exploitation intensifiée.

    Alors que le livre touche à sa fin, Dearden cherche des lueurs d’espoir dans des endroits sombres. Dans l’”Accountable Capitalism Act” de la sénatrice américaine Elizabeth Warren, il voit la possibilité de “modifier les obligations légales des administrateurs de sociétés afin qu’ils soient tenus de servir un intérêt plus large que les préoccupations étroites des actionnaires” (p. 243). Il accorde même une confiance très exagérée à la position de Joe Biden sur la limitation du pouvoir des grandes sociétés pharmaceutiques (p. 254).

    Dearden affirme que “les germes du changement” sont évidents et que “l’État est de retour”. À l’appui de cela, il souligne “le niveau d’intervention et de planification de l’État pendant la crise financière ou la pandémie de Covid-19” (p. 258). Il est certainement vrai que depuis 2008, nous avons assisté à des moments où l’État est intervenu avec une grande vigueur pour stabiliser le capitalisme mondial, mais il y a peu de preuves d’un effort soutenu pour imposer des contrôles plus stricts aux grandes entreprises ou adopter des niveaux plus élevés d’engagement social.

    Le livre, peut-être à juste titre compte tenu du point de vue politique de l’auteur, se termine par un dernier appel à l’État pour qu’il réprime les pires instincts du capitalisme.

    Citant un autre penseur, Dearden nous laisse avec le message que “la grande question est vraiment la suivante : les gouvernements ont-ils le courage d’orienter ce processus dans la bonne direction ? Comment pouvons-nous faire pression sur eux pour garantir qu’ils le fassent ? (p.268).

    Pharmanomics est un livre extrêmement utile qui devrait être lu par tous ceux qui souhaitent comprendre les mécanismes de l’avidité irrationnelle qui sapent et faussent la production et la distribution de médicaments à l’échelle mondiale. Il montre également très clairement les domaines politiques clés dans lesquels les grandes sociétés pharmaceutiques sont confrontées à des défis et dans lesquels elles doivent être affrontées de manière plus décisive.

    Cependant, lorsqu’il s’agit de l’analyse politique que cela nécessitera, la perspective libérale des ONG que préconise Dearden est très insuffisante. C’est un livre académique qui évite des critiques trop acerbes sur Big Pharma et par ricochet sur la recherche scientifique qui est devenu une fosse septique au fil des années. Je vous encourage à lire mon propre petit livre, Science servile et corrompue, qui montre ce que la science est devenue et comment cela ne fera qu’empirer.

    Sur Outras Palavras

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *