Captagon : Une utilisation de cette drogue en Ukraine ?


  • FrançaisFrançais

  • Les scènes de torture et les exactions commis en Ukraine peuvent s’expliquer par le fait que les soldats ukrainiens soient complètement shootés au Captagon, une drogue qui supprime la fatigue et la peur, populaire au Moyen-Orient et chez les djihadistes.



    La guerre en Ukraine est beaucoup plus télévisée que celle de l’Irak ou de l’Afghanistan. Même si l’armée russe n’en fait pas une guerre « Tik Tok », les tchétchènes adorent se filmer et diffuser leurs exploits. Et au fur et à mesure que l’armée russe prend des villes, précédemment occupées par l’armée ukrainienne et plus on découvre des exactions et des scènes de torture assez atroces. Que ce soit des vidéos où on tire dans les jambes de soldats russes (localisés à l’est de Kharkov) alors qu’ils sont attachés ou le cadavre d’une femme nue dans une cave à Marioupol avec une Svatiska peint sur son corps avec son propre sang et un sac au dessus de la tête.

    Dans une guerre, les exactions sont inévitables (par exemple, les viols en Irak par des soldats américains), mais le fait qu’elles soient filmés et diffusées est une vraie nouveauté. Et il y a plusieurs explications avancés par les analystes. La première est de radicaliser l’armée ukrainienne, car au fur et à mesure que les troupes russes avancent, les redditions s’accélèrent chez les ukrainiens qui sont laissés à eux-mêmes. Une manière de dire qu’un sort pire que la mort attend les déserteurs.

    Cependant, ces images se retournent contre les ukrainiens, car ce sont des preuves de leurs atrocités. C’est pourquoi, l’armée ukrainienne interdit désormais de publier ce type de contenu (en russe). Cela pourrait empêcher les occidentaux de fournir les armes et de l’argent à l’Ukraine. En sachant qu’il est explicitement dit qu’il est interdit de publier. Cela sous-entend qu’on peut continuer à le faire, mais motus et bouche cousue…

    La seconde hypothèse est de déclencher des envies de revanche de la part de l’armée russe, ce qui peut renforcer davantage l’image de l’Ukraine, comme le petit agneau faible, face à l’ours russe. Ceci étant dit, comment des combattants peuvent en venir à telles extrémités ? Parmi les explications proposées par les analystes, c’est que de nombreux bandes armées en Ukraine sont totalement shootés au Captagon.

    Le Captagon est un médicament inventé en 1961 comme une alternative à l’amphétamine et la méthamphétamine pour traiter le trouble du déficit de l’attention et le stress. On a interdit sa commercialisation en 1981 parce que son potentiel addictif était supérieur à ses bienfaits. Par la suite, la formule va tomber entre les mains des dealers (comme d’habitude) et ils vont inonder le marché avec cette version beaucoup moins chère que la meth. Le Moyen-Orient en sera très friand.

    C’est les mafias turque et bulgare qui l’ont introduit massivement au Moyen-Orient dans les années 2000. La guerre en Irak, mais surtout Daesh en Syrie vont en profiter massivement. D’une part, les revenus de la drogue, grâce au transit du Captagon par la Syrie, vont permettre l’enrichissement de plusieurs groupes associés à Daesh. Et comme les groupes armés ukrainiens ont des liens avec le djihadisme international, alors ce n’était qu’une question de temps avant que les soldats ukrainiens ne l’utilisent massivement. En fait, en 2020, les autorités ukrainiennes avaient saisis près de 750 kg de Captagon, prouvant que la drogue circulait déjà allègrement dans le pays.

    Dès 2015, pendant la première guerre au Donbass, on avait des témoignages de soldats ukrainiens complètement zombifiés avec des hémorragies sur tout leur corps, mais qui continuaient à avancer et à tirer dans le tas. Car le Captagon « moderne », qui est un mélange de dérivés d’amphétamine, mais aussi de caféine, de quinine et de paracétamol, permet de supprimer la peur et la fatigue. Donc, ils peuvent être gravement blessés, croulant de fatigue, mais ils continuent à se comporter comme des zombies. Dans ces conditions, les exactions contre les soldats ennemis deviennent la norme.

    Toute la stratégie ukrainienne est débile depuis le début. Plutôt que de se replier à Kiev et de créer une démarcation nette entre l’est et l’ouest du pays, l’armée ukrainienne s’enferme dans des chaudrons dans chaque ville avec une interdiction totale de sortir ou de se rendre et en transformant les civils comme des boucliers. C’est étrange, c’est la même tactique que l’armée nazie dans les derniers jours de la Seconde Guerre mondiale… La politique de la terre brûlée en provoquant le maximum d’exactions.

    Un repli vers l’ouest et en s’appuyant sur le soutien occidental, l’armée ukrainienne aurait pu infliger des pertes beaucoup plus importantes aux russes. Mais non, on préfère se cramponner comme un meurt-de-faim à chaque bourgade et on combat jusqu’à la mort. Et si le Captagon est effectivement populaire en Ukraine, alors vu l’effondrement actuel du pays, ce n’est qu’une question de temps avant qu’elle ne se déverse dans toute l’Europe.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

    Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.