Royaume-Uni, une étrange pauvreté dans le Commonwealth


  • FrançaisFrançais

  • La crise d’inégalité et de pauvreté qui frappe actuellement le Royaume-Uni est d’autant plus étrange que son Commonwealth possède un potentiel plus grand que les Routes de la Soie. Mais manque de vision ou médiocrité des élites britanniques, cette grande organisation est laissée à l’abandon.


    La crise d'inégalité et de pauvreté qui frappe actuellement le Royaume-Uni est d'autant plus étrange que son Commonwealth possède un potentiel plus grand que les Routes de la Soie. Mais manque de vision ou médiocrité des élites britanniques, cette grande organisation est laissée à l'abandon.

    « Je ne veux pas de ces légumes, car je n’ai pas de quoi les faire cuire à la maison« . C’est le genre de phrase qu’entendent souvent les bénévoles dans les banques alimentaires au Royaume-Uni. La pauvreté touche 14,5 millions de britanniques, soit 21 % de la population. Il est difficile d’imaginer que des personnes sont tellement pauvres qu’elles doivent refuser de la nourriture parce qu’elles ne peuvent pas se payer l’électricité ou le gaz pour les cuisiner. On dirait une scène d’un roman de Charles Dickens quand il décrivait la pauvreté de l’Angleterre dans les années 1800.

    Et pourtant, le Royaume-Uni vit une crise d’inégalité et de pauvreté croissante depuis plusieurs années. L’inflation atteint les 7 % en mars 2022. Les factures d’énergie ont augmenté de 54 % et le carburant a monté de 39 % tandis que les impots ont subi une hausse comme on n’en jamais vu en plus de 70 ans. Le gouvernement de Boris Johnson tente de trouver des remèdes. Ainsi, il a augmenté le salaire minimum de 6,6 % en avril 2022, mais c’est encore largement en dessous des 7 % de l’inflation. De plus, le calcul de l’inflation au Royaume-Uni est aussi moisi que dans les autres pays, une moyenne factice sans refléter la vraie hausse des prix.

    Plusieurs causes expliquent cette pauvreté des britanniques et la première, souvent cachée, possède un joli drapeau bleu aux étoiles d’or. Même si des commentateurs bêtes et méchants mettent tout sur le dos des russes ou du covid, la vraie raison a été l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union Européenne. Les multiples politiques d’austérité imposées aux britanniques ont détruit leur système de santé, fracassé leur compétitivité économique et éviscéré leur industrie. Et cela a aussi provoqué un véritable génocide sur le plan médical.

    En 2017, une étude a montré que les politiques d’austérité du Royaume-Uni dans le secteur médical avait provoqué 120 000 morts en plus entre 2010 et 2014, faute de soignants, de suppressions de lits d’hôpitaux ainsi que les fermetures de nombreux caisses de maladie. Et les auteurs disaient que sans une injection massive de cash dans le système, il y aurait 150 000 morts de plus de 2015 à 2020. On peut penser qu’à cause de la « fabuleuse » année 2020, le nombre de morts en plus soit bien plus élevé à cause des interventions médicales déprogrammées, des lits réquisitionnés pour traiter les patients du covid et toutes les folies outrancières pour combattre le virus.

    On ne peut pas tout mettre sur le dos de Bojo, car il n’a pris le pouvoir que depuis 2 ans, car jusqu’en 2020, il s’est battu pour négocier le Brexit. Et quand on voit les anciennes élites britanniques, alors on a envie de vomir à cause de leur hypocrisie. Ainsi, David Cameron s’est fendu d’une photo où il est fier de dire qu’il travaille bénévolement dans une banque alimentaire depuis 2 ans. Le même David Cameron qui a suivi aveuglément les directives de l’Union européenne pendant des années, s’est prosterné devant le diktat et a imposé des austérités dignes d’une période de guerre pendant son mandat. Aujourd’hui, le même Cameron est fier de dire qu’il aide les pauvres qu’il a créé à la base. Cependant chez les anglo-saxons et leur logique protestante, c’est normal que l’Etat soit cantonné à son service minimum et qu’on compense en faisant l’aumône. La place de David Cameron n’est pas dans une banque alimentaire, mais au bout d’une corde vu les crimes qu’il a commis contre son propre peuple.

    On peut aussi dresser le gibet pour Jeremy Corbyn du parti travailliste, antisémite notoire et européiste à en crever, qui ose venir nous dire que le gouvernement de Bojo est déconnecté des réalités du peuple. Le même Corbyn qui a fait capoter le Brexit plusieurs fois et qui n’a pas manqué de trahir son pays à de nombreuses reprises. Mais il est normal que ces élites pourries sortent du bois maintenant. Autrefois, ils ne pouvaient pas parler de la pauvreté au Royaume-Uni, car si on cherchait la source, alors on trouvait les directives européennes parmi le premier responsable. Maintenant que le Brexit est fait, alors on peut sortir toutes les causes sociales du tiroir et mettre tout sur le dos du gouvernement de Boris Johnson. Cela permet de se laver les mains en toute impunité. Ponce Pilate a fait beaucoup de progénitures !

    Cependant, les élites britanniques actuelles méritent aussi des tomates pourries. Ainsi, le nom de Rishi Sunak revient régulièrement dans les médias. C’est le chancelier de l’Echiquier qui est l’équivalent du Ministre des finances. Pour contrer la hausse des factures énergétiques, il a fourni une subvention de 200 livres sterling. Deux petits problèmes, la hausse de la facture est de 700 euros par an et surtout, cette subvention est un prêt qu’il faudra rembourser dans 5 ans.

    Mais surtout le comportement des politiciens britanniques est décalé et indécent par rapport à la réalité des petits gens. Ainsi, le même Rishi Sunak, qui est un multi-millionnaire, n’a pas eu de problème à se faire construire un manoir avec une piscine de 2 millions de livres sterling dans le Yorkshire. Et rien que pour chauffer la piscine, cela lui coutera 13 000 livres sterling par an, soit 6 fois le budget de chauffage d’une famille entière pendant 1 an.

    Ce n’est pas fini. Jusqu’à l’année dernière, Rishi Sunak détenait une carte verte américaine ce qui permettait à sa femme d’être domicilié aux Etats-Unis et donc, de pratiquer partiellement l’évasion fiscale. Un ministre des finances qui fait de l’évasion fiscale, il n’y a pas qu’en France qu’on voit ce type d’incongruité.

    Dans cette crise mondiale de la pauvreté, ce n’est pas la seule étrangeté. Ainsi, on apprend que les néo-zélandais font leur course d’épicerie en Australie, car les prix de leurs produits locaux sont plus chers que le fret maritime. Quand le mondialisme se grippe, il y a bien des étrangetés qui apparaissent à l’horizon !

    Cela reste des petits scandales, montés en épingle par les opposants, car malgré la mer de merde, le Brexit se passe mieux que prévu. Cependant, il faudra beaucoup plus pour réformer l’élite britannique qui est gangrené par le parlementarisme et dans un entre-soi tellement hermétique qu’on oublie que la vie réelle des britanniques est de plus en plus difficile. Les organismes de lutte contre la pauvreté estiment qu’à cause de la hausse des prix, 600 000 personnes supplémentaires basculeraient dans la pauvreté dans cette merveilleuse année de 2022.

    Et ces organismes tirent la sonnette d’alarme. Les tensions et les grognements sont de plus en plus forts. Et cela peut se terminer par des émeutes et des troubles sociaux graves. Notons que ce n’est pas propre au Royaume-Uni, car tous les pays européens, qui vivent largement au dessus de leurs moyens depuis des années grâce à la morphine financière, risquent d’avoir un réveil douloureux et brutal. Et le Royaume-Uni a déjà connu des émeutes de la faim en 2011. C’est étrange que les britanniques et même les européens font tout pour oublier cet épisode, mais pendant 5 jours en août 2011, les grandes villes britanniques ont été la proie d’immenses batailles, de scènes de pillages, car les gens ne mangeaient plus à leur faim et que les jeunes voyaient leur avenir qui disparaissait devant leur yeux.

    L’amnésie volontaire de cet événement était nécessaire, car encore une fois, si on cherchait la source du mal de ces émeutes, c’était clairement les politiques de l’austérité imposé par l’Europe. En sachant que cette fois, la hausse des prix et le manque de perspectives économiques est bien plus important. On pourrait comprendre si le Royaume-Uni était un crève la faim, mais il est la 5e économie la plus riche au monde et elle peut devenir encore plus si elle exploitait la puissance du Commonwealth.

    Le Commonwealth, des Routes de la Soie avant l’heure

    L’économie du Royaume-Uni se base principalement sur le secteur des services, l’industrie et l’agriculture. Les services représentent la part du lion avec près de 60 % du PIB, 20 % pour l’industrie et 0,6 pour l’agriculture. Ce qui fait que le Royaume-Uni, qui est une île, doit avoir une logique d’expansion impériale par nature si elle veut rester une grande puissance. Et elle possède un atout majeur avec le Commonwealth. On distingue le Royaume du Commonwealth dont le chef est la reine d’Angleterre et le Commonwealth des nations qui compte 54 pays et donc l’objectif commun est la paix, le développement et la démocratie. Des termes marketing qui ne veulent rien dire.

    En novembre 2021, la Barbade devient une république et quitte le Royaume du Commonwealth, mais reste dans les nations de cette association. Dans la foulée, les chinois débarquent sur cette île paradisiaque et fournissent 119 millions d’euros pour rénover les routes. Les chinois ont compris l’intérêt du Commonwealth, mais étrange que ceux qui l’ont créé ne l’ont pas toujours saisis.

    Le Commonwealth, c’est 54 nations, 2,2 milliards de personnes et un PIB de 14 000 milliards de dollars, soit 7 % du PIB mondial. Le Royaume-Uni, avec quelques pouces d’investissements, pourrait utiliser ce gigantesque territoire maritime et terrestre à son avantage. Et vous avez des pays qui ne demandent qu’à redevenir des « sujets de sa majesté », un titre tellement convoité dans le passé. Même en Afrique, vous avez des pays comme la Gambie et la Zambie. Le premier possède un PIB par habitant de 2 200 dollars tandis que le second dépasse les 4 300 dollars. Donc, ce n’est pas non plus la richesse, mais cela reste correct pour des pays en développement.

    Avec des investissements ciblant les bons secteurs, ces deux pays permettraient à l’Angleterre de reprendre le pied en Afrique, une chose qu’elle a oublié depuis longtemps. De plus, la Gambie possède 2 siècle d’histoire commune avec le Royaume britannique, l’anglais est la langue officielle et 36 000 gambiens vivent en Angleterre et cela pourrait être des passerelles pour établir de bonnes relations entre les deux pays. La même chose est valable pour la Zambie, 100 ans d’histoire commune avec l’Angleterre et il y a près de 40 000 zambiens « blancs » qui y vivent, ce sont des britanniques qui sont resté après l’indépendance et on a une diaspora de taille similaire en Angleterre. Et pourtant, la relation entre le Royaume-Uni et ces deux pays restent minimales.

    La Chine, avec ses Nouvelles routes de la soie, procède toujours de la même manière. La première étape est de fournir un flux financier massif pour construire les infrastructures. Ces dernières stabilisent le pays et attirent d’autres investisseurs. Ensuite, on passe aux accords commerciaux. Dans un premier temps, la Chine passe un accord bilatéral, ensuite, elle monte en gamme avec un accord de double taxation et enfin, elle finalise sa domination avec un accord de libre échange.

    L’accord bilatéral est le plus fréquent des accords commerciaux. Il est suffisamment simple pour convenir à tous les pays, notamment ceux qui ont un système de taxation et un environnement des affaires médiocres. On se met d’accord sur quelques modalités d’exportations et d’importations et les affaires peuvent commencer. La Chine possède 145 accords bilatéraux sans oublier 20 accords supplémentaires par Hong Kong tandis que le Royaume-Uni ne possède que 20 accords bilatéraux.

    Ensuite, on passe à la double taxation qui permet d’éviter qu’une entreprise paye des taxes à la fois dans son pays d’origine et le pays de l’investissement. En sachant que la Chine applique la double taxation, donc vous payez à chaque fois. C’est pourquoi, l’accord de double taxation est utile pour éviter de se faire ponctionner deux fois et jongler avec des taxes différentes. La Chine a signé 85 accords de double taxation tandis que le Royaume-Uni n’en a signé que 31.

    Et enfin, l’accord de libre échange est la phase terminale. En janvier 2022, le RCEP est devenu effectif et c’est le plus grand accord de libre échange au monde, totalisant 30 % du PIB mondial. La Chine possède 28 accords de libre échange et 10 de plus qui sont encore en négociation. En revanche, le Royaume-Uni n’en possède que 12, principalement avec des pays africains et le Canada. Mais c’est largement insuffisant pour développer son potentiel du Commonwealth.

    Quand la Chine arrive dans un pays, parfois, elle doit commencer à partir de zéro. Et pourtant, avec l’Etat chinois stratège et planificateur, ils arrivent à des résultats bien plus rapides que les occidentaux. Ce qui s’est passé aux îles Salomon en est un exemple. Pourtant, le Royaume-Uni qui possède le Commonwealth, datant de plusieurs siècles, avec une langue et une culture commune, n’arrive pas à signer le moindre accord alors que tout est déjà en place.

    On pourrait arguer que vu que 20 % de britanniques ne mangent pas à leur faim, ce n’est pas la priorité d’imiter la Chine dans une espèce de course impériale. C’est vrai, mais dans ce cas, comment expliquer que le Royaume-Uni ait signé un accord commercial avec l’Ouzbékistan qui est loin de la culture britannique. Bon, il est de notoriété publique que les melons ouzbèkes sont les plus délicieux au monde, mais est-ce une raison valable ? La raison officielle est que l’Angleterre re-signe les accords qu’elle a perdu quand elle a quitté l’Union Européenne. Mais les accords de l’UE n’ont pas d’objectif stratégique à part que les élites européistes veulent que la planète devienne un énorme supermarché remplis de marques américaines.

    Quand la Chine signe un accord, il y a une véritable vision derrière et le Royaume-Uni, avec un petit peu de cette vision, comprendrait qu’elle se tire une balle dans le pied en évitant de considérer le Commonwealth comme ce qu’il est… Un gigantesque empire maritime et terrestre qui peut contrer la Chine et lui permette également de ne plus être un vassal de Washington. Mais non, on se contente de poursuivre des objectifs à court terme.

    Et surtout, de se lancer dans des guerres inutiles contre la Russie ou la Chine, pour satisfaire son maitre américain dont les seules conséquences seront qu’il y aura de plus en plus de pauvres dans les banques alimentaires et l’inégalité va devenir tellement insupportable que cela créera une explosion finale qui risque de détruire le pays.

    Ce qu’on dit sur le Commonwealth s’applique à la virgule près à l’empire maritime de la France. Aujourd’hui, les territoires d’outre-mer de la France sont le meilleur fer de lance dans le nouveau monde qui arrive avec l’Asie qui sera le futur de l’humanité. Mais les populations ultra-marines sont abandonnés comme des chiens, leur niveau de vie devient misérable et ils risquent de se réfugier dans les bras des maîtres de la Cité interdite.

    Mais j’estime que les élites britanniques ont bien plus de jugeote que les élites françaises dont 50 % sont des parasites et 50 % sont des traîtres. Les élites françaises sont déjà en phase terminale et l’anti-france est tout ce qui les maintient en vie. En médecine, la règle d’or est claire, on se concentre sur les patients qu’on peut encore sauver. Je pense que les britanniques ont encore leur mot à dire dans le nouveau monde qui arrive. Et le Commonwealth en fait clairement partie.

    Soutenez-moi sur Patreon

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

    Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

    Pour me contacter personnellement :

    2 Responses

    1. Max dit :

      Ce sont les britanniques qui ont pourri l’Europe avec leur thatcherisme à la con qu’ils ont imposé coûte que coûte à l’UE tant qu’ils y étaient. C’est Thatcher qui a desindustrialise son pays, cassé ses services publics et laissé le champs libre à la finance folle. Pourquoi votre article n’en parle pas? Défendre mordicus les brits alors que c’est eux la source du problème c’est une inversion de la réalité

    2. Max dit :

      L’anti-France c’est précisément ce que vous faites en flattant les britanniques et en dénigrant les Français. Un vrai français fier defend son pays contre les Anglais justement. C’est cette manie de systématiquement prendre fait et cause pour l’Angleterre au détriment de la France qui est caractéristiques de la vraie pensée anti-France. Ce sont les britanniques les responsables de tout ce bazar capitaliste inégalitaire et qui volent les peuples du monde entier avec l’evasion fiscale massive organisée par le Royaume-Uni au sein du Commonwealth. La plupart des paradis fiscaux sont britanniques. Ça crève les yeux. Sus à l’anglois!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.