Trudeau et Xi Jinping : Les grands hommes et les petits mecs


  • FrançaisFrançais

  • La petite altercation entre Trudeau et Xi Jinping montre toute l’envergure et la différence entre des petits mecs et des grands hommes.


    La petite altercation entre Trudeau et Xi Jinping montre toute l'envergure et la différence entre des petits mecs et des grands hommes.

    Quand le principal dirigeant de la Chine n’a pas pu respecter le mianzi face à Trudeau, alors cela signifie qu’un petit mec a vraiment dépassé les limites. Le mianzi est le fait de ne pas faire perdre la face à quelqu’un et c’est l’un des piliers de la société chinoise. Le fait que Xi Jinping ait reproché à Trudeau d’avoir cafté leurs conversations auprès de ses chiens de garde les plus fidèles, montre un mépris et un racisme vis à vis de la Chine qui n’a d’égal que son ignorance des pays asiatiques.

    Le problème de Trudeau est quand vous le regardez en face, vous ne pouvez pas vous empêcher de lui mettre une claque dans la gueule et vu que le G20 est quelque chose de très protocolaire où chaque étape est prévue à l’avance, on peut comprendre l’énervement du Fils du ciel quand un petit canadien vient lui faire la leçon sur la péninsule coréenne ou sur Taiwan.

    Les relations entre les deux pays sont exécrables et c’est normal, le Canada est le parfait petit caniche de l’Amérique et de l’occidentalisme bête et méchant. Un occidentalisme qui pue la mort et la putréfaction par tous les pores de sa peau. L’arrestation d’une des dirigeantes de Huawei sous la pression de Trump n’est pas quelque chose que les chinois vont oublier de sitôt.

    Ce qui est stupéfiant quand on regarde une tête à claque comme Trudeau est que c’est la même à la maison France. Macron a fait les mêmes bêtises en allant interrompre Biden pour lui lécher la papatte comme une petit chihuahua qui voudrait tellement plaire à son maitre. Et on se souvient comment Poutine avait traité Macron en l’envoyant valser à l’autre bout de la pièce. Une façon de lui dire qu’il est condamné à rester dans le placard miteux de l’histoire.

    Trudeau, Macron ou Ardern sont les fers de lance de l’Occident. Des arrivistes, des magouilleurs et des gens qui ont une haine mortelle de leur pays. Ils disent les mêmes merdes, ils font les mêmes gestes, ils baisent de la même façon. Des automates conçus dans le même moule et avec la même mentalité médiocre qui caractérisait leurs pères et qui caractérisera leur descendance s’ils ont en une.

    De l’autre coté, vous avez Xi Jinping, Poutine, Erdogan, Modi qui sont des grands hommes. Xi Jinping doit réfléchir sur comment il doit nourrir 1 milliard de personnes chaque jour. Poutine doit réfléchir sur comment éviter la destruction de son pays par les forces du mal. Erdogan doit réfléchir sur comment enrichir son peuple et lui donner le parfum de l’empire ottoman. Et Modi a une tâche qui est encore plus difficile que Xi Jinping, car en plus de nourrir 1 milliard de personnes, il doit éviter la guerre religieuse dans une société qui est bordélique par sa nature.

    Les petits mecs réfléchissent simplement sur comment se faire bien voir des caméras et comment martyriser leurs peuples en suivant des consignes aussi débiles que corrompues. Et quand on regarde Trudeau, on voit qu’il est issu d’une lignée qui a détruit toutes les chances du Canada de devenir un grand pays. Pierre Elliott Trudeau, le père de Justin Trudeau, a adopté le néolibéralisme le plus absolu, détruit la plupart des programmes sociaux et il a été une véritable saloperie sur la question québécoise. Tout au long de sa vie, il a patiemment éviscéré le souverainisme au Québec et dans les années 1970, il avait même fomenté une crise pour créer un chomage de 20 % en faisant fuir toutes les entreprises vers le reste du Canada.

    Une telle ordure ne peut pas sécréter un grand homme et c’est donc logique que son rejeton ait continué la voie du padre. L’ancien monde composé de petits mecs et de vieillards séniles fonctionnant sous pile et le nouveau monde composé de grands hommes, féroces, visionnaires et impitoyables qui sont quand même les trois définitions de la réalité.

    Soutenez-moi sur Patreon

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *