Royaume-Uni, Ukraine et OTAN planétaire : Quel intérêt pour cette pyromanie va-t-en-guerre ?


  • FrançaisFrançais

  • L’agressivité extraordinaire du Royaume-Uni pour soutenir l’Ukraine est étrange. Pas de motifs géostratégiques derrière, mais sans doute une tentative de concrétiser le Global Britain. Mais quelle est la limite de la pyromanie militariste du pays de Churchill avec le risque de conflagration planétaire ?


    L'agressivité extraordinaire du Royaume-Uni pour soutenir l'Ukraine est étrange. Pas de motifs géostratégiques derrière, mais sans doute une tentative de concrétiser le Global Britain. Mais quelle est la limite de la pyromanie militariste du pays de Churchill avec le risque de conflagration planétaire ?

    Boris Johnson a annoncé la possibilité d’une alliance avec la Pologne, les pays Baltes et l’Ukraine contre la Russie. L’objectif est de se démarquer de l’OTAN qui est dirigé par les Etats-Unis et de dire que l’Angleterre a également son mot à dire dans la grande bataille pour le nouveau monde qui arrive. Le Royaume-Uni a fait preuve d’une agressivité extraordinaire et c’est le pays qui a le plus sanctionné la Russie. C’était aussi le premier pays à fournir des armes à l’Ukraine.

    Sur le plan géostratégique, le Royaume-Uni n’a pas d’intérêts en Ukraine. Il est souverain sur le plan agricole à 75 % et son gaz et son pétrole proviennent des Etats-Unis, du Qatar et de la Norvège. Ses principaux partenaires sont la Chine, l’Allemagne et les Etats-Unis. Alors pourquoi s’enfourailler dans une guerre qui ne le concerne pas ?

    Je n’ai pas d’explications précises, mais on peut dessiner des pistes. En premier lieu, on a le traumatisme d’avoir été dissolu dans le marécage européiste pendant plus de près 30 ans. Etre dans l’Union Européenne est plus corrosif que n’importe quel acide. Au cours de ces 30 ans, le Royaume-Uni a perdu entièrement son identité et sa souveraineté diplomatique. La guerre en Ukraine lui donne l’occasion de revenir sur le premier plan et de prouver qu’il n’est pas simplement un vassal des Etats-Unis.

    On est toujours dans cette folie des valeurs plutôt que du réel. La Russie a violé des valeurs occidentalo-atlantistes et elle doit être détruite. On a également l’humiliation colossale subie par le Royaume-Uni dans la guerre en Syrie où la Russie l’a surpassé dans tous les domaines, politique, militaire et diplomatique. Et les Rosbifs ont la réputation d’avoir une rancune tenace.

    Peut-être qu’il y a d’autres raisons cachées au soutien britannique de l’Ukraine et à une diabolisation systématique de la Russie. Cependant, cette nouvelle alliance prônée par BoJo n’est pas forcément au gout de Kiev.

    Car ce qu’on ignore sur l’Ukraine est que chaque aspect du gouvernement ukrainien est cannibalisé par les américains. Vous avez des occidentaux à tous les postes importants et les américains vont sans doute grimacer que le Royaume-Uni leur dame le pion en mettant la main sur Kiev.

    Mais c’est une alliance de bras cassés qui se profilerait à l’horizon. La Pologne est complètement fauchée et elle ne doit son train de vie que grâce aux contributeurs allemands et français. Les Pays Baltes sont des microbes minables qui mendient à droite et à gauche. Donc, c’est le Royaume-Uni toute seule qui devra financer cette alliance avec un risque de guerre mondiale avec la Russie. Même si les Russes disent que deux missiles Sarmat suffiraient à rayer la région de Londres de la carte, eh ben, on peut dire que la Russie ne survivrait pas non plus.

    Donc, ces hurlements pour déterrer la hache de guerre britannique contre la Russie sont incompréhensibles, car les allemands et les français hurlent aussi, mais avec une tonalité bien moindre. Et les américains, eux, eh bien ils ne se font pas trop chier puisque pour eux, c’est Business as usual en vendant des armes et du gaz liquéfié à l’Europe.

    Et au delà de l’affaire ukrainienne, le Royaume-Uni allume le feu absolument partout sur la planète ! L’une des plus grandes hurleuses au va-t-en-guerre est Liz Truss qui est l’équivalent de la Ministre des affaires étrangères. Concernant Taiwan, Truss a appelé à l’extension de l’OTAN pour contrer la Chine dans l’Indo-Pacifique et à intervenir militairement à Taiwan si c’est nécessaire.

    L'agressivité extraordinaire du Royaume-Uni pour soutenir l'Ukraine est étrange. Pas de motifs géostratégiques derrière, mais sans doute une tentative de concrétiser le Global Britain. Mais quelle est la limite de la pyromanie militariste du pays de Churchill avec le risque de conflagration planétaire ?

    Ce n’est pas fini, car Liz Truss veut aussi faire du safari africain. Car le Royaume-Uni appelle à ce que l’OTAN contre-carre aussi la Russie en Afrique. Mais ce n’est pas toujours fini, car notre Liz veut aussi embraser les Balkans en créant un accord de sécurité avec la Bosnie, toujours pour contrer le méchant ogre russe.

    Liz Truss oublie ce petit détail que ce sont les américains et les britanniques qui ont dépecé la Yougouslavie dans les années 1990 et ils ont littéralement laissé une plaie purulente dans cette région avec des tensions ethniques, religieuses et politiques qui risquent d’exploser à la moindre étincelle.

    Mais peut-être que le « Royaume-Uni is back » dans la grande géopolitique internationale et qu’il veut mériter de nouveau son surnom de l’empire sur lequel le soleil ne se couche jamais. Sauf qu’il y a quelques petits détails qu’il faudra régler en politique intérieure, mais vraiment, c’est rien du tout.

    L'agressivité extraordinaire du Royaume-Uni pour soutenir l'Ukraine est étrange. Pas de motifs géostratégiques derrière, mais sans doute une tentative de concrétiser le Global Britain. Mais quelle est la limite de la pyromanie militariste du pays de Churchill avec le risque de conflagration planétaire ?

    Par exemple, l’inégalité entre les pauvres et les riches au Royaume-Uni est telle que le pays ressemble de plus en plus à un roman de Charles Dickens ! Vous avez des pauvres qui sont obligés de refuser la nourriture des banques alimentaires parce qu’ils n’ont pas de quoi les cuire. Les factures d’énergie crèvent le plafond et vous avez régulièrement des incendies accidentels dans les grandes villes… parce que les gens brulent tout ce qui leur tombe sur la main pour se chauffer !

    Et le Royaume-Uni a aussi d’autres problèmes politiques intérieurs qui risquent de le disloquer sur le long terme. On a le problème de l’Irlande du Nord et les européistes essaient de l’infecter autant que possible. Vous avez aussi les écossais qui poussent de toute leur force pour faire un référendum sur l’indépendance en 2023 puisque ce sera 10 ans après le dernier qui s’est tenu en 2014.

    Même s’il est très peu probable que les écossais se cassent, c’est d’autant de problèmes plus urgents à résoudre pour le Royaume-Uni que d’allumer le feu de la guerre dans tous les coins de la planète alors que sur le plan économique, industriel et militaire, le pays a perdu de sa superbe après plusieurs décennies dans l’Union Européenne.

    Un Global Britain serait le bienvenu si le Royaume-Uni pourrait avoir sa voix propre, car cela renforcerait la multi-polarité du nouveau monde qui arrive. Mais aujourd’hui, les élites britanniques sont encore trop vassalisées par Washington. La négociation du Brexit a été un cauchemar pour le gouvernement Bojo, la crise du Covid a plongé le pays dans des sommets de débilité et d’hystérie. N’oublions qu’en décembre 2020, la police britannique n’hésitait pas à menotter des enfants parce qu’ils jouaient en groupe.

    Et après ces deux tempêtes, est-ce qu’il est pertinent pour un pays en convalescence de « fabriquer les munitions et les bandages » pour une troisième guerre mondiale ? Je ne le pense pas et la majorité des britanniques non plus.

    Soutenez-moi sur Patreon

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *