Si Israël dépend autant du soutien évangélique, comment peut-il faire du prosélytisme LGBT ?


  • FrançaisFrançais

  • Le décalage entre la terre dévastée et la sève des messages de paix et d’amour pourrait être le prétexte à un texte de plus saturé de l’adjectif “orwellien”.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram


    Par Bruna Frascolla sur Strategic Culture Foundation

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Les principaux points-clés :

    • Le gouvernement israélien a publié une photo d’un drapeau arc-en-ciel hissé à Gaza, envoyant un “message de paix et d’amour” au milieu des ruines et des charniers
    • Cela illustre une jonction surprenante entre la droite religieuse (juive et protestante) et le prosélytisme LGBT.
    • Le livre “The Right Side of History” de Ben Shapiro, un sioniste orthodoxe juif américain donne des pistes pour comprendre cette alliance.
    • Shapiro présente un récit où “l’Occident” (la fusion d’Athènes/philosophie grecque et Jérusalem/judaïsme) est une civilisation supérieure qui a façonné des valeurs comme les droits de l’homme et la prospérité.
    • Selon Shapiro, maintenir l’équilibre entre Athènes (raison) et Jérusalem (religion) est crucial, sans quoi l’Occident sombre dans la barbarie.
    • Ainsi, le drapeau arc-en-ciel représente les valeurs libérales “athéniennes” nécessaires à l’Occident, même dans des régions religieuses comme le Moyen-Orient.
    • Cette vision occidentalo-centrée ignore les autres cultures et considère toute religiosité déconnectée du libéralisme comme anti-occidentale.

    Au cours du deuxième mois de siège de Gaza, le gouvernement israélien a publié des photos du “tout premier drapeau de la fierté hissé à Gaza”. Sur une photo, un homme souriant avec une moustache avait les bras ouverts, tenant un drapeau arc-en-ciel avec l’inscription “Au nom de l’amour” (il y a une inscription en anglais et dans deux autres langues, on peut deviner qu’il s’agit de traductions arabes et hébraïques).

    Il se tenait au-dessus d’une terre dévastée. Au loin dans le paysage, on pouvait voir des ruines de bâtiments, on ne peut que se demander si ces ruines sont encore debout. Après l’annonce, le texte du tweet l’expliquait : Yoav Atzmoni, membre de la communauté LGBTQ+, voulait envoyer un message d’espoir à la population de Gaza vivant sous la brutalité du Hamas. Son intention était de hisser le premier drapeau de la fierté à Gaza en guise d’appel à la paix et à la liberté.

    Le décalage entre la terre dévastée et la sève des messages de paix et d’amour pourrait être le prétexte à un texte de plus saturé de l’adjectif “orwellien”. Cependant, ce qui me semble assez peu remarqué ou expliqué, c’est une telle jonction entre la droite religieuse (protestante et juive) et le prosélytisme LGBT. Les quelques tentatives d’explication que j’ai vues provenaient d’homosexuels sympathisants de la cause palestinienne. Ils qualifient une telle pratique de “lavage rose” (Pink washing) : le fait de laver un acte fallacieux avec le drapeau gay.

    Le problème avec cette explication est qu’elle ne peut rendre compte que du soutien de gauche au sionisme ; après tout, pour la droite religieuse, le drapeau gay devrait tacher de rose, et non laver, l’État d’Israël prophétisé. Même s’il existe un soutien à Israël de la part de la gauche des ONG, je n’ai jamais vu d’explication attribuant le pouvoir du lobby israélien à ces simples travailleurs du grand capital. Par conséquent, les hypothèses du “pink washing” ne peuvent pas prendre en compte les secteurs clés qui soutiennent Israël.

    Afin de répondre à cette question, j’ai lu The Right Side of History : How Reason and Moral Purpose Made the West Great (Harper Collins, 2019), de Ben Shapiro. C’est un juif sioniste orthodoxe américain, propriétaire d’une société de médias conservatrice et plutôt favorable à l’establishment : bien qu’il soit de droite, il est contre Trump, et pendant la pandémie, il a exhorté tout le monde à “suivre la science” pour prendre les fléchettes de Pfizer.

    Le titre fait écho au slogan de Trump dans une version modifiée : au lieu d’espérer que l’Amérique redevienne grande, les Américains devraient être fiers d’une autre patrie, l’Occident, qui, dans le passé, est devenue grande. Et tandis que le vieux récit de la décadence de l’Occident (un sujet habituel pour les idéologues du nazisme et du racisme scientifique) revenait de nos jours, le lecteur de Shapiro peut trouver une œuvre de plus de ce genre, désormais recadrée et peinte de couleurs tendres.

    Échangez simplement la race contre la culture. Nous avons maintenant une histoire sur la manière dont “l’Occident” (un bloc monolithique qui, d’une manière ou d’une autre, englobe les Grecs de l’Antiquité et les puritains anglais) s’est constitué comme une civilisation supérieure aux autres. Une telle histoire se poursuit par une explication brève et abrupte du déclin de l’Occident et, à la fin, l’auteur exhorte ses lecteurs à reprendre le bon chemin de l’Occident.

    Quant au récit du triomphe originel de l’Occident, Ben Shapiro est au contraire une sorte d’Alfred Rosenberg : si le nazi, dans Le Mythe du vingtième siècle, imputait la décadence des Aryens à la fusion avec des peuples sémitiques dans un passé lointain, le sioniste attribue la suprématie de l’Occident à la fusion d’Athènes avec Jérusalem ; la fusion de l’héritage philosophique des païens avec l’héritage biblique des Sémites. Les deux sont censés être des forces antagonistes qui coexistent dans un conflit éternel ; cependant, si ce conflit souffre d’un déséquilibre qui annule Athènes ou Jérusalem, l’Occident s’effondre. Il nous faut donc rester vigilants pour maintenir cette jonction précaire, sous peine de tomber dans l’animalité et l’obscurantisme qui caractérisent le monde non occidental.

    En effet, Shapiro affiche une ignorance extraordinaire sur tout ce qui n’appartient pas au soi-disant Occident, qui, en réalité, n’est que le monde libéral protestant, et Ben Shapiro se creuse la tête pour le relier à la Grèce antique sans entacher le Moyen Âge.

    J’apporterai une longue citation pour illustrer sa façon de penser :

    “Ces notions jumelles, ces diamants du génie spirituel [d’Athènes et de Jérusalem], ont construit notre civilisation et nous ont construits en tant qu’individus. Si vous croyez que la vie est plus que des plaisirs matérialistes et l’évitement de la douleur, vous êtes un produit de Jérusalem et d’Athènes. Si vous pensez que le gouvernement n’a pas le droit de s’immiscer dans l’exercice de votre volonté individuelle et que vous êtes tenu par le devoir moral de rechercher la vertu, vous êtes un produit de Jérusalem et d’Athènes. Si vous croyez que les êtres humains sont capables d’améliorer notre monde grâce à l’utilisation de notre raison, et qu’ils sont tenus par un objectif plus élevé de le faire, vous êtes un produit de Jérusalem et d’Athènes.

    Jérusalem et Athènes ont bâti la science. Le double idéal des valeurs judéo-chrétiennes et du raisonnement du droit naturel grec a construit les droits de l’homme. Ils ont bâti la prospérité, la paix et la beauté artistique. Jérusalem et Athènes ont construit l’Amérique, mis fin à l’esclavage, vaincu les nazis et les communistes, sorti des milliards de personnes de la pauvreté et donné à des milliards un but spirituel. Jérusalem et Athènes étaient les fondements de la Magna Carta et du Traité de Westphalie ; ils étaient les fondements de la Déclaration d’Indépendance, de la Proclamation d’Émancipation d’Abraham Lincoln et de la Lettre de Martin Luther King Jr. depuis la prison de Birmingham.”

    La citation est tirée de l’introduction.

    En fin de compte, si vous êtes marxiste ou nazi, vous n’êtes pas un occidental, car les occidentaux sont libéraux (ils veulent un gouvernement très réduit). Les cultures ascétiques d’Orient, connues et décrites par les Grecs depuis l’Antiquité, n’existent pas dans le schéma de Shapiro, car quiconque ne vit pas pour les plaisirs matérialistes et pour éviter la douleur est un occidental. Comme tout est une question de mentalité individuelle, la solution à tout mal occidental se situe au niveau de l’auto-assistance : si nous ne prenons pas conscience des valeurs “occidentales” (ou plutôt puritaines), nous sombrerons dans le communisme et dans l’animalité des peuples à la peau foncée.

    Le caractère provincial et historique de Shapiro est étonnant. Il est capable de dire que les États-Unis sont aujourd’hui “plus égaux sur le plan racial que jamais auparavant dans notre histoire, plus égalitaires que toute autre société de l’histoire de l’humanité. En 1958, seulement 4 % des Américains approuvaient les mariages mixtes entre noirs et blancs ; en 2013, cette statistique était de 87 pour cent. (Cette citation est également tirée de l’introduction.) Combien de Brésiliens, lors d’un recensement, oseraient condamner le mariage entre noirs et blancs ? Et si nous pouvons être assez généreux pour considérer le racisme et l’ethnocentrisme comme une seule et même chose, quiconque connaît un peu l’histoire ancienne sait qu’Alexandre le Grand a épousé des Grecs avec des Perses et que Rome a été faite de mariages “mixtes”. Dans l’histoire occidentale, la ségrégation est anormale.

    Bien que Ben Shapiro soit un juif orthodoxe qui intègre le lobby pro-israélien, avec une vision historique et anthropologique si étroite, il considère les États-Unis comme le sommet incontesté de l’histoire de l’humanité. Les États-Unis représentent le juste équilibre entre Athènes et Jérusalem, atteint après que “l’Occident” se soit libéré du Moyen Âge et du prétendu centralisme de l’Église catholique.

    Et maintenant nous pouvons enfin en tirer l’explication : puisque l’Occident est aussi le libéralisme (“Athènes”), s’il réprimait le prosélytisme LGBT au nom de la religion (“Jérusalem”), l’équilibre prendrait fin et nous tomberions dans la barbarie. Ainsi, partout où il y a un drapeau de la fierté, il y a aussi du libéralisme et il peut y avoir de l’Occident. Dans une région aussi religieuse que le Moyen-Orient, le symbole d’une croix n’a pas beaucoup de signification pour l’Occidental à la Shapiro. De l’autre côté, le drapeau arc-en-ciel indique qu’il y a “Athènes”. Mais, bien sûr, cette “Athènes” n’est qu’un libéralisme, et un libéralisme laïc : car si chaque religion doit être une affaire privée, le prosélytisme des modes de vie et des valeurs non religieuses est licite.

    Le libéralisme aux États-Unis n’a pas toujours été ainsi. Pendant la guerre froide, les fondamentalistes islamiques en Afghanistan ont gagné en sympathie en raison de leur religiosité, ce qui en a fait de grands soldats anticommunistes. Le terme “fondamentaliste” lui-même est à l’origine appliqué aux protestants américains et l’invention du terme “fondamentalisme islamique” avait certainement un objectif de propagande. Aujourd’hui, cependant, toute religiosité déconnectée d’”Athènes” est considérée comme un mal en soi, anti-occidental.

    Ben Shapiro n’est sûrement pas un rayon dans un ciel bleu. Le livre que j’ai examiné a été publié en 2019. Cette année, l’athée Richard Dawkins, qui a passé des décennies à représenter tous les religieux comme des imbéciles, a annoncé qu’il était “culturellement chrétien”.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *