Sanctions : un échec cuisant pour l’Occident, une victoire nette pour la Russie


  • FrançaisFrançais

  • Les sanctions économiques, l’isolement politique et la défaite militaire de la Russie ont tous échoué. Mais à quel prix pour l’UE et les États-Unis ? Et que se passera-t-il ensuite ?


    Les sanctions économiques, l’isolement politique et la défaite militaire de la Russie ont tous échoué. Mais à quel prix pour l’UE et les États-Unis ? Et que se passera-t-il ensuite ?

    Un récent rapport publié par la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) a suscité une irritation particulière en Occident. Selon les prévisions de l’ONU, la Russie sera en 2023 l’un des rares pays du G20 dont la croissance économique va s’accélérer. Il indique également que le PIB russe devrait croître en 2024. Il ne fait aucun doute que le rapport et le Forum mondial de l’investissement récemment conclu par l’UNSTAD ont rencontré un silence relatif en Occident. Cela n’apporte pas de bonnes nouvelles.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ! Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    À la surprise des experts de l’ONU, le volume total des exportations russes de gaz et de pétrole, la principale source de devises du pays, n’a pas changé de manière significative, même si les sanctions occidentales contre la Russie étaient censées porter atteinte aux ressources énergétiques de Moscou en représailles à son implication dans le Conflit ukrainien.

    La croissance de l’économie russe en 2023 et 2024 a également été prédite par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Le Fonds monétaire international (FMI) a déjà modifié à trois reprises ses évaluations de la croissance du PIB russe au cours de l’année 2023, les révisant toujours à la hausse. En janvier, le FMI a déclaré que le PIB russe ne croîtrait que de 0,3 %. En juillet, ils avaient annoncé qu’il serait de 1,5% et ce mois-ci (octobre), il a encore été révisé à la hausse, à 2,2%.

    Le FMI a effectivement dû admettre que les tentatives occidentales de détruire l’économie russe, par le biais de sanctions, n’ont fait qu’inciter la Russie à s’adapter aux nouvelles conditions. Moscou a réussi à s’en sortir.

    La Banque mondiale (BM) a également fortement amélioré ses prévisions pour la Russie. En juin, les analystes de la Banque mondiale ont déclaré que le PIB de la Russie diminuerait de 0,2 % en 2023, mais ils conviennent désormais que cela n’arrivera pas. Au lieu de cela, la BM prévoit une augmentation d’ici fin décembre de 1,6 % pour l’année. Pour 2024, la Banque mondiale prévoit désormais une croissance supplémentaire de 1,3 % pour l’économie russe.

    La raison du changement vers des évaluations plus optimistes de l’économie russe réside dans les données officielles provenant de la Banque centrale de Russie. Au deuxième trimestre de cette année, la capacité de production de la Russie a atteint un maximum historique de 81 %. Des indicateurs encourageants ont été trouvés dans les entreprises minières et manufacturières, ainsi que dans la construction (77,7 %). Les analystes de la Banque centrale russe ont noté une augmentation des activités d’investissement. Les usines russes se sont réorientées vers la demande intérieure et l’intensification des programmes de substitution aux importations ont contribué à accroître leur production.

    Les fabricants russes ont également investi davantage que par le passé dans la modernisation et l’amélioration de la production. L’argent qui aurait auparavant été investi pour sécuriser les lignes d’approvisionnement européennes a été détourné vers le développement économique de la Russie, un problème que les décideurs politiques de l’UE n’ont pas vu venir lorsqu’ils ont interdit ou découragé le commerce avec la Russie et fermé l’accès aux ports.

    L’Institut de politique économique Yegor Gaidar (IEP), particulièrement réservé dans ses évaluations de l’économie nationale, a également enregistré des taux records de reprise économique en Russie. Selon les analystes de l’IEP, la production russe de papier et de produits en papier, de textiles et de vêtements ; la production d’ordinateurs, de produits électroniques et optiques, de véhicules, de remorques et semi-remorques, de produits métalliques finis, de meubles et d’équipements électriques connaît une bonne croissance, à des taux dépassant les dizaines de pour cent, ce qui ne s’est jamais produit auparavant sur le marché intérieur russe de l’industrie. L’économie russe a repris, ce qui a pris de court les experts occidentaux.

    Les sanctions économiques, l’isolement politique et la défaite militaire de la Russie ont tous échoué. Mais à quel prix pour l’UE et les États-Unis ? Et que se passera-t-il ensuite ?

    Il va de soi que les scénarios optimistes sont généralement associés à une augmentation des dépenses publiques consacrées aux besoins militaires et aux prestations sociales, ainsi qu’à une stabilité des volumes de consommation intérieure. C’est certainement le cas désormais de la Russie, où l’activité économique dans le secteur manufacturier a augmenté pour le septième mois consécutif. Plus personne ne le conteste.

    L’inconvénient a été l’impact sur les économies européennes. Les porte-conteneurs européens qui circulaient autrefois entre les ports européens et russes sont à l’arrêt. Des locomotives ferroviaires européennes ont été envoyées sur les voies d’évitement. Des ports comme Hambourg ont vu leur débit diminuer.

    L’agence de notation internationale S&P Global note que le déclin du PIB européen s’accélère et qu’une récession devient de plus en plus probable. Les valeurs immobilières européennes chutent, tandis que l’économie française est plombée par près de 3 000 milliards d’euros de dettes, soit plus de 111 % de son PIB. Le pays connaît un déficit budgétaire depuis près de 50 ans.

    Le président de la Deutsche Bank, Christian Sewing, a déclaré que l’Allemagne est sur le point de devenir l’économie la plus faible de l’Union européenne, une situation reflétée par un rapport du journal The Economist. affirmant que l’énergie et l’industrie manufacturière sont toutes deux en déclin, principalement en raison de la hausse des coûts de l’énergie résultant de la coupure des approvisionnements russes.

    Les sanctions économiques, l’isolement politique et la défaite militaire de la Russie ont tous échoué. Mais à quel prix pour l’UE et les États-Unis ? Et que se passera-t-il ensuite ?

    Auparavant, l’Allemagne et la France constituaient le moteur de production de l’Union européenne et en partageaient une partie avec le reste du bloc européen où la main d’œuvre et les ressources étaient moins chères. Ce mécanisme souffre maintenant d’un bégaiement inarrêtable. Une partie de cette dynamique de productivité ne reviendra pas, car les grands fabricants cherchent désormais à se délocaliser vers d’autres économies non membres de l’UE.

    L’Occident est désormais contraint d’admettre que l’économie russe maintient en fait sa position face aux sanctions imposées à son encontre par les États-Unis et l’Union européenne. Suite à la hausse du prix du pétrole russe, les revenus pétroliers et gaziers de Moscou ont commencé à croître.

    Les volumes d’exportations russes ont par exemple augmenté en septembre pour atteindre une moyenne de 3,3 millions de barils de pétrole par jour. Le prix du pétrole russe Urals a désormais dépassé les 80 dollars américains le baril. C’est bien au-dessus du prix plafond de 60 dollars le baril que les pays du G7 ont tenté d’imposer. Avec le conflit au Moyen-Orient, certains analystes prédisent une hausse à 150 dollars le baril. C’est une bonne nouvelle pour la Russie, mais une terrible nouvelle pour l’UE.

    En octobre, le ministère russe des Finances espère recevoir presque deux fois plus de recettes pétrolières et gazières supplémentaires dans son budget budgétaire initial de 513,48 milliards de roubles (5,5 milliards de dollars).

    Sur ces revenus exceptionnels, près de 400 milliards de roubles (4,3 milliards de dollars) seront dépensés pour l’achat d’or et de devises étrangères, le RMB Yuan chinois étant en tête.

    Outre les revenus pétroliers et gaziers, les revenus de la Russie provenant de ses exportations de céréales ont également augmenté. L’économie russe a également été renforcée par le transfert de paiements en monnaies nationales avec la croissance économique des pays BRICS. À cela s’ajoute le fait que grâce aux dépenses publiques à grande échelle, aux paiements budgétaires à la population, aux programmes de prêts préférentiels et aux importations parallèles, la demande intérieure s’est redressée.

    Le moment est désormais venu de considérer que les sanctions anti-russes ont échoué et que l’Occident doit être considéré comme le camp des grands perdants. Certains pays de la zone euro se préparent désormais à faire marche arrière. L’Union démocratique du peuple a déjà organisé une votation sur la question de l’inscription de la neutralité éternelle de la Suisse dans la Constitution, puis des propositions visant à lever les sanctions contre la Russie.

    Le Premier ministre hongrois Victor Orban a rencontré le président russe Poutine la semaine dernière lors du Forum de la Ceinture et de la Route à Pékin et a déclaré qu’il n’avait jamais souhaité nuire aux relations avec Moscou. Même si les médias occidentaux ont exprimé leur indignation, l’opinion sous-jacente est qu’au moins en privé, plusieurs pays de la zone euro expriment désormais des doutes, sans parler des coûts croissants du soutien à l’Ukraine.

    D’autres commenceront sans doute à exprimer publiquement des réserves quant aux coûts croissants du soutien à l’Ukraine alors que, dans le même temps, leurs économies flirtent à la fois avec la récession et l’inflation. Les Européens s’appauvrissent à la vitesse de l’éclair. Mais malgré cela, les responsables européens à Bruxelles et ailleurs ont continué leurs déclarations quelque peu belliqueuses adressées à la Russie, présentant leur défaite comme une victoire.

    Les pays qui ont le plus réussi à cet égard ont été le Royaume-Uni et l’Allemagne, qui connaissent tous deux des difficultés économiques dues à l’abandon du pétrole et du gaz russes. Aujourd’hui, les ressources énergétiques coûtent beaucoup plus cher aux pays européens qu’auparavant. Pour cette raison, la vie dans les principaux pays occidentaux est devenue sensiblement plus chère, les petites entreprises ont été contraintes de fermer leurs portes, tandis que les multinationales industrielles ont même changé de juridiction et ont délocalisé leurs usines de fabrication, privant également leur trésorerie de recettes fiscales.

    Volkswagen, par exemple, a annulé la construction d’une usine de batteries en Europe de l’Est afin de se concentrer sur la construction d’une usine similaire au Canada, dernier exemple en date d’entreprises européennes délocalisant leur production en Amérique du Nord pour profiter de milliards de dollars de subventions et de prêts verts du gouvernement.

    La situation aurait pu être encore pire si les sanctions avaient été strictement respectées par ceux qui les ont imposées. Le Canada, par exemple, a adopté une position très ferme contre la Russie, mais il utilise pleinement les marchandises sanctionnées en provenance de Russie depuis 18 mois. Des permis officiels pour contourner les sanctions que le Canada lui-même a imposées contre la Russie ont été délivrés aux entreprises par le ministère des Affaires étrangères, comme l’a révélé le respecté quotidien francophone Le Devoir.

    Des entreprises canadiennes ont conclu des accords avec des entreprises russes pour près de 50 millions de dollars américains pour l’achat de ressources énergétiques russes, de matériaux de construction, de produits de luxe et la vente de biens à double usage à la Russie. Le ministère canadien des Affaires étrangères, chargé de délivrer les certificats temporaires d’exportation et d’importation, a reconnu que des permis pour l’achat de marchandises russes avaient été délivrés, mais a refusé de nommer le nombre de documents délivrés ni leurs destinataires.

    Les révélations du Devoir ont fait l’effet d’une bombe au Parlement canadien, le représentant du Bloc québécois, Stéphane Bergeron, affirmant que le contournement des sanctions anti-russes devient désormais la norme.

    Andrei Bunich, président de l’Union des entrepreneurs de Russie, ne considère pas le comportement d’Ottawa concernant les interdictions anti-russes comme inattendu. Selon lui, Washington se comporte de la même manière : une unité spéciale a été créée au sein du ministère américain des Finances, dont les spécialistes élaborent des plans pour contourner les sanctions afin de ne pas nuire par inadvertance à leur propre économie, mais aussi pour conseiller les entreprises sur la manière de agir dans la situation actuelle et trouver des partenaires intéressés pour vendre à la Russie dans des pays tiers.

    Business Insider, citant une étude financière de la banque d’investissement suisse UBS, affirme que les États-Unis, le Canada et l’Europe se sont appauvris de 10,9 billions de dollars au cours de la dernière année et demie, tandis que la Russie a ajouté 600 milliards de dollars à sa richesse. Les pertes les plus importantes se sont élevées à 5 900 milliards de dollars et ont été subies par les États-Unis.

    Cela a un effet d’entraînement en Europe. La publication The Hill, basée à Washington, écrit qu’un défaut de paiement de l’Italie est plus que probable. Si une crise de la dette souveraine éclatait en Italie, elle aurait de graves conséquences pour l’Europe, les États-Unis et les marchés financiers mondiaux. La Banque mondiale s’inquiète également des indicateurs de dette publique problématiques pour l’économie du pays.

    Les sanctions économiques, l’isolement politique et la défaite militaire de la Russie ont tous échoué. Mais à quel prix pour l’UE et les États-Unis ? Et que se passera-t-il ensuite ?

    La situation financière de l’Italie, selon l’économiste allemand Henrik Müller, est la plus dramatique de tous les pays européens. Elle se caractérise par des taux d’intérêt inabordables et un manque de croissance économique. La stagnation économique, qui dure depuis de nombreuses années, est aggravée par la crise démographique et la réduction de la part de la population en âge de travailler.

    Même si les choses vont mal pour leurs partenaires européens, les Etats-Unis font toujours preuve de fermeté dans leurs exigences, continuent de menacer les autres pays si les sanctions sont contournées, continuent d’emprunter de l’argent (le président Biden vient de demander 100 milliards de dollars au Congrès) à dépenser pour l’Ukraine, tout en profitant apparemment des entreprises européennes et en profitant à leurs dépens.

    Alors que les tentatives d’assouplissement des relations entre l’Europe et la Russie sont durement critiquées, les entreprises européennes reviennent peu à peu en Russie. A Saint-Pétersbourg et à Moscou, par exemple, de nouvelles boutiques italiennes haut de gamme ont récemment ouvert leurs portes. Et même si l’Occident continue de crier à un exode massif des entreprises étrangères hors de Russie, en réalité seulement 8,5 % des entreprises étrangères, principalement américaines et japonaises, ont quitté la Russie, tandis que parmi celles-ci, la quasi-totalité se réserve le droit d’y revenir.

    Les autres ont choisi de rester, certains changeant de nom ou adoptant une marque différente spécialement pour le marché russe, tout en continuant à vendre les mêmes produits.

    Il devient évident que le Kremlin a clairement fait savoir au monde qu’il n’avait pas peur des sanctions occidentales. La réalité a montré qu’il est impossible d’isoler une économie comme celle de la Russie sans conséquences importantes pour ceux qui appliquent les sanctions, et que les grandes économies comme la Russie sont devenues trop profondément mêlées au commerce mondial pour créer des restrictions durables.

    L’Occident a été incapable d’affaiblir économiquement, d’isoler politiquement ou d’infliger une défaite militaire à la Russie. Il s’ensuit que le temps de la rhétorique occidentale est révolu. La recherche d’autres solutions est à l’ordre du jour, ce qui signifie qu’au lieu de menaces, les opposants de la Russie devraient commencer à dialoguer avec Moscou par le biais d’une diplomatie civilisée.

    Par Yuri Alekseev sur Stoletie  (en russe) et Russia Briefing (en anglais)

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ! Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *