Les instincts viscéraux conduisent à des erreurs stratégiques, les États-Unis attirés dans le champ de bataille à Gaza, au Yémen et maintenant en Irak


  • FrançaisFrançais

  • La Chine et la Russie ont été remarquablement silencieuses, observant attentivement les mouvements des plaques tectoniques mondiales en réponse aux “deux guerres”.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram

    Joe Biden au milieu des flammes illustrant ses erreurs stratégiques au Moyen-Orient et à son soutien indéfectible d'Israel

    La Chine et la Russie ont été remarquablement silencieuses, observant attentivement les mouvements des plaques tectoniques mondiales en réponse aux “deux guerres” (l’Ukraine et la “multi-guerre” d’Israël). En réalité, ce n’est pas surprenant ; les deux États peuvent simplement regarder Biden et son équipe persister dans leurs erreurs stratégiques en Ukraine et dans les multiples guerres d’Israël.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    L’entrelacement des deux guerres façonnera bien entendu la nouvelle ère. Il existe des risques importants, mais pour l’instant, ils peuvent observer de loin avec aisance l’évolution d’un tournant climatique dans la politique mondiale, augmentant progressivement le rythme de l’attrition jusqu’à un cercle de feu.

    Le point ici est que Biden, au centre de la tempête, n’est pas un Sun-Tzu calme. Sa politique est personnelle et hautement viscérale : comme Noah Lanard l’a écrit dans son analyse médico-légale de Comment Joe Biden est devenu le meilleur faucon américain, sa propre équipe le dit clairement : la politique de Biden réside dans ses “kishkes”, ses tripes.

    Cela se voit dans la manière dédaigneuse et explicite avec laquelle Biden se moque du président Poutine en le qualifiant d'”autocrate”, et dans la façon dont il parle des victimes de l’attaque du Hamas massacrées, agressées sexuellement et prises en otage, tandis que “les souffrances palestiniennes sont laissées pour compte” si tant est qu’il soit mentionné”. “Je ne pense pas vraiment qu’il voie les Palestiniens du tout“, déclare Rashid Khalidi, professeur d’études arabes modernes à l’université de Columbia.

    Il existe une longue et réputée histoire de dirigeants prenant la bonne décision impulsive du moment, à partir de leur inconscient, sans calcul rationnel minutieux. Dans le monde antique, c’était une qualité très appréciée. Ulysse en respirait. On l’appelait mêtis. Mais cette capacité dépendait d’un tempérament impartial et d’une capacité à voir les choses “en rond” ; saisir les deux faces d’une médaille, dirions-nous.

    Mais que se passe-t-il si, comme le professeur Khalidi le laisse entendre, les “tripes” sont remplis de colère et de bile ; sympathie instinctive pour Israël, alimentée par une vision dépassée de la scène intérieure israélienne. “Il ne semble tout simplement pas reconnaître l’humanité des [autres]“, comme l’a dit un ancien membre de l’équipe Biden à Lanard.

    Eh bien, les erreurs, les erreurs stratégiques, deviennent inévitables. Et ces erreurs attirent les États-Unis, de plus en plus profondément (comme le prévoyait la Résistance). Michael Knights, chercheur au groupe de réflexion néo-conservateur Washington Institute, a noté :

    “Les Houthis sont fiers de leurs succès et il ne sera pas facile de les dissuader. Ils passent un moment inoubliable, à tenir tête à une superpuissance qui ne peut probablement pas les dissuader“.

    Cela fait suite à une guerre en Ukraine qui atteint déjà, ou est déjà arrivée, à sa conclusion d’avance. Aux États-Unis et parmi leurs alliés en Europe, il est reconnu que la Russie a largement prévalu, et ce dans tous les “domaines de conflit”. Il n’y a pratiquement aucune chance que cette situation puisse être rétablie, indépendamment de l’argent ou du nouveau “soutien” occidental.

    L’armée ukrainienne en goûte quotidiennement les fruits amers. De nombreux membres de la classe dirigeante de Kiev “comprennent” également, mais ont peur de s’exprimer. Les partisans de la ligne dure derrière Zelensky insistent cependant pour poursuivre leur illusion de lancer une nouvelle offensive.

    Ce serait une gentillesse envers “ceux qui sont sur le point de mourir” dans une autre mobilisation vaine que l’Occident y mette un terme. La fin du jeu est inévitable : un accord pour mettre fin au conflit aux conditions de la Russie.

    Ahhh, mais n’oubliez pas les “tripes” de Biden : ce résultat signifierait que Poutine “gagne” et que l’espoir de Biden de voir sa guirlande de victoire se transformer en cendres. La guerre doit se poursuivre, même si son seul résultat est de tirer des missiles à longue portée directement sur les villes civiles de Russie (un crime de guerre).

    Il est évident où cela nous mène. Biden est dans un trou qui ne peut que s’approfondir. Ne peut-il pas arrêter de creuser ? Certains en Amérique souhaiteraient peut-être qu’il le fasse, alors que les perspectives électorales démocrates s’amenuisent. Mais il semble probable qu’il ne le puisse pas, car alors son ennemi juré (Poutine) “gagnerait”.

    Bien sûr, son ennemi juré a déjà gagné.

    Sur Israël, Lanard poursuit :

    “… Biden a souvent attribué son soutien indéfectible à Israël… à “une longue, longue discussion” avec Henry “Scoop” Jackson, un sénateur notoirement belliciste (un jour décrit comme “plus sioniste que les sionistes”).

    “Après que Biden soit devenu vice-président, il est resté fidèle à sa conviction du “pas de lumière du jour” : (“que la paix ne viendra que s’il n’y a “pas de lumière du jour” entre Israël et les États-Unis”). Dans un mémoire publié l’année dernière, Netanyahu a écrit que Biden avait clairement exprimé dès le début sa volonté d’aider : “Tu n’as pas beaucoup d’amis ici, mon pote“, aurait déclaré Biden. “Je suis le seul ami que tu as. Alors appelle-moi quand tu en as besoin“.

    En 2010, lorsque Netanyahu a rendu Obama furieux avec une expansion majeure des colonies alors que Biden était en Israël ; Peter Beinart a rapporté que tandis que Biden et son équipe voulaient gérer le différend en privé, le camp d’Obama a emprunté une voie totalement différente : la secrétaire d’État Clinton a donné à Netanyahu 24 heures pour répondre, l’avertissant : “Si vous ne vous conformez pas, cela pourrait avoir des conséquences sans précédent sur les relations bilatérales, d’un genre jamais vu auparavant”.

    “Biden fut bientôt en contact avec un Netanayhu abasourdi… Biden a complètement sapé le secrétaire d’État [Clinton] et a donné à [Netanyahu] une forte indication que tout ce qui était prévu à Washington était de l’esbroufe, et [qu’] il pourrait le désamorcer une fois qu’il serait de retour”.

    Lorsque Clinton a vu la transcription, elle a “réalisé qu’elle avait été jetée sous le bus” par Biden, a déclaré un responsable. Beinart a conclu :

    qu’au cours d’une période critique au début de l’administration Obama, lorsque la Maison Blanche envisageait d’exercer une réelle pression sur Netanyahu pour maintenir en vie la possibilité d’un État palestinien, Biden a fait plus que tout autre responsable ministériel pour protéger Netanyahu de cette pression“.

    De toute évidence, de tels récits placent Biden viscéralement à droite de certains membres du cabinet de guerre de Netanyahu : “Nous n’allons rien faire d’autre que protéger Israël“, a déclaré Biden lors d’une collecte de fonds en décembre ; “Pas une seule chose”.

    Un tel soutien indéfectible est une recette sûre pour les erreurs stratégiques américaines à venir, comme Moscou, Téhéran et Pékin l’auront deviné.

    Alon Pinkas, ancien diplomate israélien et actuel initié à Washington, considère que même si une guerre entre Israël et le Hezbollah serait dévastatrice pour les deux parties, “pourquoi semble-t-elle inévitable ?”

    “Même si Washington se méfie d’une telle évolution… Israël semble résigné à cette idée. À tel point qu’un article du Washington Post citait des responsables américains exprimant leur “inquiétude” et estimant que [Netanyahu] encourage l’escalade comme étant la clé de sa survie politique.

    Pourtant, que lui disent les kishkes de Biden ? Si une opération militaire israélienne visant à “déplacer” le Hezbollah au nord du Litani “semble” inévitable aux yeux de Pinkas ; et avec Israël “résigné”, ne serait-il pas également probable, étant donné le soutien inébranlable de Biden à Israël, que Biden soit également, d’une manière ou d’une autre, résigné à une guerre ?

    Qu’en est-il du rapport du Washington Post publié dimanche selon lequel Biden a chargé son équipe d’empêcher une guerre totale entre Israël et le Hezbollah ?

    Ce rapport, clairement divulgué à dessein, avait probablement plutôt pour but de protéger les États-Unis de toute responsabilité en matière de complicité, si la guerre éclatait dans le Nord.

    Un message tout à fait différent a-t-il été transmis par le sénateur Lindsay Graham à Netanyahu lors de leur réunion de jeudi dernier, et à Mohamed Bin Salman (que Graham a rencontré plus tard dans sa tente du désert), tout comme en 2010, Biden disant discrètement à Netanyahu d’ignorer le message d’Obama sur la nécessité d’un État palestinien ?

    (Les hauts responsables américains n’ont pas l’habitude de rencontrer à la fois le Premier ministre israélien, puis le prince héritier sans toucher au commandement de la Maison Blanche).

    La clé pour comprendre la complexité du lancement d’une action militaire au Liban réside dans la nécessité de l’envisager dans une perspective plus large : du point de vue des néo-conservateurs, affronter le Hezbollah invoque les avantages et les inconvénients d’une “guerre” plus large entre les États-Unis et l’Iran. Un tel conflit impliquerait des aspects géopolitiques et stratégiques différents et plus explosifs puisque la Chine et la Russie entretiennent un partenariat stratégique avec l’Iran.

    L’envoyé américain Hochstein est à Beyrouth cette semaine et aurait été chargé de lier les parties libanaise et israélienne aux dispositions de la résolution 1701 (jamais mise en œuvre) de 2006 du Conseil de sécurité de l’ONU.

    Le gouvernement libanais a proposé à l’ONU une feuille de route pour la mise en œuvre de la résolution 1701. La “carte” envisage de finaliser un accord sur les treize points frontaliers contestés et propose de délimiter la frontière entre le Liban et Israël en conséquence. Mais comme le souligne Pinkas, une telle configuration de la question est totalement trompeuse, car la résolution 1701 n’est pas simplement un différend territorial non résolu au Liban. L’objectif principal de la résolution 1701 était (et est toujours) le désarmement et le déplacement du Hezbollah, mais le plan du gouvernement libanais ne mentionne pas du tout le Hezbollah, ce qui pose des questions claires sur son réalisme et son objectif.

    Pourquoi le Hezbollah serait-il persuadé de désarmer, alors que Netanyahu et le ministre de la Défense Gallant ont annoncé ce week-end dans une déclaration commune que “la guerre n’est pas près de sa fin : tant à Gaza qu’aux frontières nord” avec le Liban.

    Gallant, le week-end dernier, a clairement averti qu’Israël ne tolérerait pas que quelque 100 000 résidents israéliens soient déplacés de leurs foyers dans le nord d’Israël et empêchés de rentrer chez eux en raison des menaces du Hezbollah. Si la solution diplomatique de Hochstein n’émerge pas (avec le Hezbollah désarmé et retiré du sud), alors Israël, a promis Gallant, entreprendra une action militaire. “Le sablier va bientôt se retourner”, a-t-il prévenu.

    La chose la plus intimidante et la plus intimidante d’une confrontation militaire entre Israël et le Hezbollah est peut-être son apparente fatalité, conclut Pinkas :

    “Le sentiment que c’est joué d’avance. En l’absence d’un accord politique durable et mutuellement convenu, et compte tenu de la raison d’être du Hezbollah et des motivations régionales de l’Iran, une telle guerre pourrait n’être qu’une question de temps.”

    Ainsi, lorsque Blinken est arrivé en Israël, il a été, sans surprise, confronté à un profond scepticisme quant à la possibilité de parvenir à un accord avec le Liban pour que le Hezbollah se retire de l’autre côté du fleuve Litani, rapporte le commentateur israélien Ben Caspit. (Enfin, certainement, si le sujet n’a pas été abordé du tout avec le Hezbollah !).

    Si Israël envahissait le Liban pour tenter d’éloigner le Hezbollah de la frontière, il envahirait bien sûr un État membre souverain de l’ONU. Quelles que soient les circonstances, cela serait immédiatement dénoncé au niveau international comme une agression illégale.

    Le but de ces négociations est-il alors d’essayer d’amener l’État libanais à accepter un accord “allégé” (les fermes de Sheba’a ignorées) qui accepte en principe l’accord 1701, afin qu’Israël ne puisse pas être accusé d’envahir un État souverain ?

    Serait-ce là aussi une tactique à laquelle adhère le Hezbollah, pour éviter d’être blâmé dans les cercles libanais pour avoir déclenché une guerre qui nuirait à l’État, en faisant porter la responsabilité sur Israël de lancer une attaque contre le Liban ? Cette initiative 1701 n’est-elle qu’une mascarade visant d’éventuelles conséquences juridiques ?

    Si tel est le cas, comment cela affecte-t-il le message que Biden pourrait envoyer à Israël par voie détournée ? Nous savons que l’un des messages envoyés par les États-Unis à l’Iran est que les États-Unis ne veulent pas de guerre avec l’Iran. Est-ce que cela prépare le terrain pour que Biden indique à nouveau que son propre soutien inébranlable à Israël reste intact ? Presque certainement.

    La Russie, l’Iran, la Chine et une grande partie du monde observent naturellement que les États-Unis se laissent entraîner dans une série d’erreurs stratégiques qui se chevauchent, les unes entraînant les autres, qui remodèleront sans aucun doute l’ordre mondial à leur avantage.

    Par Alastair Crooke sur Strategic Culture Foundation, ancien diplomate britannique, fondateur et directeur du Conflicts Forum basé à Beyrouth.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *