La Chine, 2eme partenaire commercial de l’Afghanistan en 2023 ?


  • Français

  • Malgré un pays qui peine à se reconstruire, la Chine tire son épingle du jeu en Afghanistan en devenant le 2eme partenaire commercial en 2023.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram

    Malgré un pays qui peine à se reconstruire, la Chine tire son épingle du jeu en Afghanistan en devenant le 2eme partenaire commercial en 2023.

    Le commerce de la Chine avec l’Afghanistan est en pleine croissance et pourrait devenir le deuxième plus grand partenaire commercial de l’Afghanistan en 2023, après le Pakistan. Cette situation est propice à la poursuite de la partie CPEC de l’initiative Belt & Road en Afghanistan.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Selon les données douanières chinoises, en décembre 2022, la Chine a importé 9,09 millions de dollars américains d’Afghanistan et en a exporté 59 millions, ce qui a résulté en un solde commercial positif pour la Chine de 49,9 millions de dollars américains.

    Si ces chiffres étaient projetés en moyenne pour 2023, cela donnerait un chiffre d’affaires commercial bilatéral de 816 millions de dollars américains. Le Pakistan, actuellement le plus grand partenaire commercial de l’Afghanistan, a réalisé un chiffre d’affaires commercial bilatéral de 1,513 milliard de dollars américains en 2022, selon la Banque d’État du Pakistan.

    L’Inde, qui était en deuxième place, a réalisé un chiffre d’affaires commercial bilatéral avec l’Afghanistan de 545 millions de dollars américains l’année dernière, selon le ministère indien du Commerce.

    Entre décembre 2021 et décembre 2022, les exportations chinoises ont augmenté de 56,4 %, mais les importations ont légèrement diminué de moins de 1 %. En décembre 2022, les principales exportations de l’Afghanistan vers la Chine étaient des noix, des poils d’animaux, des pierres semi-précieuses, des fruits secs et des produits végétaux.

    En décembre 2022, les principales exportations de la Chine vers l’Afghanistan étaient des filaments synthétiques, des tissus tissés, des pneus en caoutchouc, d’autres tissus synthétiques, des semi-conducteurs et des marchandises non spécifiées.

    Les problèmes liés à la reconstruction de l’Afghanistan restent importants. Il y a peu de données précises ou de tenue de registres, et un manque d’équipement et de formation pertinents pour permettre à l’Afghanistan de gérer efficacement le commerce régional avec ses voisins, bien que la Chine, le Pakistan et l’Inde possèdent, pour eux, une infrastructure de surveillance et d’analyse adéquate.

    Cependant, cela ne semble pas être le cas du commerce de l’Afghanistan avec l’Iran, le Turkménistan, l’Ouzbékistan et le Tadjikistan, où les statistiques semblent presque impossibles à obtenir. Une grande partie de la reconstruction de l’Afghanistan devrait donc être consacrée à la frontière et au contrôle des frontières, aux douanes et à l’infrastructure nationale nécessaire pour assurer une gestion efficace des taxes sur le transit et les marchandises importées et exportées.

    L’autre problème est que l’Afghanistan, avec une population de 40 millions et donc l’une des plus grandes d’Asie centrale, reste essentiellement un pays agricole quand on regarde ses exportations.

    En dépit de ces difficultés, le potentiel de l’Afghanistan en tant que partenaire commercial est indéniable, comme en témoigne la croissance rapide de ses échanges avec la Chine. L’extension proposée du CEPC (Corridor économique sino-pakistanais) en Afghanistan pourrait aider à transformer l’économie du pays en favorisant l’industrialisation.

    Cependant, pour que cela se produise, les pays voisins tels que la Russie, l’Iran et le Turkménistan doivent être impliqués dans le développement des champs d’énergie afghans, afin de permettre aux réserves d’énergie du pays d’être acheminées là où elles sont le plus nécessaires.

    La Chine, quant à elle, a déjà investi massivement dans l’infrastructure du pays, notamment dans les secteurs des transports et de l’énergie. En outre, la Chine a des antécédents de coopération avec les pays voisins de l’Afghanistan, comme en témoigne le CPEC.

    Néanmoins, il reste beaucoup à faire pour améliorer l’efficacité de la gestion des échanges commerciaux en Afghanistan. Cela nécessite une amélioration significative de la surveillance et de l’infrastructure analytique, en particulier en ce qui concerne les échanges commerciaux avec les pays voisins de l’Afghanistan, tels que l’Iran, le Turkménistan, l’Ouzbékistan et le Tadjikistan.

     

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *