Les îles Salomon ou le basculement du monde


  • FrançaisFrançais

  • Le pacte de sécurité entre les îles Salomon et la Chine est un véritable tsunami dans l’Indo-Pacifique. Elle prouve que contre vents et marées, la Chine reste fidèle à sa stratégie d’encerclement.


    Le pacte de sécurité entre les îles Salomon et la Chine est un véritable tsunami dans l'Indo-Pacifique. Elle prouve que contre vents et marées, la Chine reste fidèle à sa stratégie d'encerclement.

    Pendant que tout le monde a les yeux fixés sur une certaine partie de l’Europe où des slaves continuent à se battre joyeusement, la Chine continue son bonhomme de chemin et sa stratégie d’encerclement et l’accord qu’elle a conclut avec les îles Salomon il y a quelques jours, montre que le monde bascule de plus en plus, avec plusieurs forces qui sont en train de déchirer l’Occident qui continue de plonger dans ses délires.

    Le 24 mars 2022, un accord de sécurité a fuité sur les réseaux sociaux entre la Chine et les îles Salomon. Cet accord, vague dans son contenu et sa portée, a soulevé l’indignation chez de nombreux pays occidentaux. Les îles Salomon sont d’une importance stratégique dans l’Océan pacifique et un élément essentiel pour l’Australie. L’accord stipule que la Chine fournira un partenariat de sécurité dans plusieurs domaines liés à la fois au commerce, mais aussi à la sécurité des habitants. Dans le contexte de la Chine, un accord avec des termes aussi vagues, ne peut que soulever des soupçons de la part des ennemis de la Chine.

    Les îles Salomon accèdent à l’Indépendance en 1978, mais ils gardent une structure politique similaire au Royaume-Uni avec le Premier ministre qui agit comme le chef de l’Etat. Les îles vont également partie du Commonwealth et pendant 44 ans, les îles Salomon ont été la chasse gardée des occidentaux avec l’Australie, la Nouvelle-Zélande, deux marionettes aux services des USA.

    Et cela change en 2019 lorsque la Chine établit des relations diplomatiques avec les îles. Les dirigeants, notamment le premier ministre actuel, Manasseh Sogavare, vont devenir pro-chinois et ils vont même rejoindre les Nouvelles routes de la soie. Cependant, les îles Salomon ne sont pas un havre de bisounours où tout le monde se donne la main. Sa société est principalement basée sur les différences ethniques et les logiques tribales.

    Les habitants de l’une des principales îles, Malaita, sont constamment en conflit avec les dirigeants et la capitale Honiara. Dans les années 1990, un conflit, appelé « Les Tensions » va éclater entre les populations de Malaita et le pouvoir central. Un conflit qui va presque dégénérer en guerre civile sans l’intervention des Occidentaux. Il y aura un semblant de réconciliation avec l’accord de Bougainville, mais les logiques d’affrontement tribales persistent jusqu’à aujourd’hui.

    En novembre 2021, les îles Salomon vont vivre l’une des pires émeutes de leur histoire. Des « manifestants pacifiques » issus de l’île de Malaita vont se rendre à la capitale Honiara. Et les forces de l’ordre vont « ramener l’ordre » à leurs manières. Prétextant la brutalité policière, beaucoup de ces manifestants vont piller la ville et ils vont détruire entièrement le China Town d’Honiara. Du coté chinois, on considère que ces manifestants ont été instrumentalisés par les occidentaux pour foutre la merde. Une version de révolution colorée dans l’Océan Pacifique.

    Le pacte de sécurité entre les îles Salomon et la Chine est un véritable tsunami dans l'Indo-Pacifique. Elle prouve que contre vents et marées, la Chine reste fidèle à sa stratégie d'encerclement.

    Les ruines du China Town à Honiara après les émeutes en 2021
    Crédit : CHARLEY PIRINGI / AFP)

    Pour comprendre ce mic-mac, il faut comprendre que jusqu’en 2017, les îles Salomon étaient pro-occidentaux. Leurs relations commerciales étaient principalement avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Et surtout, chacune des îles peut avoir une autonomie relative dans sa diplomatie. Et Malaita était pro-Taiwan contre la Chine.

    En 2018, la Chine établit ses premières relations diplomatiques avec les îles Salomon. Les dirigeants sont ravis de cette opération de séduction et une ambassade chinoise ouvrira à Honiara en 2020. En l’espace de 2 ans, la Chine a conquis davantage d’influence que les occidentaux en 3 décennies. Mais autant dire que les carottes sont juteuses. De nouvelles infrastructures sportives pour les Jeux du pacifique de 2023, la modernisation de l’université des îles Salomon, l’amélioration de ses capacités policières. La Chine utilise son Soft Power comme elle l’a fait dans de nombreux pays.

    Mais Malaita étant pro-taiwan, on comprend mieux l’origine des émeutes de 2021. Et surtout qu’on sait aujourd’hui que de nombreux leaders de ces manifestations avaient des liens étroits avec l’Australie. Malaita pratique une diatribe anti-chinoise depuis des années. En fait, c’est la seule île où la présence chinoise est mal vue. Les autres provinces regardent ça d’un oeil morne en se disant finalement qu’une super-puissance équivaut à une autre super-puissance.

    Les chinois ont été surpris par la violence des émeutes, mais ils ont continué à renforcer leur relation avec Honiara ce qui a donné ce pacte de sécurité militaire qui fait tant parler de lui. Ce pacte implique que désormais, les îles Salomon sont sous la protection tacite de la Chine et qu’une intervention forcée, des émeutes ou le genre de bêtises auxquelles nous ont habitués les occidentaux, sera réprimés avec la brutalité nécessaire. Sogavare, le Premier ministre, n’a pas attendu ce pacte de sécurité. Il a utilisé pleinement ses forces de l’ordre pour renforcer son pouvoir.

    Le pacte inclut le support de sécurité, des formations militaires et le renforcement des capacités de défenses des îles Salomon. Mais est-ce que la Chine va aller jusqu’au bout et construire une base militaire ? Si le cas, alors l’Empire du milieu aurait l’un des postes avancés les plus stratégiques pour frapper à la fois l’Australie et la flotte américaine dans le Pacifique. Cependant, les analystes estiment qu’une base militaire est peu probable. Car la seule base militaire chinoise hors de son territoire, se trouve à Djibouti tandis que les Etats-Unis possèdent 750 bases militaires dans 80 pays.

    Les îles Salomon ne sont qu’à 3200 km de l’Australie et cette dernière, empêtré dans ses problèmes intérieurs, mais aussi un va-t-en guerre débile se retrouve en première ligne face à l’influence de la Chine. Le principal problème de l’affrontement des occidentaux contre les chinois dans l’Indo-pacifique est qu’ils ne jouent pas au même jeu.

    Le jeu est quelque chose d’important dans les stratégies militaires. Comment nous combattons et quel est notre mentalité pour gagner une guerre. Les occidentaux utilisent le jeu d’échecs (la guerre basée sur la puissance), le poker (bluffer en calculant ses risques), la boxe (le combat par la force) et le football américain qui est la parfaite illustration de l’armée américaine. On se blinde autant qu’on peut et on fonce dans le tas.

    La Chine joue au Go dans sa stratégie militaire. Et le jeu de Go influence la manière dont la Chine envisage sa culture, sa philosophie, sa nation et son armée. Le jeu de Go en version chinoise, appelé « Weiqi » (prononcé Wei’Chi), gagne en encerclant son adversaire. Ainsi, le plateau de jeu représente la Terre puisque comme le Go date de 4 000 ans, on pensait que la terre était plate. Les quatre coins du plateau représentent les quatre saisons. Les pierres blanches et noires, qui sont les pièces du jeu, sont rondes et elles représentent l’activité terrestre et la mobilité.

    Et quand vous tentez d’encercler votre adversaire avec ces pièces, alors elles vont prendre la forme de l’eau qui pénètre de manière fluide à travers le territoire de l’adversaire. Cet aspect fluide est aussi central dans l’Art de la Guerre de Sun Tzu qui nous dit que comme l’eau varie son débit en fonction de la forme du terrain, une armée varie sa méthode pour remporter la victoire en fonction de la situations ennemies. Mais ce qui est essentiel dans le jeu de Go est que les pièces ont la même valeur.

    Un pion est un pion et chaque pièce a le pouvoir de neutraliser l’adversaire. Le mot important étant « neutraliser ». Dans le jeu d’échec, on fait tomber le roi et dans le Go, on encercle l’adversaire en l’immobilisant complètement. L’anéantissement de l’ennemi n’est pas l’objectif dans cette stratégie.

    Et si on transporte le plateau du Go dans ce qui se passe actuellement aux îles Salomon, alors on voit un beau dessin qui apparait. La Chine n’a pas besoin d’y construire une base militaire, car elle ne pratique pas la boxe. Les îles Salomon sont un pion comme un autre, mais la Chine augmente son influence partout dans la région comme dans le Vanuatu, en Papouasie Nouvelle-Guinée, avec la reconstruction du port Hambantota au Sri Lanka, la construction du port Gwadar au Pakistan et la base Realm Naval au Cambodge.

    Le pacte de sécurité entre les îles Salomon et la Chine est un véritable tsunami dans l'Indo-Pacifique. Elle prouve que contre vents et marées, la Chine reste fidèle à sa stratégie d'encerclement.

    La stratégie d’encerclement de la Chine

    C’est étrange à quel point certains pays se font encercler par les petits pions… Evidemment, on ne voit que les pièces noires, mais les blancs sont également présents dans cette carte, mais saurez-vous les identifier ? Toutefois, le fait d’accuser la Chine de vouloir mettre la main sur les îles Salomon est hypocrite et minable de la part des Occidentaux. Car c’est la réponse de la bergère à l’AUKUS qui comprend l’Australie, le Royaume-Uni et les Etats-Unis.

    Ce qui est le plus risible est que si les chinois planifient leur stratégie sur des décennies, les occidentaux ont perdu une grande partie de leur capacité d’analyse. Ils ne font que réagir face aux déplacements des pions chinois. Mais si vous êtes uniquement dans la réaction dans le jeu de Go, alors vous avez déjà perdu. Ainsi, il a fallu attendre février 2022 pour que les Etats-Unis ouvrent une ambassade aux îles Salomon.

    Le pacte de sécurité entre les îles Salomon et la Chine est un véritable tsunami dans l'Indo-Pacifique. Elle prouve que contre vents et marées, la Chine reste fidèle à sa stratégie d'encerclement.

    La Nouvelle-Zélande et l’Australie se sont dépêché de conclure un accord commercial et militaire avec les Fidji. Mais ces derniers sont également courtisé par la Chine. Les Tonga, voisins dans ce chapelet d’îles, est de plus en plus sous l’oeil bienveillant de Pékin. Et les médias chinois ne se privent pas d’attaquer l’Australie, notamment sur l’aide aux Tonga après l’éruption de son volcan.

    Même si les Etats-Unis et ses alliés lancent leurs contre-attaques et la situation actuelle au Pakistan en est la preuve, ce sont des à-coups comme une voiture diesel qui a dû mal à démarrer et qui veut concurrencer une petite voiture qui a pris son départ depuis des décennies. La beauté du système chinois est que comment il n’y a qu’un seul parti, sa stratégie s’étale toujours sur 20 ou 30 ans alors que les politiciens occidentaux ont toujours les yeux fixés sur leurs prochaines élections.

    Par ailleurs, l’Occident fait la bêtise hitlérienne de mener deux fronts en même temps avec la Russie et la Chine. S’il avait eu l’intelligence de s’entendre avec la Russie, cela aurait fait un partenaire avec de plus grosses couilles pour affronter le dragon plutôt que les dirigeants européens qui transpirent la corruption et pissent de la médiocrité tout en déféquant une malveillance raciste à l’égard des pays non alignés.

    Le basculement des îles Salomon auront des conséquences importantes pour la suprématie de la Chine dans l’Indo-pacifique en cas d’un conflit militaire. Cependant, l’Ouest a encore quelques pions blancs dans l’Asie, mais il faut que les dirigeants occidentaux apprennent rapidement les règles du jeu de Go, car les pions noirs continuent de s’insérer dans leurs lignes et les chaines de l’encerclement sont de plus en plus solides et visibles.

    Soutenez-moi sur Patreon

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

    Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.