A Vladivostok, l’Extrême-Orient Russe se lève


  • FrançaisFrançais

  • Il est désormais que l’Extrême-Orient russe est un pivot essentiel de la Russie vers l’Asie avec un développement sans précédent de pays comme la Chine, mais également ceux du Sud Global.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram

    Il est désormais que l’Extrême-Orient russe est un pivot essentiel de la Russie vers l'Asie avec un développement sans précédent de pays comme la Chine, mais également ceux du Sud Global.

    Cette semaine, à Vladivostok, l’Extrême-Orient russe a été inauguré. La Russie, la Chine, l’Inde et les pays du Sud étaient là pour contribuer à cette renaissance du commerce, des investissements, des infrastructures, des transports et des institutions.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Le président russe Vladimir Poutine a ouvert et clôturé son discours très détaillé au Forum économique oriental de Vladivostok par un message retentissant : «L’Extrême-Orient est la priorité stratégique de la Russie pour tout le XXIe siècle».

    Et c’est exactement le sentiment que l’on aurait avant le discours, en interagissant avec des dirigeants d’entreprise se mélangeant sur le magnifique terrain du forum de l’Université fédérale d’Extrême-Orient (ouverte il y a seulement 11 ans), avec en toile de fond le pont suspendu de plus de quatre kilomètres de long jusqu’à l’île Russky à travers le détroit du Bosphore oriental.

    Les possibilités de développement de ce qui est en réalité l’Asie russe, et l’un des nœuds clés de l’Asie-Pacifique, sont littéralement ahurissantes. Les données du ministère du Développement de l’Extrême-Orient russe et de l’Arctique – confirmées par plusieurs des panels les plus marquants du Forum – répertorient pas moins de 2800 projets d’investissement en cours, dont 646 sont déjà en cours d’exécution, complétés par les création de plusieurs zones économiques spéciales avancées (ASEZ) internationales et l’expansion du port franc de Vladivostok, qui abrite plusieurs centaines de petites et moyennes entreprises (PME).

    Tout cela va bien au-delà du «pivot vers l’Est» de la Russie annoncé par Poutine en 2012, deux ans avant les événements de Maïdan à Kiev. Pour le reste de la planète, sans parler de l’Occident collectif, il est impossible de comprendre la magie de l’Extrême-Orient russe sans être sur place – à commencer par Vladivostok, la charmante capitale officieuse de l’Extrême-Orient, avec ses magnifiques collines, son architecture, ses îles verdoyantes, ses baies de sable et bien sûr le terminal du légendaire Transsibérien.

    Ce que les visiteurs du Sud ont vécu – l’Occident collectif était pratiquement absent du Forum – était un travail en cours en matière de développement durable : un État souverain donnant le ton en termes d’intégration de vastes pans de son territoire à la nouvelle ère géoéconomique polycentrique émergente. Les délégations de l’ASEAN (Laos, Myanmar, Philippines) et du monde arabe, sans oublier l’Inde et la Chine, ont parfaitement compris le tableau.

    Bienvenue dans le «mouvement de désoccidentalisation»

    Dans son discours, Poutine a souligné que le taux d’investissement en Extrême-Orient est trois fois supérieur à la moyenne russe ; comment l’Extrême-Orient n’est exploré qu’à 35 pour cent, avec un potentiel illimité pour les industries des ressources naturelles ; comment les gazoducs Power of Siberia et Sakhaline-Khabarovsk-Vladivostok seront connectés ; et comment d’ici 2030, la production de gaz naturel liquéfié (GNL) dans l’Arctique russe triplera.

    Dans un contexte plus large, Poutine a clairement indiqué que «l’économie mondiale a changé et continue de changer ; l’Occident, de ses propres mains, détruit le système commercial et financier qu’il a lui-même créé». Il n’est donc pas étonnant que le chiffre d’affaires des échanges commerciaux de la Russie avec l’Asie-Pacifique ait augmenté de 13,7% en 2022, et de 18,3% supplémentaires au cours du premier semestre 2023 seulement.

    C’est le cas du commissaire présidentiel aux droits des entreprises, Boris Titov, qui montre à quel point cette réorientation loin de l’Occident «statique» est inévitable. Même si les économies occidentales sont bien développées, elles sont déjà «trop investies et atones», estime Titov :

    «À l’Est, en revanche, tout est en plein essor, avance rapidement, se développe rapidement. Et cela s’applique non seulement à la Chine, à l’Inde et à l’Indonésie, mais également à de nombreux autres pays. Aujourd’hui, c’est eux qui sont au centre du développement, pas l’Europe, nos principaux consommateurs d’énergie sont là, enfin». Il est tout à fait impossible de rendre justice à l’ampleur et aux discussions passionnantes des principaux panels. à Vladivostok.

    Voici juste un avant-goût des thèmes clés.

    Une séance de Valdaï s’est concentrée sur les effets positifs accumulés du «pivot vers l’Est» de la Russie, l’Extrême-Orient étant positionné comme la plaque tournante naturelle pour faire basculer l’ensemble de l’économie russe vers la géoéconomie asiatique.

    Pourtant, il y a bien sûr des problèmes, comme le souligne Wang Wen de l’Institut d’études financières de Chongyang à l’Université Renmin. La population de Vladivostok ne compte que 600 000 habitants. Les Chinois diraient que pour une telle ville, les infrastructures sont médiocres, «elle a donc besoin de plus d’infrastructures aussi vite que possible. Vladivostok pourrait devenir le prochain Hong Kong. La solution consiste à créer des ZES comme à Hong Kong, Shenzhen et Pudong». Pas difficile, car «le monde non occidental accueille chaleureusement la Russie».

    Wang Wen n’a pu que souligner l’avancée que représente le Huawei Mate 60 Pro : «Les sanctions ne sont pas une si mauvaise chose. Elles ne font que renforcer le «mouvement de désoccidentalisation», comme on l’appelle officieusement en Chine».

    À la mi-2022, la Chine a été définie par Wang comme un «mode silencieux» en termes d’investissement, par crainte de sanctions secondaires américaines. Mais aujourd’hui, les choses changent et les régions frontalières sont à nouveau considérées comme essentielles aux relations commerciales. Dans le port franc de Vladivostok, la Chine est le premier investisseur avec un engagement de 11 milliards de dollars.

    Fesco est la plus grande entreprise de transport maritime de Russie et dessert la Chine, le Japon, la Corée et le Vietnam. FESCO et ces pays participent activement à la connexion de l’Asie du Sud-Est à la route maritime du Nord, en coopération avec les chemins de fer russes. La clé est de mettre en place un réseau de plateformes logistiques. Les dirigeants de Fesco le décrivent comme un «changement titanesque dans la logistique».

    Les chemins de fer russes constituent en soi un cas fascinant. Ils exploitent, entre autres, le Trans-Baïkal, qui se trouve être la ligne ferroviaire la plus fréquentée au monde, reliant la Russie de l’Oural à l’Extrême-Orient. Tchita, située au bord du Transsibérien – un centre industriel de premier plan situé à 900 km à l’est d’Irkoutsk – est considérée comme la capitale des chemins de fer russes.

    Et puis il y a l’Arctique. L’Arctique abrite 80 pour cent du gaz russe, 20 pour cent de son pétrole, 30 pour cent de son territoire, 15 pour cent de son PIB, mais ne compte que 2,5 millions d’habitants. Le développement de la route maritime du Nord nécessite une technologie de pointe, notamment des brise-glace en constante évolution.

    Liquide et stable comme la vodka

    Tout ce qui s’est passé à Vladivostok est directement lié à la visite très médiatisée de Kim Jong-un de la Corée du Nord. Le timing était magnifique ; après tout, la région du Primorsky Krai, en Extrême-Orient, est un voisin immédiat de la République populaire démocratique de Corée (RPDC).

    Poutine a souligné que la Russie et la RPDC développent plusieurs projets communs dans les secteurs des transports, des communications, de la logistique et de la marine. Bien plus que les questions militaires et spatiales discutées à l’amiable par Poutine et Kim, le cœur du sujet est la géoéconomie : une coopération trilatérale Russie-Chine-RPDC, avec pour résultat évident une augmentation du trafic de conteneurs transitant par la RPDC et la possibilité alléchante d’une ligne ferroviaire de la RPDC atteignant Vladivostok, puis se connectant plus profondément en Eurasie via la ligne transsibérienne.

    Et comme si cela n’était pas assez novateur, de nombreuses discussions ont eu lieu lors de plusieurs tables rondes sur le Corridor de transport international Nord-Sud (INTSC). Le corridor Russie-Kazakhstan-Turkménistan-Iran sera finalisé en 2027 – et ce sera une branche clé de l’INTSC.

    En parallèle, New Delhi et Moscou ont hâte de mettre en place le plus tôt possible le Corridor maritime oriental (EMC), c’est la dénomination officielle de la route Vladivostok-Chennai. Sarbananda Sonowal, ministre indien des ports, de la navigation et des voies navigables, a organisé un atelier indo-russe sur l’EMC à Chennai le 30 octobre pour discuter de «l’opérationnalisation fluide et rapide» du corridor.

    J’ai eu l’honneur de faire partie de l’un des panels cruciaux, Grande Eurasie : moteurs de la formation d’un système monétaire et financier international alternatif.

    L’une des principales conclusions est que le décor est planté pour un système de paiement commun en Eurasie – qui fait partie du projet de déclaration de l’Union économique eurasienne (EAEU) pour 2030-2045 – dans le contexte de la guerre hybride et des «monnaies toxiques» (83% des transactions de l’UEE les contournent déjà).

    Pourtant, le débat reste vif lorsqu’il s’agit d’un panier de monnaies nationales, d’un panier de biens, de structures de paiement et de règlement, de l’utilisation de la blockchain, d’un nouveau système de tarification ou de la création d’une bourse unique. Est-ce que tout cela est possible, techniquement ? Oui, mais cela prendrait 30 ou 40 ans pour se concrétiser, comme l’a souligné le panel.

    Dans l’état actuel des choses, un seul exemple des défis à venir suffit. L’idée de proposer un panier de devises pour un système de paiement alternatif n’a pas pris de l’ampleur lors du sommet des BRICS en raison de la position de l’Inde.

    Alexandre Babakov, vice-président de la Douma, a évoqué les discussions entre l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) et l’Iran sur le financement du commerce en monnaies nationales, y compris une feuille de route pour rechercher les meilleurs moyens législatifs pour aider à attirer les investissements. Cela est également en discussion avec des entreprises privées. Le modèle est le succès du commerce sino-russe.

    Andrey Klepach, économiste en chef chez VEB, a plaisanté en disant que la meilleure monnaie est «liquide et stable». Comme la vodka. Nous n’en sommes donc pas encore là. Les deux tiers des échanges commerciaux s’effectuent encore en dollars et en euros ; le yuan chinois ne représente que trois pour cent. L’Inde refuse d’utiliser le yuan. Et il existe un énorme déséquilibre entre la Russie et l’Inde : jusqu’à 40 milliards de roupies restent sur les comptes des exportateurs russes et n’ont nulle part où aller. L’une des priorités est d’améliorer la confiance dans le rouble : elle doit être acceptée à la fois par l’Inde et la Chine. Et un rouble numérique devient une nécessité.

    Wang Wen est du même avis, affirmant qu’il n’y a pas assez d’ambition. L’Inde devrait exporter davantage vers la Russie et la Russie devrait investir davantage en Inde.

    En parallèle, comme le souligne Sohail Khan, secrétaire général adjoint de l’OCS, l’Inde contrôle désormais pas moins de 40% du marché mondial des paiements numériques. Il y a seulement sept ans, sa part était nulle . Cela explique le succès de son système de paiement unifié (UPI).

    Un panel BRICS-EAEU a exprimé l’espoir qu’un sommet conjoint de ces deux organisations multilatérales clés aura lieu l’année prochaine. Une fois de plus, il s’agit de corridors de transport trans-eurasiens puisque les deux tiers du chiffre d’affaires mondial emprunteront bientôt la voie orientale reliant la Russie à l’Asie.

    Au sein des BRICS-EAEU-SCO, les plus grandes entreprises russes sont déjà intégrées aux activités des BRICS, depuis les chemins de fer russes et Rostec jusqu’aux grandes banques. Un gros problème reste de savoir comment expliquer l’EAEU à l’Inde – même si la structure de l’EAEU est considérée comme un succès. Et surveillez cet espace : un accord de libre-échange avec l’Iran sera bientôt conclu.

    Lors du dernier panel à Vladivostok, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova – l’homologue contemporain d’Hermès, le messager des dieux – a souligné comment les sommets du G20 et des BRICS avaient préparé le terrain pour le discours de Poutine au Forum économique de l’Est.

    Cela a nécessité «une patience stratégique fantastique». Après tout, la Russie «n’a jamais soutenu l’isolement» et «a toujours prôné le partenariat». L’activité frénétique à Vladivostok vient de démontrer à quel point le «pivot vers l’Asie» repose avant tout sur une connectivité et un partenariat accrus dans une nouvelle ère polycentrique.

    Par Pepe Escobar de Geopolitika

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *