Les Émirats arabes unis emprisonnent les Frères musulmans, tandis que les États-Unis les protègent


  • FrançaisFrançais

  • Aujourd’hui, seuls la Turquie et le Qatar continuent de parrainer les Frères musulmans, tandis que les États-Unis les soutiennent tacitement.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram

    Bâtiments détruits dans la ville d'Ariha, au sud de la province syrienne d'Idlib.
    Bâtiments détruits dans la ville d'Ariha, au sud de la province syrienne d'Idlib.

    Le Dr Hamad Saif al-Shamsi, procureur général des Émirats arabes unis (EAU), a renvoyé 84 personnes ayant des liens présumés avec les Frères musulmans vers leur procès devant la Cour de sûreté de l’État d’Abou Dhabi, à l’issue d’une enquête de six mois.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Les accusés sont accusés d’avoir formé une organisation secrète dans le but de commettre des actes de violence et de terrorisme aux Émirats arabes unis. En mai 2023, la Jordanie a remis aux Émirats arabes unis Khalaf Abdul Rahman Humaid al-Rumaithi, un homme recherché ayant des liens avec les Frères musulmans.

    La conférence sur le climat COP28 de l’ONU s’est tenue aux Émirats arabes unis le mois dernier, et l’Emirates Detainees Advocacy Center, un groupe dirigé par un Émirati qui vit en exil à Istanbul après avoir été inscrit sur une liste de terrorisme par les Émirats arabes unis, a organisé la manifestation.

    Les FM partagent les mêmes convictions fondamentales et la même plateforme qu’Al-Qaïda et ISIS. Ils croient tous que l’Islam est la seule vraie religion et que tous les rois, monarchies et dynasties sont oppressifs et opposés à l’Islam. Ils croient que la seule constitution nécessaire est le Coran et que la loi islamique répond à tous les besoins en matière de codes civils. Abou Bakr al Baghdadi était le calife de l’État islamique d’Irak et de Syrie et son groupe a fini par s’appeler ISIS.

    Mohammad al Julani

    Mohammad al Julani

    Les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite ont qualifié les Frères musulmans de groupe terroriste en 2014 et ont également interdit Jibhat al-Nosra et l’Etat islamique. Mohammed al-Julani est le chef de Hayat Tahrir al-Sham (HTS), l’organisation terroriste occupant Idlib, en Syrie, et détenant 3 millions de civils comme boucliers humains. Julani a commencé avec Al-Qaïda en Irak, a rejoint l’Etat islamique tout en s’associant à Baghdadi, et est venu en Syrie pour ouvrir une branche de l’Etat islamique, mais a plutôt organisé Jibhat al-Nosra en Syrie, qui est devenu le groupe terroriste prédominant combattant le gouvernement syrien, et en 2014 al- Nosra et l’ASL soutenue par les États-Unis ont signé un accord à Idlib.

    Une fois que Jibhat al-Nosra a été qualifié de groupe terroriste, il a changé son nom pour Hayat Tahrir al-Sham afin de continuer à recevoir l’aide des États-Unis et de l’ONU.

    Idlib est le dernier endroit en Syrie contrôlé par des terroristes. Il est approvisionné par l’ONU et d’autres organisations caritatives en fournitures humanitaires, qui passent toutes par les mains de Julani. Les États-Unis et l’UE ont protégé HTS et leur occupation d’Idlib, et les grands médias américains ont rendu visite à Julani pour des interviews dans lesquelles il portait un costume-cravate dans le but des États-Unis de le requalifier comme un leader digne du soutien des démocraties occidentales.

    Le président Donald Trump voulait que les Frères musulmans soient qualifiés d’organisation terroriste aux États-Unis. Le sénateur américain Ted Cruz a présenté deux projets de loi au Congrès pour interdire les Frères musulmans, mais n’a pas réussi à obtenir le soutien des démocrates et des républicains.

    Les Frères musulmans sont présents partout aux États-Unis et leurs membres sont souvent des hommes d’affaires et des universitaires très productifs. Leurs diplômes universitaires et leurs réseaux sociaux en font l’un des acteurs de la société américaine. Sous l’administration Obama, de nombreux membres des FM ont été placés à des postes importants dans les institutions gouvernementales américaines et beaucoup y restent aujourd’hui.

    L’Amérique en est venue à valoriser la diversité sur le lieu de travail et au gouvernement, et c’était l’occasion pour les FM de mettre le pied dans la porte. Les membres du Congrès ont fait l’objet de pressions de la part des Frères musulmans et de leurs agents sur certaines questions, et le discours qu’ils défendent est que s’opposer aux Frères musulmans aux États-Unis, c’est être anti-islam, ce qui est anti-américain.

    Les Frères musulmans ont vu le jour en Égypte et se sont implantés en Tunisie, en Syrie et en Arabie Saoudite. Un Saoudien est devenu célèbre pour sa haine de la monarchie saoudienne, Oussama ben Laden, qui a été formé par la CIA alors qu’il combattait en Afghanistan l’armée d’occupation de l’Union soviétique.

    L’islam radical de Ben Laden s’appelait Al-Qaïda, mais les Frères musulmans partagent les mêmes valeurs et objectifs fondamentaux. Ils cherchent tous à démanteler les gouvernements partout dans le monde, y compris aux États-Unis, et à les remplacer par la loi islamique et le califat.

    La branche syrienne des Frères musulmans a lancé un soulèvement sanglant à Hama dans les années 1980, avec l’intention de renverser le gouvernement de Hafez al Assad, mais sans succès. En mars 2011, le président américain Barack Obama et son vice-président Joe Biden, ainsi qu’Hillary Clinton en tant que secrétaire d’État, ont lancé une attaque américano-OTAN contre la Syrie pour un changement de régime en utilisant les Frères musulmans comme épine dorsale politique et militaire du projet.

    Le projet syrien n’a pas réussi à atteindre les objectifs d’Obama, mais a réussi à détruire le pays, à tuer des centaines de milliers de personnes et à créer la plus grande migration syrienne vers l’Europe de l’histoire.

    Clinton a acheminé les armes confisquées en Libye directement vers la Turquie, alliée des États-Unis dans l’attaque contre le peuple syrien. Le dirigeant turc, Recip Tayip Erdogan est un partisan des Frères musulmans et son parti AKP l’est également. L’aile politique de l’opposition syrienne s’est rendue à Istanbul et la CIA a installé son quartier général dans le sud de la Turquie dans le cadre de son programme appelé Timber Sycamore, avec pour tâche de former, financer et armer les terroristes qu’Obama et le sénateur John McCain appelaient “l’Armée syrienne libre” (ASL) et qui étaient des partisans des Frères musulmans.

    Alors qu’Obama cherchait à renverser le président syrien Bashar al-Assad pour mettre un terme aux relations syriennes avec le Hezbollah et l’Iran, l’ASL, parrainée par les États-Unis, cherchait à renverser le gouvernement laïc de Damas et à le remplacer par un gouvernement dirigé par les FM.

    Obama avait déjà réussi en Égypte et en Tunisie en installant des dirigeants des FM dans les deux pays. Depuis lors, l’Égypte et la Tunisie ont connu un tollé général et ont destitué les dirigeants des FM.

    Aujourd’hui, seuls la Turquie et le Qatar continuent d’être des États parrains des Frères musulmans. L’Arabie Saoudite a mis fin à sa participation à la guerre en Syrie parrainée par les États-Unis. L’Arabie saoudite se concentre désormais sur ses intérêts stratégiques, plutôt que sur une obéissance aveugle aux diktats du Bureau Ovale.

    La Turquie et le Qatar continuent d’être hostiles à la Syrie, l’armée turque occupant certaines parties de la Syrie avec à la fois des soldats de l’armée nationale turque et des mercenaires salariés turcs qui suivent l’islam radical. Le Qatar continue d’exprimer son opposition à la reconnaissance du gouvernement syrien légitime à Damas. Erdogan a déclaré qu’il souhaitait rétablir ses relations avec Assad, mais Damas a déclaré que l’occupation militaire devait d’abord cesser avant que de nouvelles mesures de réconciliation puissent être prises.

    Par Steven Sahiounie sur Strategic Culture Foundation, un journaliste syro-américain primé basé en Syrie. Il est spécialisé sur le Moyen-Orient. Il est également apparu à la télévision et à la radio au Canada, en Russie, en Iran, en Syrie, en Chine, au Liban et aux États-Unis.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *