Scénarios d’une “nouvelle normalité” en géopolitique


  • FrançaisFrançais

  • La période de l’après-guerre froide, marquée par la mondialisation, la prospérité et un calme politique relatif, est révolue. L’avenir se dessine dès maintenant.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram

    La période de l'après-guerre froide, marquée par la mondialisation, la prospérité et un calme politique relatif, est révolue. L'avenir se dessine dès maintenant.

    La normalité des trois dernières décennies de mondialisation de l’après-guerre froide appartient au passé. Il est maintenant nécessaire de comprendre si cette période était une anomalie et quelle sera la “nouvelle normalité” dans l’ère à venir.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    L’ère des conflits entre grandes puissances reviendra-t-elle comme l’ont prédit les “réalistes” de la théorie des relations internationales ? La mondialisation, menée par les institutions multinationales, continuera-t-elle à prévaloir malgré la tragédie qui se déroule en ce moment même en Ukraine? Quels sont les principaux acteurs et forces en présence?

    Le monde des réalistes

    Pour les réalistes, les déterminants des relations internationales sont les États, leurs dirigeants et le “système”. Le système est défini par l’anarchie, le contraire de la hiérarchie. L’anarchie signifie qu’il n’y a pas d’autorité supérieure pour résoudre les conflits entre les États.

    Dans un monde anarchique, la survie des États est toujours menacée, d’où la nécessité de renforcer leur pouvoir et leur puissance. Les Nations unies et les autres institutions multilatérales ne signifient pas grand-chose et ne changent rien. Les seuls acteurs qui comptent sont les États, ou plus précisément les grandes puissances et la mentalité de leurs dirigeants qui est à l’origine de leur puissance militaire et économique.

    Malgré la notion sous-jacente d’anarchie, le monde réaliste est ordonné et simpliste. Seules deux superpuissances mondiales, les États-Unis et la Russie, ont le pouvoir de détruire le monde à plusieurs reprises. La Chine et l’Union européenne sont déjà des superpuissances économiques. Sur le plan militaire, la Chine rivalise avec les États-Unis dans le Pacifique et l’Europe augmente ses dépenses de défense. Rien ni personne ne peut vaincre militairement les superpuissances mondiales ou leur imposer des décisions politiques.

    Selon le modèle réaliste, l’équilibre des forces entre ces pays, ainsi que les puissances régionales telles que l’Inde, le Japon, la Turquie, l’Arabie saoudite et l’Iran, détermine les relations internationales et la géopolitique mondiale.

    Les réalistes suggèrent que la Russie et la Chine perçoivent l’ordre mondial actuel comme favorable aux États-Unis et à leurs alliés. En réponse, Moscou et Pékin tentent de créer leur propre contrepoids. Outre l’Iran, les pays BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), l’Arabie saoudite et même la Turquie, membre de l’OTAN, sont en désaccord avec la politique américaine à des degrés divers. La création d’un contrepoids à l’hégémonie libérale pourrait servir leurs intérêts, au moins en termes de préservation d’une certaine liberté de manœuvre.

    Les réalistes affirment que ce contrepoids se ferait de manière ordonnée et moins violente par le biais d’un accord sur des zones “tampons” neutres entre les superpuissances mondiales. Cela impliquerait inévitablement de sacrifier les intérêts de certains petits États, d’affaiblir la mondialisation et de réduire la diffusion de la démocratie.

    Ou bien, pour relever ce défi, les États-Unis et leurs alliés devraient redoubler de puissance militaire, de pouvoir économique et de promotion de la démocratie. Un élément important de cette réflexion est de limiter, plutôt que de promouvoir, la croissance de leurs adversaires, comme ils l’ont fait à la fin des années 2000. Il s’agirait de réglementer étroitement l’accès aux marchés et aux technologies dans le cadre d’une politique de concurrence stratégique par la dissuasion. La troisième option est celle d’un conflit militaire, qui entraînerait une redistribution des pouvoirs.

    Des experts tels que John Mearsheimer, l’un des réalistes les plus radicaux, ont depuis longtemps suggéré l’un de ces moyens d’équilibre. Il a prédit que l’hégémonie libérale des États-Unis ne durerait pas au-delà de la fin de la guerre froide et que la politique la plus sensée consisterait à équilibrer la Chine en s’alliant à la Russie. L’argument est qu’il n’est pas dans l’intérêt des États-Unis d’encourager la puissance économique croissante de la Chine. Henry Kissinger, un réaliste absolu qui a été le fer de lance du rapprochement des États-Unis avec la Chine dans les années 1970, a qualifié l'”alliance Russie-Chine” d’imprudente.

    Ces réalistes reprochaient au concept d’élargissement de l’OTAN de pousser la Russie dans les bras de la Chine, affaiblissant ainsi la capacité de l’Amérique à contenir Pékin. La Russie considérait l’expansion de l’OTAN comme une menace pour sa sécurité, malgré les assurances contraires. Ils affirment également que la cause de la guerre actuelle en Ukraine est l’incapacité de parvenir à un nouvel équilibre ordonné des pouvoirs.

    Quoi qu’il en soit, le conflit des grandes puissances en Europe a déjà commencé. Cela signifie que l’équilibre des pouvoirs en Europe ne peut être déterminé que sur le champ de bataille, jusqu’à ce que les parties soient contraintes de négocier, soit par la défaite, soit par l’épuisement.

    Les conséquences se font sentir dans le monde entier. Les réalistes affirment que la Chine est le principal bénéficiaire du conflit sur le continent européen parce que l’alliance dirigée par les États-Unis consacre davantage de ressources et de temps à l’Europe et moins à l’Indo-Pacifique. Ils affirment également que la Russie joue le rôle de tampon pour la Chine dans sa concurrence potentielle avec l’alliance dirigée par les États-Unis.

    D’aucuns affirment que Pékin doit désormais jouer le rôle de pacificateur en Europe ou, à tout le moins, d’acteur neutre. Alors que toutes les autres grandes puissances sont enlisées dans la guerre qui fait rage en Europe, la Chine accroît furtivement son influence non seulement dans son voisinage immédiat, mais dans le monde entier.

    Au-delà des implications géopolitiques, l’escalade des conflits nucléaires est bien réelle et il serait insensé d’en négliger les dangers, comme ne cessent de le répéter les partisans de la vision réaliste.

    Le monde libéral

    Pour les “libéraux”, qui se situent à l’autre extrémité du spectre des opinions sur les relations internationales, les institutions internationales ont apporté la plus grande prospérité à l’humanité au cours des trois dernières décennies. Jamais auparavant une si grande partie du monde n’avait été arrachée à la pauvreté et aux souffrances quotidiennes de la faim, de la maladie et de la misère sociale.

    Les principes de l’économie de marché, avec un certain degré d’intervention gouvernementale et de réglementation de l’industrie, ont prévalu dans le monde entier, à quelques exceptions près. La plupart des économistes objecteraient que même la Russie et la Chine, qui sont en désaccord politique avec les États-Unis, ont mené leurs politiques économiques en s’inspirant largement des principes de l’économie de marché.

    Cette vision du monde est étayée non seulement par des arguments liés à la prospérité économique, mais aussi par les idéaux les plus inspirants du siècle des Lumières. Les gens naissent libres et leurs droits sont inaliénables, et la seule tâche de l’État est de les protéger.

    Si la démocratie ne doit pas être imposée par la force de l’extérieur, sa supériorité est indéniable, même si les gouvernements démocratiques peuvent être plus efficaces. La nécessité de l’indépendance judiciaire, de la liberté d’expression et de la concurrence politique n’est pas remise en question, même par ceux qui s’en détournent dans la pratique.

    Ces principes et les institutions qui les promeuvent – telles que les Nations unies, la Banque mondiale, l’Organisation mondiale du commerce et le Fonds monétaire international – ont bien servi les relations internationales. Ces institutions doivent également être plus efficaces, mais ne doivent pas être mises de côté. La pandémie de Cov id-19 a montré que le monde serait beaucoup plus dangereux et fragile sans la coordination et le partage des connaissances des institutions mondiales, affirment les libéraux.

    La reconnaissance de la supériorité du libéralisme, fondé sur la démocratie, les droits de l’homme et la liberté économique, est si répandue que même les radicaux purs et durs et les autocrates formulent leur discours en termes de “libertés” et de “droits”. De ce point de vue, la division géopolitique actuelle est décrite principalement en termes de “démocratie contre régime totalitaire” et de “liberté contre oppression”.

    Pendant la majeure partie des 30 dernières années, l’opinion dominante ou l’espoir des libéraux a été que la voie démocratique du développement l’emporterait. La Corée du Sud, Taïwan et l’Indonésie figurent parmi les principaux exemples de démocraties émergentes.

    La position de la majorité a sensiblement changé au cours de la dernière décennie. On affirme que ceux qui sont associés au nationalisme, à l’impérialisme, au totalitarisme et à la kleptocratie de type bandit sont opposés au libéralisme et veulent le détruire. L’objectif des kleptocrates et des autocrates est de maintenir le pouvoir interne et de détruire l’opposition au nom de la souveraineté. Ainsi, aucune zone “tampon” ni aucune autre forme d’équilibre ne pourra arrêter leur agression, car ces dirigeants ont besoin d’un ennemi extérieur pour garder la population sous contrôle.

    Pour les tenants de la vision libérale du monde, l’apaisement au détriment de la liberté d’autrui est moralement impossible. Ceux qui menacent, perturbent et attaquent l’ordre mondial existant peuvent être contenus jusqu’à ce qu’ils échouent intérieurement ou qu’ils soient finalement vaincus en cas de conflit. La conviction est qu’il ne peut y avoir de coexistence pacifique avec ceux qui veulent détruire et dominer un monde libre et démocratique.

    Ce clivage est bien plus profond que la confrontation géopolitique dans un monde réaliste. Le but ultime du jeu n’est pas l’équilibre, mais la domination d’une idéologie sur l’autre.

    Scénarios

    Dans un rapport d’octobre 2021 pour Geopolitical Intelligence Services, j’ai suggéré que la situation actuelle est bien plus dangereuse que la stabilité stratégique de l’époque de la guerre froide. Le passé était défini par la domination des États-Unis et de l’Union soviétique dans leurs propres sphères d’influence clairement délimitées en Europe. La menace d’une destruction mutuelle assurée a empêché une guerre majeure entre les deux camps opposés. Par conséquent, la concurrence intense n’a pas débouché sur un conflit militaire direct. Les guerres se sont déroulées à la périphérie et entre pays mandataires.

    Toutefois, le pacifisme éclairé a cédé la place au nationalisme militariste. Les armes non nucléaires sont devenues plus répandues et plus puissantes, même si les armes nucléaires ne sont jamais utilisées. J’ai suggéré que la diplomatie devrait viser à prévenir une guerre majeure.

    Or, la situation en Europe, définie par un conflit militaire majeur, est déjà au-delà d’une solution diplomatique. Quelle que soit la cause sous-jacente, toutes les parties en Europe se préparent à un conflit prolongé, même après la fin de la guerre tragique en Ukraine. L’Europe perçoit la Russie comme sa principale menace, et cette perception ne changera peut-être pas avant des décennies.

    La Russie entretient des relations beaucoup plus étroites avec la Chine, bien que ces pays n’aient pas encore conclu d’alliance militaire définitive. L’Asie centrale, par exemple, est déjà devenue le théâtre d’une rivalité discrète entre la Chine et la Russie, signe que les intérêts des deux puissances ne coïncident pas sur tous les sujets.

    Un conflit sur le théâtre européen signifie que les États-Unis renforceront leur présence, y compris militaire, sur le continent. Une alliance avec les États-Unis garantit la sécurité de l’Europe, limitant ainsi les tentatives de s’éloigner de la politique américaine, y compris à l’égard de la Chine. L’alliance dirigée par les États-Unis dans la région indo-pacifique augmentera considérablement ses capacités militaires afin de faire contrepoids à la Chine. On peut certainement s’attendre à ce que la Chine fasse de même.

    Le commerce total ne diminuera peut-être pas aussi rapidement. Mais une interdépendance beaucoup plus faible dans des domaines critiques tels que les chaînes d’approvisionnement, la technologie et l’échange de main-d’œuvre est déjà en train de devenir une réalité. Cela ne signifiera probablement pas la création d’un “rideau” séparant des camps concurrents, mais plutôt le démantèlement de la “dépendance unilatérale”, comme l’a dit le chancelier allemand Olaf Scholz. Cette approche est également appelée “réduction des risques” dans les zones instables.

    En général, le meilleur résultat sera “la concurrence plutôt que le conflit”. Le risque de conflit armé existe toujours si les puissances ne recourent pas à une diplomatie prudente. Cela s’est déjà produit en Europe et pourrait se produire en Chine et aux États-Unis. Les raisons en sont diverses.

    La guerre menée par la Russie en Ukraine renforce l’idée que le seul moyen d’éviter un nouveau conflit est d’intimider l’autre partie par une démonstration de force et l’inévitabilité de dommages irréparables. Une course aux armements incontrôlée crée des risques de guerre accidentelle. Un monde bourré d’armes est tout simplement plus dangereux qu’un monde avec moins d’armes.

    Alors qu’en Occident, le clivage géopolitique actuel est principalement décrit en termes de “démocratie contre régime totalitaire”, “liberté contre oppression”, la Chine, la Russie et d’autres pays considèrent l’Occident comme un monopoliste déraisonnable dans la définition des valeurs. Cette vision contribue à la conviction que les deux parties luttent pour leur survie en essayant de se détruire l’une l’autre. Le rôle de la diplomatie est donc d’essayer de créer des canaux de communication susceptibles d’empêcher la guerre. La diplomatie est l’art de faire la paix. En outre, de nouvelles forces entrent en jeu qui pourraient rendre ces théories traditionnelles obsolètes.

    La confrontation, et a fortiori la guerre, repose autant sur la mobilisation des ressources que sur le soutien de l’opinion publique. La fragmentation de l’opinion est susceptible de rendre improbable un soutien public à long terme en faveur d’une question. Toutefois, les institutions gouvernementales formelles ne sont pas les seules à façonner les récits et les hiérarchies sociales et à définir le paysage politique, comme c’était le cas il y a à peine dix ans. Le monde d’aujourd’hui repose de plus en plus sur des réseaux sociaux qui remplissent ces fonctions à la place des gouvernements, même dans les pays qui tentent de les contrôler.

    Une mobilisation sociale prolongée en faveur de guerres ou de conflits est peu probable. Les guerres menées par les États-Unis au Viêt Nam et par l’Union soviétique en Afghanistan sont des exemples de désillusion des sociétés face aux décisions des gouvernements.

    Seuls des problèmes tels que la dégradation de l’environnement, la guerre nucléaire et la pandémie mondiale créeront le niveau de cohésion sociale nécessaire à une action commune. De nouveaux acteurs émergeront à l’échelle mondiale et seront aussi influents que les États. Ainsi, les décideurs actuels risquent de jouer à des jeux dépassés de “grandes puissances” et de “démocratie contre autocrates” alors qu’un nouveau monde se dessine.

    Par Zorigt Dashdorj sur Geopolitika

    Informations sur l’auteur :

    Zorigt Dashdorj est le directeur exécutif de l’Institut pour la stratégie de développement en Mongolie et possède son propre cabinet de conseil en gestion des risques. Il est également administrateur de plusieurs grandes entreprises en Mongolie.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *