L’Ukraine ratisse les mercenaires du monde entier, le Sri Lanka dit non


  • FrançaisFrançais

  • Le ministre des Affaires étrangères du Sri Lanka a révélé que son pays avait identifié et arrêté des agents qui recrutaient des ex-militaires pour les envoyer combattre en Ukraine. Les pays pauvres étant de bons fournisseurs pour le hachoir à viande.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram


    Le gouvernement sri-lankais a été contraint de prendre des mesures importantes pour empêcher les efforts généralisés des acteurs occidentaux de recruter ses citoyens dans des groupes mercenaires opérant en Ukraine, selon une déclaration du ministre des Affaires étrangères Ali Sabry publiée le 9 décembre.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Le ministre a précisé que les agences de sécurité sri-lankaises avaient déjà identifié des agents recrutant des mercenaires potentiels pour rejoindre l’effort de guerre ukrainien. Ceci fait suite à un rapport indiquant que trois anciens soldats sri-lankais, dont un ancien officier des forces spéciales, ont été tués le 4 décembre près de la ville de Bakhmut, que les forces ukrainiennes et alliées ont déployé des efforts considérables pour capturer depuis qu’elles l’ont perdue en mai après une bataille de 10 mois.

    Alors que les agences occidentales ont fouillé les marchés noirs du tiers monde à la recherche d’armements pour l’Ukraine depuis peu après l’escalade du conflit dans le pays début 2022, de nombreux pays pauvres ont également été un terrain fertile pour le recrutement d’anciens militaires et paramilitaires au service d’organisations contractuelles combattant les forces russes.

    L’Amérique du Sud en particulier aurait connu des efforts particulièrement larges et réussis pour recruter du personnel pour l’effort de guerre, notamment le Brésil et la Colombie. Cette dernière a fourni des combattants mercenaires à plusieurs efforts de guerre au cours des dernières décennies du côté des intérêts occidentaux, les mercenaires colombiens jouant un rôle très important dans la guerre civile au Yémen aux côtés des unités navales et des forces spéciales de la France et des États-Unis.

    D’anciens insurgés de Syrie, résidant pour beaucoup en Turquie ou dans le gouvernorat d’Idlib contrôlé par la Turquie dans le nord de la Syrie, ont également été recrutés en grand nombre selon de multiples rapports. Les contractants de la plupart du monde occidental ont également joué un rôle central dans l’effort de guerre dès le début, avec un nombre de personnel en provenance de Pologne seul estimé à plus de 10 000, et selon certaines sources beaucoup plus.

    Le besoin de personnel étranger a augmenté alors que les forces ukrainiennes sont broyés dans les différents hachoirs à viande, notamment depuis le déclenchement d’une offensive de plusieurs mois ratée contre les forces russes en juin. L’espérance de vie sur les lignes de front dans les zones de conflit les plus intenses a parfois été aussi basse que quatre heures pour le personnel ukrainien, les officiers locaux rapportant des taux de mortalité de 80 à 90 % parmi les unités envoyées sur les lignes de front.

    Parallèlement au recrutement de combattants étrangers, il y a également eu des appels croissants de la part des États européens pour appliquer une politique plus sévère sur l’envoi des hommes en âge de service militaire en Ukraine. Le gouvernement ukrainien a lui-même répondu au problème en augmentant l’âge maximum pour la conscription masculine pour inclure les personnes âgées, et à partir de septembre en créant de nouvelles exigences de conscription pour les femmes.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *