La bête idéologique lève le voile sur la transformation


  • FrançaisFrançais

  • La répression policière des manifestations étudiantes révèle une pure intolérance envers ceux qui condamnent la violence à Gaza.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram

    Une mère tient son enfant dans ses bras alors que les agents de sécurité de l'USC tentent de disperser les étudiants qui manifestent en soutien aux Palestiniens, au Alumni Park de l'Université de Californie du Sud, au milieu du conflit en cours entre Israël et le groupe islamiste palestinien Hamas, à Los Angeles, Californie, le 24 avril. . REUTERS/Zaydée Sánchez
    Une mère tient son enfant dans ses bras alors que les agents de sécurité de l'USC tentent de disperser les étudiants qui manifestent en soutien aux Palestiniens, au Alumni Park de l'Université de Californie du Sud, au milieu du conflit en cours entre Israël et le groupe islamiste palestinien Hamas, à Los Angeles, Californie, le 24 avril. . REUTERS/Zaydée Sánchez

    Par Alastair Crooke sur Strategic Culture Foundation

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    La Transformation s’accélère. La répression policière dure, souvent violente, des manifestations étudiantes aux États-Unis et en Europe, à la suite des massacres palestiniens incessants, révèle une pure intolérance envers ceux qui condamnent la violence à Gaza.

    La catégorie de “discours de haine” inscrite dans la loi est devenue si omniprésente et si fluide que la critique du comportement d’Israël à Gaza et en Cisjordanie est désormais traitée comme une catégorie d’extrémisme et comme une menace pour l’État. Confrontées aux critiques à l’égard d’Israël, les élites dirigeantes réagissent en se déchaînant avec colère.

    Y a-t-il (encore) une frontière entre critique et antisémitisme ? En Occident, les deux sont de plus en plus cohérents.

    L’étouffement actuel de toute critique de la conduite d’Israël, en contradiction flagrante avec toute prétention occidentale à un ordre fondé sur des valeurs, reflète le désespoir et une touche de panique. Ceux qui occupent encore les postes de direction du pouvoir institutionnel aux États-Unis et en Europe sont contraints par la logique de ces structures de poursuivre des lignes d’action qui conduisent à l’effondrement du “système”, à la fois au niveau national, et de manière concomitante, provoquant une aussi intensification dramatique des tensions internationales.

    Les erreurs découlent des rigidités idéologiques sous-jacentes dans lesquelles les couches dirigeantes sont piégées : l’adhésion à un Israël biblique transformé qui s’est séparé il y a longtemps de l’esprit du Parti démocrate américain d’aujourd’hui ; l’incapacité d’accepter la réalité en Ukraine ; et l’idée selon laquelle la coercition politique américaine peut à elle seule faire revivre des paradigmes disparus depuis longtemps en Israël et au Moyen-Orient.

    L’idée selon laquelle une nouvelle Nakba israélienne des Palestiniens pourrait être imposée à l’Occident et au public mondial est à la fois illusoire et pue des siècles d’orientalisme ancien.

    Que dire d’autre lorsque le sénateur Tom Cotton écrit : “Ces petits Gazas sont des cloaques dégoûtants de haine antisémite, remplis de sympathisants pro-Hamas ; fanatiques et monstres” ?

    Lorsque l’ordre s’effondre, il s’effondre rapidement et complètement. Soudainement, la conférence du Parti Républicain s’est mis le nez dans la boue (à cause de son manque de soutien aux 61 milliards de dollars de Biden pour l’Ukraine) ; le désespoir du public américain face à l’ouverture des frontières à l’immigration est ignoré avec dédain ; et les expressions d’empathie de la génération Z envers Gaza sont déclarées comme un “ennemi” interne qui doit être brutalement réprimé. Tous les points d’inflexion et de transformation stratégiques, probables ou non.

    Et le reste du monde est désormais également présenté comme un ennemi, étant perçu comme des récalcitrants qui n’adhèrent pas à la récitation occidentale de son catéchisme de “l’Ordre des règles” et pour avoir échoué à se conformer clairement à la ligne de soutien à Israël et à la guerre par procuration contre la Russie.

    Il s’agit d’une tentative pure et simple d’obtenir un pouvoir incontrôlé ; une situation néanmoins qui galvanise un retour de flamme mondial. Cela rapproche la Chine de la Russie et accélère la confluence des BRICS. En termes clairs, le monde, confronté aux massacres à Gaza et en Cisjordanie, ne respectera ni les Règles ni aucune sélection hypocrite du droit international par l’Occident. Les deux systèmes s’effondrent sous le poids de plomb de l’hypocrisie occidentale.

    Rien n’est plus évident que les réprimandes du secrétaire d’État Blinken à l’encontre du président Xi pour le traitement réservé par la Chine aux Ouïghours et ses menaces de sanctions sur le commerce de la Chine avec la Russie, alimentant “l’assaut de la Russie contre l’Ukraine”, affirme Blinken. Blinken s’est fait un ennemi de la seule puissance qui peut évidemment surpasser les États-Unis ; qui a une supériorité en matière de fabrication et de compétitivité par rapport aux États-Unis.

    Le point ici est que ces tensions peuvent rapidement dégénérer en une guerre entre “Nous” et “Eux”, dirigée non seulement contre “l’Axe du Mal” de la Chine, de la Russie, de l’Iran, mais aussi contre la Turquie, l’Inde, le Brésil et tous les autres pays qui osent critiquer la justesse morale des projets occidentaux en Israël et en Ukraine. Autrement dit, il a le potentiel de se transformer en une confrontation entre l’Occident et le reste.

    Encore une fois, un autre but contre son camp.

    Fondamentalement, ces deux conflits ont conduit à la transformation de l’Occident, passant du statut de “médiateur” autoproclamé prétendant apporter le calme aux points chauds, à celui de prétendant actif dans ces guerres. Et, en tant que concurrents actifs, ils ne peuvent permettre aucune critique de leurs actions, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur ; car ce serait faire allusion à l’apaisement.

    En clair : cette transformation en combattants dans la guerre est au cœur de l’obsession actuelle de l’Europe pour le militarisme. Bruno Maçães raconte qu’un “haut ministre européen lui a fait valoir que : si les États-Unis retiraient leur soutien à l’Ukraine, son pays, membre de l’OTAN, n’aurait d’autre choix que de se battre aux côtés de l’Ukraine, à l’intérieur de l’Ukraine. Comme il l’a dit, pourquoi son pays devrait-il attendre une défaite ukrainienne, suivie par [une Ukraine vaincue] d’un gonflement des rangs d’une armée russe déterminée à de nouvelles excursions ?

    Une telle proposition est à la fois stupide et conduirait probablement à une guerre à l’échelle du continent (une perspective avec laquelle le ministre anonyme semblait étonnamment à l’aise). Une telle folie est la conséquence de l’acquiescement des Européens à la tentative de changement de régime de Biden à Moscou. Ils voulaient devenir des acteurs conséquents à la table du Grand Jeu, mais ils se rendent compte qu’ils en manquent cruellement les moyens. La classe bruxelloise craint que la conséquence de cet orgueil démesuré soit l’effondrement de l’UE.

    Comme l’écrit le professeur John Gray :

    “Au fond, l’assaut libéral contre la liberté d’expression [sur Gaza et l’Ukraine] est une tentative d’acquérir un pouvoir incontrôlé. En déplaçant le lieu de décision de la délibération démocratique vers les procédures juridiques, les élites visent à protéger leurs programmes sectaires [néolibéraux] de la contestation et de la responsabilité. La politisation du droit, et l’affaiblissement de la politique vont de pair”.

    Malgré ces efforts pour éliminer les voix opposées, d’autres perspectives et compréhensions de l’histoire réaffirment néanmoins leur primauté : les Palestiniens ont-ils raison ? Y a-t-il une histoire à leur situation difficile ? “Non, c’est un outil utilisé par l’Iran, par Poutine et par Xi Jinping“, affirment Washington et Bruxelles.

    Ils disent de telles contrevérités parce que l’effort intellectuel visant à considérer les Palestiniens comme des êtres humains, comme des citoyens dotés de droits, obligerait de nombreux États occidentaux à réviser une grande partie de leur système de pensée rigide. Il est plus simple et plus facile pour les Palestiniens de rester dans l’ambiguïté ou de “disparaître”.

    L’avenir qu’annonce cette approche ne pourrait être plus éloigné de l’ordre international démocratique et coopératif que la Maison Blanche prétend prôner. Au contraire, cela conduit au précipice de la violence civile aux États-Unis et à une guerre plus large en Ukraine.

    Cependant, de nombreux libéraux Woke d’aujourd’hui rejetteraient l’allégation d’être anti-liberté d’expression, travaillant sous l’impression erronée que leur libéralisme ne restreint pas la liberté d’expression, mais la protège plutôt des “mensonges” émanant des ennemis de “notre démocratie” (c’est-à-dire le “contingent MAGA”). De cette façon, ils se perçoivent à tort comme adhérant toujours au libéralisme classique de John Stuart Mill, par exemple.

    S’il est vrai que dans On Liberty (1859), Mill soutenait que la liberté d’expression doit inclure la liberté de provoquer une offense, dans le même essai, il insistait également sur le fait que la valeur de la liberté résidait dans son utilité collective. Il a précisé qu'”il doit s’agir d’une utilité au sens le plus large, fondée sur les intérêts permanents de l’homme en tant qu’être progressiste”.

    La liberté d’expression n’a que peu de valeur si elle facilite le discours des “déplorables” ou de la soi-disant droite.

    En d’autres termes, “comme beaucoup d’autres libéraux du XIXe siècle“, affirme le professeur Gray, “Mill craignait la montée d’un gouvernement démocratique parce qu’il pensait que cela signifiait donner du pouvoir à une majorité ignorante et tyrannique. À maintes reprises, il a vilipendé les masses engourdies qui se contentaient de modes de vie traditionnels“. On peut entendre ici le précurseur du mépris total de Mme Clinton pour les “déplorables” vivant dans les États américains “survolés”.

    Rousseau est également souvent considéré comme une icône de la “liberté” et de “l’individualisme” et largement admiré. Mais là aussi, nous avons un langage qui cache son caractère fondamentalement antipolitique.

    Rousseau considérait plutôt les associations humaines comme des groupes sur lesquels agir, de sorte que toutes les pensées et tous les comportements quotidiens puissent être regroupés dans les unités partageant les mêmes idées d’un État unitaire.

    L’individualisme de la pensée de Rousseau n’est donc pas une affirmation libertaire de droits absolus à la liberté d’expression contre un État dévoreur. Pas de levée du drapeau tricolore contre l’oppression.

    Bien au contraire ! La “défense passionnée de l’individu” de Rousseau naît de son opposition à la “tyrannie” des conventions sociales ; les formes, les rituels et les mythes anciens qui lient la société, religion, famille, histoire et institutions sociales. Son idéal peut être proclamé comme celui de la liberté individuelle, mais il s’agit cependant d’une “liberté”, non pas dans le sens d’une immunité face au contrôle de l’État, mais dans notre retrait des prétendues oppressions et corruptions de la société collective.

    La relation familiale se transmue ainsi subtilement en relation politique ; la molécule de la famille est brisée en atomes de ses individus. Aujourd’hui, ces atomes étant davantage préparés à se débarrasser de leur sexe biologique, de leur identité culturelle et de leur ethnicité, ils sont à nouveau fusionnés dans l’unité unique de l’État.

    C’est là la tromperie que cache le langage classique du libéralisme sur la liberté et l’individualisme, la “liberté” étant néanmoins saluée comme la contribution majeure de la Révolution française à la civilisation occidentale.

    Pourtant, de manière perverse, derrière le langage de la liberté se cache une décivilisation.

    L’héritage idéologique de la Révolution française a toutefois été une décivilisation radicale. L’ancien sentiment de permanence, d’appartenance quelque part dans l’espace et le temps, a été évoqué pour faire place à son contraire : la fugacité, le caractère temporaire et l’éphémère.

    Frank Furedi a écrit :

    “La discontinuité de la culture coexiste avec la perte du sens du passé… La perte de cette sensibilité a eu un effet déstabilisant sur la culture elle-même et l’a privée de sa profondeur morale. Aujourd’hui, l’anticulturel joue un rôle puissant dans la société occidentale. La culture est souvent formulée en termes instrumentaux et pragmatiques et rarement perçue comme un système de normes qui donnent un sens à la vie humaine. La culture est devenue une construction superficielle dont il faut se débarrasser, ou changer.

    “L’élite culturelle occidentale est particulièrement mal à l’aise avec le récit de la civilisation et a perdu son enthousiasme à le célébrer. Le paysage culturel contemporain est saturé d’un corpus littéraire qui remet en question l’autorité morale de la civilisation et l’associe davantage à des qualités négatives.

    “La décivilisation signifie que même les identités les plus fondamentales, comme celle entre l’homme et la femme, sont remises en question. À une époque où la réponse à la question de “ce que signifie être humain” devient compliquée, et où les hypothèses de la civilisation occidentale perdent de leur importance, les sentiments associés au wokisme peuvent prospérer.

    Karl Polyani, dans son ouvrage La Grande Transformation (publié il y a environ 80 ans), estimait que les transformations économiques et sociales massives dont il avait été témoin au cours de sa vie, la fin du siècle de “paix relative” en Europe de 1815 à 1914 et la La chute ultérieure dans la tourmente économique, le fascisme et la guerre, qui était toujours en cours au moment de la publication du livre, n’avait qu’une seule et unique cause :

    Avant le XIXe siècle, insistait-il, la manière d’être humain avait toujours été “ancrée” dans la société et subordonnée à la politique locale, aux coutumes, à la religion et aux relations sociales, c’est-à-dire à une culture civilisationnelle. La vie n’était pas traitée comme séparée en éléments distincts, mais comme les parties d’un tout articulé, la vie elle-même.

    Le libéralisme a renversé cette logique. Cela constitue une rupture ontologique avec une grande partie de l’histoire humaine. Non seulement elle séparait artificiellement le “économique” du “politique”, mais l’économie libérale (sa notion fondamentale) exigeait la subordination de la société, de la vie elle-même, à la logique abstraite du marché autorégulé. Pour Polanyi, cela “ne signifie rien de moins que le fonctionnement de la société comme un complément au marché“.

    La réponse, clairement, était de refaire de la société une relation de communauté distinctement humaine, donnant un sens à travers une culture vivante. En ce sens, Polanyi a également souligné le caractère territorial de la souveraineté, l’État-nation comme condition préalable à l’exercice d’une politique démocratique.

    Polanyi aurait soutenu que, sans un retour à la vie elle-même comme pivot de la politique, une réaction violente était inévitable. (Bien que, espérons-le, pas aussi désastreux que la transformation qu’il a vécue.)

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *