A la recherche du sentiment anti-russe en Afrique


  • FrançaisFrançais

  • Si autrefois, les africains suivaient aveuglément les consignes occidentales dans tous les domaines. Désormais, ils se disent que « Droits de l’homme contre terre » n’est plus à l’ordre du jour.


    Si autrefois, les africains suivaient aveuglément les consignes occidentales dans tous les domaines. Désormais, ils se disent que "Droits de l'homme contre terre" n'est plus à l'ordre du jour.
    Crédit : © Damien Glez / Jeune Afrique

    L’Afrique, comme de nombreux pays, va souffrir de la guerre en Ukraine. On parle des hydrocarbures, mais c’est surtout le blé qui pose un problème. Avec un volume commercial de 5 milliards de dollars avec la Russie et l’Ukraine, le blé de la fédération est essentiel à de nombreux pays. En Afrique, l’Egypte et la Turquie sont les plus dépendants. Cela va créer des pénuries alimentaires dans de nombreuses régions du monde.

    Et l’Europe n’est pas en reste, car des pays comme la France ne sont plus autonomes sur leur production de blé. Ils pourraient l’être s’ils interdisaient les exportations, mais libre-échangisme oblige, il faut que tout parte à l’extérieur. Cette pénurie alimentaire, qui se profile à l’horizon, pourrait créer un sentiment anti-russe en Afrique.

    Car même si on pense idéologiquement avec sa tête, un ventre affamé peut changer bien des idéologies. Cela explique pourquoi les occidentaux alimentent la propagande de la « Grande Famine » en Afrique provoquée par le méchant Poutine. Mais ces exportations de blé restent minoritaires pour la majorité des pays, autour de 20 à 30 % au maximum. Et le Sultan et le Pharaon trouveront toujours un moyen de s’entendre avec le Tsar.

    Si autrefois, les africains suivaient aveuglément les consignes occidentales dans tous les domaines. Désormais, ils se disent que "Droits de l'homme contre terre" n'est plus à l'ordre du jour.

    On ne peut pas en vouloir à la Russie d’avoir suspendu l’exportation de son blé et son sucre, car cela lui permet de baisser les prix pour sa population. La Russie, comme tous les pays du monde, connaissent une bonne grosse inflation depuis le début de 2021. C’est à l’Afrique d’atteindre son autonomie alimentaire en développant son immense potentiel agricole. N’oublions pas que la Russie est arrivé récemment sur le marché du blé, mais avec de bonnes interventions étatiques, un territoire gigantesque, il est devenu le premier exportateur mondial en quelques années.

    La propagande pour développer le sentiment anti-russe atteint un niveau exceptionnel. Il ne se passe pas un jour sans que les ambassadeurs américains dans chaque pays du monde, sont sommés de convaincre et de menacer tous les pays récalcitrants de sanctionner la Russie. Mais la soupe occidentale ne marche plus. Un monde multi-polaire implique que même des petits pays peuvent maintenant dire NON, car l’hégémonie occidentale s’effrite de plus en plus.

    Cette désobéissance s’est illustré lors du vote de la Résolution de l’ONU pour l’arrêt de la guerre en Ukraine. Sur les 54 pays africains, 28 ont voté pour, 19 se sont abstenus et un (l’Erythrée) a voté contre. Même si le pour l’a remporté avec une petite majorité, près de 35 % des pays africains se sont abstenus. Il y a quelques années, c’était impensable.

    Plusieurs raisons expliquent le fait que le discours occidental n’est plus accepté comme parole d’évangile. D’une part, le contrat « Droits de l’homme contre terre », qui est un néologisme de la « Bible contre terre« , est totalement obsolète. Les pays africains comprennent progressivement que depuis des années, ils ont suivi les directives occidentales ce qui a provoqué systématiquement des désastres.

    Ensuite, la Russie, revenue à pleine puissance, étend progressivement son influence en Afrique. Même si c’est minime comparé à la Chine et aux Etats-Unis, cela reste un pied dans la porte qui permet aux africains d’avoir une autre vision du monde. La preuve en est les ambitions de Russia Today et de Sputnik, d’accroitre leur présence en Afrique après leur censure en Union Européenne. Intéressant aussi que RT avaient déjà réservé des noms de domaine tels que Rt-afrique.com, Africa-rt.com, Rtafrica.media et Rtafrique.online en janvier 2022.

    Si autrefois, les africains suivaient aveuglément les consignes occidentales dans tous les domaines. Désormais, ils se disent que "Droits de l'homme contre terre" n'est plus à l'ordre du jour.

    Cela suggère qu’ils s’attendaient à une censure en Europe et qu’ils avaient anticipé leurs envols vers les royaumes d’ébène. Et ce n’est même pas la guerre en Ukraine qui devait être la seule cause. Ces chaines russes en Europe étaient de véritables mine anti-personnelles dans le discours officiel du Covid, mais aussi dans la couverture du mouvement des gilets jaunes. Notons que pendant un temps, RT était disponible dans les bouquets de Canalstat qui a une forte présence africaine.

    L’Occident tente de réagir. Ainsi, l’Union Européenne, par l’intermédiaire de Cruella alias Ursula Von Der Leyen, a déclaré publiquement qu’il faudra punir les pays africains qui ne condamnent pas la Russie en coupant leur aide au développement. La bible ou les droits de l’homme, à vous de choisir.

    Pour le moment, les deux camps se regardent en chien de faïence et il n’y a pas vraiment de camp victorieux. Il faudra que la poussière de la guerre en Ukraine retombe, qu’on évalue les pertes économiques occidentales et les prises de distance des pays émergents pour voir si l’Afrique a eu raison de détourner le regard dans une situation, qui objectivement, dont elle n’en a rien à foutre.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

    Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.