Décoder les frappes de missiles et de drones iraniens


  • FrançaisFrançais

  • Les frappes de missile de l’Iran dans 3 pays est un message envoyé à Washington sur le fait que les iraniens ont compris la tactique américaine de l’entourer par deux Etats en faillite et de lui faire une guerre par terrorisme de proxy.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram

    Le bâtiment décrit comme le "quartier général du Mossad" au Kurdistan irakien avec des installations souterraines pour mener des opérations secrètes touchées par une attaque de missile iranien, Erbil, nord de l'Irak, 15 janvier 2024.
    Le bâtiment décrit comme le "quartier général du Mossad" au Kurdistan irakien avec des installations souterraines pour mener des opérations secrètes touchées par une attaque de missile iranien, Erbil, nord de l'Irak, 15 janvier 2024.

    Les frappes stupéfiantes de missiles et de drones sur trois pays, la Syrie, l’Irak et le Pakistan, sur une période de 24 heures et Téhéran ayant pris la décision extraordinaire d’annoncer sa responsabilité dans les attaques ont envoyé un très grand message à Washington : son stratagème visant à créer une coalition des groupes terroristes dans la région entourant l’Iran seront résolument combattus.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Le fait que la stratégie américaine contre l’Iran prenait de nouvelles formes a commencé à apparaître après l’attaque du 7 octobre contre Israël et l’érosion qui en a résulté de sa position de suprémo régional. Le rapprochement irano-saoudien négocié par la Chine et l’intégration de l’Iran, de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis et de l’Égypte dans les BRICS ont plongé les stratèges américains en mode panique.

    Dès la seconde moitié de 2023, des signes semblaient indiquer que les États-Unis et l’axe israélien prévoyaient d’utiliser le terrorisme comme seul moyen viable pour affaiblir l’Iran et restaurer l’équilibre régional en faveur de Tel-Aviv, ce qui est d’une importance cruciale pour la priorité donnée par Washington à l’Asie-Pacifique et pourtant besoin de contrôler le Moyen-Orient riche en pétrole. En effet, une guerre conventionnelle avec l’Iran n’est plus réalisable pour les États-Unis, car elle risquerait de détruire Israël.

    Les futurs historiens étudieront certainement, analyseront et tireront des conclusions sobres concernant les attaques contre Israël perpétrées par des groupes de résistance palestinienne le 7 octobre. Dans la doctrine militaire classique, il s’agissait essentiellement d’une frappe préventive menée par des groupes de résistance avant le poids lourd américano-israélien de groupes terroristes, tels que ISIS et Mujahideen-e-Khalq, se sont transformés en une plate-forme rivale à la hauteur de l’Axe de la Résistance.

    Téhéran est conscient de la nécessité urgente de créer une profondeur stratégique avant que les loups ne se rapprochent. Téhéran a fait pression sur Moscou pour qu’elle accélère un pacte stratégique bilatéral, mais les Russes, sans surprise, ont mis du temps à y parvenir. L’un des points clés de l’ordre du jour de la “visite de travail” du président Ebrahim Raïssi à Moscou le 7 décembre pour rencontrer le président Poutine était la finalisation de l’accord.

    Enfin, lundi, le ministère russe de la Défense a révélé dans une rare déclaration que le ministre de la Défense Sergueï Choïgou avait appelé son homologue iranien Mohammad-Reza Ashtiani pour lui faire savoir que Moscou avait accepté de signer l’accord. La déclaration du ministère de la Défense indiquait :

    Les deux parties ont souligné leur attachement aux principes fondamentaux des relations russo-iraniennes, notamment le respect inconditionnel de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de chacun, qui seront confirmés dans le traité intergouvernemental majeur entre la Russie et l’Iran, alors que ce document est déjà en cours de finalisation.”

    Selon l’agence de presse iranienne IRNA, Choïgou a indiqué que l’engagement de la Russie envers la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Iran serait explicitement énoncé dans l’accord. Le rapport ajoute que “les deux ministres ont également souligné l’importance des questions liées à la sécurité régionale et souligné que Moscou et Téhéran poursuivront leurs efforts conjoints pour établir un ordre mondial multipolaire et nier l’unilatéralisme des États-Unis“.

    Mercredi, Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, a déclaré aux journalistes à Moscou que le nouveau traité consoliderait le partenariat stratégique entre la Russie et l’Iran et couvrirait l’ensemble de leurs liens. “Ce document arrive non seulement à point nommé, mais il est également attendu depuis longtemps“, a déclaré Zakharova.

    Depuis la signature du traité actuel, le contexte international a changé et les relations entre les deux pays connaissent un essor sans précédent“, a-t-elle noté. Zakharova a déclaré que le nouveau traité devrait être signé lors de ce qu’elle a décrit comme l’un des prochains contacts entre les deux présidents.

    Par ailleurs, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a été cité par l’agence de presse officielle TASS, affirmant qu’une date exacte d’une rencontre entre Poutine et Raïssi devait être déterminée. De toute évidence, quelque chose d’une profonde signification pour la géopolitique du Moyen-Orient se produit sous nos yeux.

    Il suffit de dire que les frappes de missiles et de drones de l’Iran contre des cibles terroristes mercredi sont une démonstration éclatante de sa détermination à agir en légitime défense dans le nouveau contexte régional et international. Les soi-disant “mandataires” de l’Iran, qu’il s’agisse du Hezbollah ou des Houthis, ont atteint l’âge adulte avec leur propre esprit, qui déciderait de leur propre positionnement stratégique au sein de l’Axe de la Résistance. Ils n’ont pas besoin d’un système de perfusion de Téhéran. Il faudra peut-être un certain temps aux stratèges anglo-saxons pour s’habituer à cette nouvelle réalité, mais ils finiront par y parvenir.

    Il est clair que considérer les frappes de missiles et de drones iraniens comme de simples opérations antiterroristes est une sous-estimation. Même en ce qui concerne la frappe au Baloutchistan, il est intéressant de noter qu’elle a eu lieu moins d’un mois après le voyage d’une semaine du général Asim Munir du COAS à Washington à la mi-décembre.

    Munir a rencontré de hauts responsables américains, notamment le secrétaire d’État Antony Blinken, le secrétaire à la Défense Lloyd Austin, le chef d’état-major interarmées des forces américaines, le général Charles Q Brown, et le conseiller adjoint américain à la sécurité nationale Jonathan Finer, et, bien sûr, la redoutable sous-secrétaire d’État Victoria Nuland, la force motrice derrière les politiques néoconservatrices de l’administration Biden.

    Une déclaration officielle à Islamabad le 15 décembre sur la tournée de haut vol de Munir a déclaré que le Pakistan et les États-Unis “ont l’intention d’augmenter les interactions” pour des engagements “mutuellement bénéfiques“. Il indique que les deux parties ont discuté des conflits en cours dans la région et “sont convenues d’accroître les interactions entre Islamabad et Washington“.

    Le communiqué indique : “Les questions d’intérêts bilatéraux, les questions de sécurité mondiale et régionale et les conflits en cours ont été discutés au cours des réunions. Les deux parties ont convenu de poursuivre leur engagement pour explorer les voies potentielles de collaboration bilatérale dans la poursuite d’intérêts communs.”

    Le communiqué ajoute que lors de la réunion entre les hauts responsables de la défense des deux pays, “la coopération antiterroriste et la collaboration en matière de défense ont été identifiées comme des domaines essentiels de coopération“. Pour sa part, Munir a souligné l’importance de “comprendre les perspectives de chacun” sur les questions de sécurité régionale et les développements affectant la stabilité stratégique en Asie du Sud, selon le communiqué pakistanais.

    Le Pakistan a toute une histoire de service aux intérêts américains dans la région et le quartier général de Rawalpindi a été le conducteur de cette collaboration. Ce qui est évident aujourd’hui, c’est que les prochaines élections au Pakistan n’ont pas découragé l’administration Biden de dérouler le tapis rouge à Munir. Mais le bon côté est que l’Iran et le Pakistan sont suffisamment intelligents pour connaître leurs lignes rouges respectives.

    Les intentions américaines sont claires : déborder Téhéran à l’ouest et à l’est avec des États défaillants faciles à manipuler. Les réunions organisées à la hâte à Davos entre le conseiller américain à la sécurité nationale Jake Sullivan et de hauts responsables irakiens (ici et ici) en aval des frappes iraniennes ont souligné

    • “L’importance (du Kurdistan) de reprendre les exportations de pétrole (vers Israël) et le soutien de Washington au “partenariat fort de la région du Kurdistan avec les États-Unis” ;
    • L’importance de mettre fin aux attaques contre le personnel américain en Irak et en Syrie ;
    • L’engagement des États-Unis à “renforcer la coopération en matière de sécurité dans le cadre d’un partenariat de défense durable et à long terme” ;
    • Le soutien des États-Unis à la souveraineté irakienne ; et,
    • L’invitation de Biden au Premier ministre irakien Soudani de se rendre “bientôt” à la Maison Blanche.

    En un mot, Sullivan a exprimé l’intention des États-Unis de renforcer leur présence en Irak, et ils ont également des objectifs similaires à poursuivre au Pakistan. Washington fait confiance à Munir pour garantir qu’Imran Khan croupisse en prison quel que soit le résultat des élections pakistanaises.

    Ce réalignement stratégique intervient à un moment où l’Afghanistan a définitivement glissé hors de l’orbite anglo-américaine et où l’Arabie saoudite ne montre aucun intérêt à être un rouage dans la roue américaine ou à se mêler des forces de l’extrémisme et du terrorisme.

    Par M. K. Bhadrakumar, ancien diplomate indien et ayant contribué dans plusieurs médias de haut niveau.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *