SPIEF : Divorce définitif entre la Russie et l’Occident


  • FrançaisFrançais

  • A l’occasion du SPIEF, il est évident que la Russie a divorcé définitivement de l’Occident et que son avenir industriel et économique se situe en Eurasie et avec la Chine.


    A l'occasion du SPIEF, il est évident que la Russie a divorcé définitivement de l'Occident et que son avenir industriel et économique se situe en Eurasie et avec la Chine.

    Pendant le SPIEF, le forum économique de Saint-Pétersbourg, on a eu l’occasion de voir la première intervention de Vladimir Poutine depuis la guerre en Ukraine. Il a réitéré ce qu’on savait déjà, que le nouveau monde se construit sous nos yeux, que l’hégémonie américaine est détruite et que la Russie s’en sortira victorieuse et encore plus souveraine que dans le passé.

    Au delà du discours, c’est surtout ce qui se passait en coulisses qui était intéressant. Les entreprises et les hommes d’affaire russes ont été clairs sur une chose. La séparation avec l’Occident est définitive et il n’y aucune entreprise russe qui retournera sur le marché occidental. Et la Russie ne laissera plus aucune entreprise européenne, retourner au pays après la guerre comme si de rien n’était.

    Et dès les premiers jours du conflit, les autorités russes ont réagis à la vitesse de l’éclair pour s’adapter à cette nouvelle réalité. En fait, je pense même qu’ils attendaient ces sanctions pour devenir encore plus souverains. Quand les entreprises occidentales, dans leur bêtise, ont quitté la Russie, les russes se sont précipités pour les remplacer. Ainsi, tous les actifs de McDonald en Russie ont été racheté par un homme d’affaire russe. Sur les 800 points de vente McDonald en Russie, 200 vont réouvrir sous un nouveau nom et de nouvelles couleurs à la fin de juin 2022 et les 600 restants réouvriront dans les prochains mois.

    Les 62 000 employés de McDonald seront gardés et la nouvelle entreprise a même commencé à recruter de nouveaux employés. Evidemment, la propriété intellectuelle fait que cela ne s’appellera plus McDonald et les noms des menus seront changés, mais la logistique, les chaines d’approvisionnement, c’est à dire l’économie réelle est préservée. La même chose pour les boissons gazeuses comme Coca Cola. L’entreprise américaine s’est cassé de Russie, mais la chaine industrielle reste en place. Il suffit de changer le nom des boissons et c’est reparti.

    Et au SPIEF, on avait des hommes d’affaires chinois, russes, indiens, iraniens, mais aucun européen en vue. C’est des délégations de plus de 60 pays qui sont venus pour avoir une part du Pelmeni russe. Evidemment, cela va tanguer au début, car l’occidentalisation est tellement ancrée dans tous les pays que lorsque l’un d’entre eux s’en sépare, c’est très difficile de perdre ses habitudes matraqués par la propagande occidentale et d’en acquérir de nouvelles.

    Sur le plan économique, cela va aussi tanguer avec une baisse des exportations et des déficits depuis l’Europe. Mais la Chine, l’Iran et l’Inde vont combler cette lacune. On peut penser que dans 3 ou 4 ans, la Russie sera encore plus souveraine dans tous les domaines. Sur l’énergie et la bouffe, elle l’est déjà. Sur les pièces détachées des automobiles et pour les avions, la Chine va l’aider à développer des alternatives.

    Et cela peut aussi bénéficier au dragon. La Russie et la Chine ont signé beaucoup de projets pour des parcs de développement conjoints. Par exemple sur les avions, les deux pays pourraient proposer des avions entièrement fabriqués dans leurs pays respectifs et ce serait une concurrence de plus à Boeing et Airbus. L’Inde aura également sa part du lion dans les pièces détachées.

    La seule grosse lacune de la Russie est son retard technologique, notamment dans le domaine des semi-conducteurs. Cependant, il n’y aura pas de pénuries de puces en Russie, car la Corée du Sud et la Chine continueront à fournir l’ours russe. En revanche, devenir souverain dans ce domaine est une autre paire de manche, car même la Chine qui a mis le turbo a dû mal à faire mieux que Taiwan. La Chine va aider la Russie à se mettre au niveau de la 5G par exemple, mais malheureusement, les chinois seront supérieurs dans le rapport de force.

    Vous avez aussi des effets amusants de cette crise. Ainsi, depuis le début de la guerre, les guides touristiques iraniens ont désormais beaucoup de clients russes. Ces derniers ne sont pas là pour visiter Persépolis ou les merveilles de l’empire Perse, mais plutôt demander des conseils aux entreprises iraniennes comment elles ont survécus aux sanctions américaines.

    L’Iran, malgré le fait que tout ne soit pas rose, s’est remarquablement remis des sanctions américaines qui l’ont frappé depuis que le blondinet à la Maison blanche a décidé de décapiter l’accord sur le nucléaire. Au fil du temps, il a développé une résilience à toute épreuve. Ainsi, on peut acheter des produits Apple, Philips ou Bosch en Iran alors qu’ils sont officiellement interdits. Cela signifie que l’Iran a développé des approvisionnements sur le marché noir en court-circuitant la surveillance américaine.

    Les Russes ne vont pas se gêner de faire la même chose, mais il serait plus judicieux de développer leurs propres industries dans les domaines qui leur font défaut. Avec l’Eurasie et le Moyen-Orient, la Russie sait qu’elle n’a plus besoin de l’Occident. Malheureusement, l’inverse n’est pas du tout vrai. L’Europe n’a pas encore compris le prix que sa population devra payer pour avoir divorcé de la Russie en oubliant que c’est cette dernière qui amenait la bouffe dans la marmite et que c’est elle qui donnait l’énergie pour la chauffer.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

    Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.