Le rapprochement iranien avec le Soudan donne le contrôle de la mer Rouge aux BRICS


  • FrançaisFrançais

  • Un développement diplomatique peu remarqué qui a d’importantes implications régionales et mondiales


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram

    Un développement diplomatique peu remarqué qui a d’importantes implications régionales et mondiales

    Cela a été peu remarqué dans les médias, mais la déclaration de lundi (9 octobre) des gouvernements iranien et soudanais selon laquelle ils entendent rétablir leurs relations diplomatiques après sept ans de divorce a effectivement transféré le contrôle de l’ensemble de la mer Rouge et de l’accès du canal de Suez aux BRICS. et leurs pays amis.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Lors du dernier sommet des BRICS, il a été décidé parmi les membres originaux des BRICS, le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud, d’élargir le groupe à six autres pays à partir du 1er janvier de l’année prochaine. Il s’agit notamment de l’Argentine, de l’Égypte, de l’Éthiopie, de l’Iran, de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis. Même si l’Argentine n’acceptera peut-être pas cette offre en raison du changement de vent politique dans le pays et des élections qui devraient avoir lieu ce mois-ci, les cinq nouveaux membres restants des BRICS sont tous influents dans la région MENA et cela inclut la mer Rouge.

    Comme on peut le constater, la mer Rouge comprend l’Égypte, le Soudan et l’Érythrée sur les rives occidentales, l’Éthiopie étant également présente de manière significative, bien que non côtière. Sur la côte orientale se trouve l’Arabie saoudite et au nord, sur le golfe Persique, les Émirats arabes unis.

    BRICS et MENA

    Le rétablissement des relations diplomatiques entre le Soudan et l’Iran revêt donc une importance considérable si l’on considère le développement global de l’influence des BRICS dans les régions MENA et de la mer Rouge. Cette décision transfère essentiellement le contrôle de l’ensemble du transport maritime de la mer Rouge et du canal de Suez aux pays BRICS et amis des BRICS.

    Relations Soudan-BRICS

    Il existe d’autres liens qui solidifient les relations entre le Soudan et les BRICS. Les principaux partenaires d’importation du Soudan sont aujourd’hui la Chine (78 % du total), suivie par les Émirats arabes unis, le Japon, l’Arabie saoudite et l’Italie, trois sur cinq étant des BRICS. Les cinq principaux marchés d’exportation du Soudan sont 100 % BRICS : la Chine, la Russie, l’Arabie saoudite, l’Inde et les Émirats arabes unis.

    Le Soudan a également une influence régionale. C’est le troisième plus grand pays d’Afrique en termes de superficie et il est membre de la Ligue des États arabes (LEA), qui comprend également l’Algérie, Bahreïn, les Comores, Djibouti, l’Égypte, l’Irak, la Jordanie, le Koweït, le Liban, la Libye, la Mauritanie et le Maroc, Oman, Palestine, Qatar, Arabie saoudite, Somalie, Soudan, Syrie, Tunisie, Émirats arabes unis et Yémen. Il est intéressant de noter que la Ligue arabe comprend également les pays observateurs, le Brésil et l’Inde, tous deux également membres des BRICS, ainsi que l’Érythrée, un autre pays de la mer Rouge.

    Le Soudan et l’Organisation de coopération de Shanghai

    Le rapprochement des relations bilatérales entre l’Iran et le Soudan créera sans aucun doute une résurgence significative des échanges commerciaux et pourrait également conduire le Soudan à rejoindre l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) en tant que partenaire de dialogue. L’Iran est déjà membre à part entière de l’OCS tandis que d’autres partenaires de dialogue arabes comprennent Bahreïn, l’Égypte, le Koweït, le Qatar, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, ainsi que la Turquie, amie régionale, qui devrait également être un futur membre des BRICS à partir de 2015 peut-être.

    Une telle démarche renforcerait l’OCS dans la région MENA et contribuerait éventuellement à l’élaboration de solutions aux conflits problématiques qui se déroulent au Yémen et en Somalie. Jusqu’à présent, l’Arabie saoudite et l’Iran ont été des camps opposés dans ces conflits, la Chine et la Russie voudront voir ce problème résolu, tandis que les avantages en termes de sécurité et de commerce accrus seront bien accueillis au niveau régional. Il convient de noter que la Chine et la Russie disposent toutes deux de bases navales dans la mer Rouge qui peuvent être utilisées pour protéger la navigation ainsi que pour dissuader les conflits régionaux. La base russe se trouve sur la côte soudanaise.

    Pourquoi le Soudan ?

    Le Soudan compte 49 millions d’habitants et un PIB (PPA) de 207 milliards de dollars. Le PIB par habitant (PPA) est de 4 450 dollars américains. Cela est à comparer avec une population iranienne de 89 millions d’habitants, un PIB (PPA) de 1 692 000 milliards de dollars et un revenu par habitant de 19 548 dollars. Ces différences signifient que l’Iran, et potentiellement d’autres pays des BRICS, pourront transférer une partie de leur production au Soudan pour profiter de coûts de production inférieurs.

    Cette tendance à délocaliser la fabrication vers les pays africains de la mer Rouge est déjà en cours. La Russie discute d’investir et de développer des usines de fabrication automobile en Éthiopie, Lada ayant déjà accepté contractuellement de le faire. Même si la marque est moquée en Occident à l’époque soviétique, la société est l’une des marques et fabricants de SUV lourds les plus vendus en Russie, idéal pour les conditions routières parfois difficiles de l’Afrique.

    Lada a l’intention de vendre sur le marché africain et de s’adresser aux acheteurs d’automobiles au Soudan, au Kenya et en Somalie. Ces marchés sont dominés par les marques japonaises ; Pourtant, en utilisant des bases de production à moindre coût au Soudan et en Éthiopie, les pays BRICS, et en particulier la Chine, l’Inde, l’Iran et la Russie, espèrent tous être compétitifs.

    Cela aidera également le Soudan et l’Éthiopie à développer leurs marchés secondaires de fabrication industrielle. En bref, le Soudan et l’Éthiopie peuvent aider les autres membres des BRICS à rivaliser en termes de rentabilité dans la région MENA et sur d’autres marchés internationaux.

    La Chine et l’Inde seront également intéressées par les réserves d’or du Soudan. Tous deux sont les principaux acheteurs mondiaux de l’industrie de la bijouterie, le Soudan étant le troisième producteur du continent africain. Le Soudan a extrait 22 tonnes d’or l’année dernière.

    Ce commerce a été accéléré par l’Accord de libre-échange continental africain (ZLECAf), pour lequel la Chine a fourni une assistance consultative importante et qui est entré en vigueur en janvier 2021. Cet accord est mis en œuvre progressivement, mais réduit effectivement les droits de douane intra-africains sur 95 % des pays. tout va bien. Le Soudan est signataire.

    Cela fait de l’Afrique une destination d’approvisionnement de plus en plus viable et, avec les zones de libre-échange et les zones économiques spéciales qui en résultent (la Chine et la Russie ont toutes deux investi dans la construction de celles-ci à Port-Saïd, près du canal de Suez en Égypte), elle peut s’aligner à faible coût sur les produits africains et importés. pour produire des articles finis, soit pour être revendus sur le marché africain, soit réexportés ailleurs.

    Le Soudan et l’INSTC

    Il existe également des possibilités d’étendre l’INSTC, les routes de transport eurasiennes qui s’étendent vers l’est depuis la Chine, à travers l’Asie centrale jusqu’à la mer Caspienne et une dispersion plus poussée vers les ports de Russie, du Caucase, d’Europe ou vers le sud, vers l’Iran, le Moyen-Orient et le Sud. Asie. Le terminus actuel est le port iranien du golfe Persique à Bandar Abbas, avec des liaisons vers l’est vers l’Inde.

    Mais cela est également étendu. La Russie l’a récemment testé en envoyant un train de marchandises direct vers le port saoudien de Djeddah, sur la mer Rouge. Il est fort probable que cela soit étendu au Soudan pour donner accès à d’autres marchés d’Afrique du Nord, et plus au sud-est à la Tanzanie et au Kenya.

    L’annonce du rétablissement des relations diplomatiques entre l’Iran et le Soudan n’a été qu’un murmure. Mais les implications de cette situation ont une portée significative en matière de développement du commerce régional et international et s’ajoutent à la portée géopolitique et commerciale continue des BRICS.

    Par Chris Devonshire Ellis sur Silk Road Briefing

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *