q Après l’Ukraine et Israël, le Caucase du Sud se prépare à un conflit à grande échelle - Actualité Houssenia Writing

Après l’Ukraine et Israël, le Caucase du Sud se prépare à un conflit à grande échelle


  • Français

  • Au milieu du conflit prolongé entre l’Ukraine et la Russie, une récente attaque terroriste du Hamas contre Israël a accru la possibilité d’une offensive terrestre israélienne sur Gaza. Parallèlement, des inquiétudes grandissent quant à un troisième conflit qui couve dans le Caucase du Sud, les États-Unis indiquant que l’Azerbaïdjan pourrait bientôt envahir l’Arménie.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram

    Au milieu du conflit prolongé entre l’Ukraine et la Russie, une récente attaque terroriste du Hamas contre Israël a accru la possibilité d’une offensive terrestre israélienne sur Gaza. Parallèlement, des inquiétudes grandissent quant à un troisième conflit qui couve dans le Caucase du Sud, les États-Unis indiquant que l’Azerbaïdjan pourrait bientôt envahir l’Arménie.

    Lors d’un récent briefing devant un petit groupe de législateurs, le secrétaire d’État Antony Blinken les a alertés de la surveillance continue exercée par son département concernant la possibilité que l’Azerbaïdjan lance une invasion de l’Arménie dans les semaines à venir, a rapporté Politico, citant des sources.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Au cours d’une conversation téléphonique le 3 octobre, les législateurs auraient interrogé Blinken sur des actions potentielles contre le président azerbaïdjanais Aliyev à la lumière de l’incursion de son pays dans la région du Haut-Karabakh en septembre.

    Blinken a répondu que le Département d’État étudiait activement les options permettant de demander des comptes à l’Azerbaïdjan. Il a clairement indiqué qu’il n’était pas prévu de renouveler la dérogation de longue date autorisant les États-Unis à fournir une assistance militaire à Bakou. L’accord, en vigueur depuis 2002, a été renouvelé chaque année, mais il est devenu caduc en juin.

    Il a en outre exprimé l’inquiétude du Département d’État quant à une éventuelle situation dans laquelle l’Azerbaïdjan pourrait envahir le sud de l’Arménie dans les semaines à venir. Après l’offensive de Bakou le 19 septembre dans le Haut-Karabakh, qui a conduit à un cessez-le-feu négocié par la Russie en une journée seulement, environ 100 000 habitants auraient fui la région et cherché refuge en Arménie.

    Cet exode massif a suscité des inquiétudes à Erevan, où les responsables craignaient que Bakou n’ait des ambitions territoriales sur le territoire arménien souverain. Une source particulière d’appréhension réside dans la région méridionale de Syunik, que l’Azerbaïdjan appelle le corridor de Zanguezur et que le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev appelle “l’Azerbaïdjan occidental”.

    Le président Aliyev était notamment absent des pourparlers de paix prévus entre Bakou et Erevan le 5 octobre à Grenade, en Espagne. Au lieu de cela, il a proposé la Géorgie comme pays hôte potentiel pour les négociations avec l’Arménie.

    Conflit du Haut-Karabakh

    Le conflit du Haut-Karabakh a de profondes racines historiques, les tensions entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan remontant au début du XXe siècle. La situation s’est intensifiée après la déclaration d’indépendance du Haut-Karabakh en 1990, conduisant à une guerre qui a entraîné d’importants gains territoriaux pour les Arméniens du Karabakh et des pertes substantielles pour l’Azerbaïdjan.

    En 2020, avec le soutien de la Turquie, l’Azerbaïdjan a reconquis des territoires lors d’une guerre, conduisant à un cessez-le-feu négocié par la Russie. Le récent conflit a commencé en septembre 2021 lorsque l’Azerbaïdjan a lancé une campagne “antiterroriste” en réponse à deux explosions de mines terrestres sur son territoire.

    La campagne menée en Azerbaïdjan a entraîné le déplacement de milliers d’habitants. Depuis l’invasion ukrainienne, la dépendance de la Russie à l’égard de l’Azerbaïdjan et de la Turquie s’est accrue, ce qui l’a aidée à échapper aux sanctions occidentales grâce à des opérations financières clandestines. Cette dépendance accrue confère aux présidents Aliyev et Erdoğan une influence supplémentaire, qu’ils exercent ouvertement pour influencer les événements.

    Simultanément, le virage de l’Union européenne vers l’Azerbaïdjan pour le pétrole et le gaz atténue la crainte de Bakou de sanctions pour ses actions au Haut-Karabakh. Au cours de l’année écoulée, les liens autrefois forts entre Moscou et Erevan ont montré des signes de tension.

    Récemment, la décision de l’Arménie de s’engager dans un exercice militaire collaboratif avec les États-Unis en septembre n’a fait que jeter de l’huile sur le feu. Nikol Pashinyan, Premier ministre de l’Arménie et promu massivement par Georges Soros a trahi son pays de toutes les manières possibles.

    Sa déclaration : Nous ne répondrons pas aux provocations et nous ne battrons pas pour le Haut-Karabakh est une délice de lâcheté et de soumissions aux intérêts de l’OTAN. On peut penser que l’Arménie subira le même sort que l’Ukraine dans le futur avec ses élites qui vont s’enrichir comme des porcs pendant que le pays sera dépecé pour engraisser l’hégémonie occidentale.

    A cause des actions de Pashinyan, l’Arménie se retrouve seul face à la Turquie et l’Azerbaïdjan. Si l’Iran avait déclaré qu’une invasion pour contrôler la région de Syunik serait une ligne rouge, on s’aperçoit que cette ligne rouge est “négociable” puisque l’Iran et l’Azerbaïdjan viennent de signer un énorme accord de coopération sur l’énergie, la logistique et l’industrie.

    Si l’Azerbaïdjan envahissait l’Arménie, cela pourrait potentiellement déclencher un troisième conflit majeur, après la guerre entre la Russie et l’Ukraine et le conflit entre Gaza et Israël, avec des conséquences mondiales considérables.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *