Chine : La bataille d’influence pour les îles du Pacifique


  • FrançaisFrançais

  • La Chine et l’Occident se sont lancés dans une grande bataille d’influence sur les îles du Pacifique et pour le moment, le dragon l’a remporté de plusieurs points.


    La Chine et l'Occident se sont lancés dans une grande bataille d'influence sur les îles du Pacifique et pour le moment, le dragon l'a remporté de plusieurs points.
    La province de Guadalcanal dans les îles Salomon où on voit encore une épave d'un navire japonais de guerre datant de la Seconde Guerre mondiale.

    Ne soyez pas trop anxieux et ne soyez pas trop nerveux. C’est par ces mots que Wang Yi, le ministre des affaires étrangères chinois a terminé sa visite aux Fiji pendant une réunion avec les principaux dirigeants des îles du Pacifique. Depuis plusieurs mois, la bataille d’influence entre l’Occident et la Chine fait rage dans cette zone du pacifique et les petits états qui le composent se voient pris en sandwich par ces deux blocs gigantesques.

    Déjà, la première salve a été lancé par la Chine en signant un accord de sécurité avec les îles Salomon. Cet accord impliquait qu’à la demande d’Honiara, la Chine pouvait intervenir pour « rétablir l’ordre ». Même si les occidentaux ont hurlé comme des chiens, il faut rappeler que cet accord fait suite à un saccage en règle du quartier chinois à Honiara par des manifestants qui étaient commandités vraisemblablement par l’Australie.

    Mais cette fois, la Chine arrive avec une nouvelle salve. Les îles Pacifique incluent les Etats de Samoa, de Tonga, de Kiribati, de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, de Vanuatu et des îles Salomon. Et Wang Yu a fait une tournée dans chacune de ces îles avec deux documents sous le bras, le premier s’intitule China-Pacific Islands Countries Common Development Vision et le second est le China-Pacific Island Countries Five Year Plan on Common Development.

    La Chine et l'Occident se sont lancés dans une grande bataille d'influence sur les îles du Pacifique et pour le moment, le dragon l'a remporté de plusieurs points.

    Avec cet accord, la Chine veut former un seul bloc avec ces 6 îles. D’une part, cela permet d’avoir une plus grande influence dans leur région, mais cela permet aussi d’homogénéiser les accords commerciaux avec la Chine. Le dragon a l’habitude de former ce genre de bloc dans de nombreuses parties dispersées du monde que ce soit dans les Caraïbes ou l’Océan Indien. Les chinois adorent ce genre de bloc, car cela ouvre la voie à un accord de libre-échange par la suite.

    Du coté de ces îles, l’accueil de cet accord est allé du chaud au mitigé. Et quand Wang a annoncé l’accord, les Occidentaux ont toute de suite hurlé de nouveau en disant que c’est un projet de restriction navale proche du pays de Kangourou. Et c’est là le gros problème de l’Occident, il pense toujours en termes de blocs de la Seconde guerre mondiale ou de la Guerre froide alors que le monde a beaucoup changé en 60 ans.

    A la base, l’accord incluait la coopération sur 5 secteurs, à savoir, la reprise économique post-covid, le développement agricole, la préparation aux catastrophes naturelles, des investissements dans les infrastructures et la sécurité. C’est ce dernier qui inquiétait le plus les Occidentaux qui voyaient déjà des bases militaires chinoises dans chacune des îles. Après sa tournée, la sécurité a été abandonné par la Chine pour se concentrer sur le commerce et les aspects économiques.

    Même si les Occidentaux ont poussé un cri de victoire, c’est un cri dans le vide, car la sécurité et l’aspect militaire est le dernier souci des chinois dans leur initiative pour se rapprocher des îles du Pacifique. C’est le commerce qui les intéresse et ils ont eu gain de cause. C’est comme si dans un match, au lieu de perdre 5 à 0, vous faites 4 à 1, eh ben, vous n’avez aucune raison de crier victoire et pourtant, c’est ce qu’on fait les occidentaux.

    En plus de trouver de nouveaux débouchés commerciaux avec ces îles, la Chine compte aussi sur les ressources de la pêche. Si on combine ces 6 îles ensemble, alors elles possèdent une zone maritime de 30 millions de kilomètre carré, soit 20 % de l’Océan Pacifique. Cette zone gigantesque est remplie de toutes les poiscailles imaginables, notamment des espèces de thon très recherchés en Europe et en Asie. Cela signifie qu’avec quelques accords de pêche, la Chine pourra exploiter ces ressources halieutiques.

    C’est sûr qu’avec la consommation colossale de poiscaille par les chinois, on risque d’avoir une surpêche, mais le souci encore une fois, est que les Occidentaux n’ont pas de leçon à donner dans ce domaine. Les Américains ont littéralement vidé l’Atlantique pour leur consommation et les Européens ont fait de même pour la Méditerranée (d’où la mise en place des quotas).

    En fait, les Occidentaux vont accuser la Chine de vider les océans, mais en fait, c’est de l’hypocrisie pure et simple. Car ils veulent ces océans pour leur gueule après avoir épuisé leurs propres zones maritimes. Donc, cette tournée chinoise dans les îles Pacifique est une victoire même si Pékin a dû faire quelques concessions sur la sécurité.

    Et on se retrouve avec le même problème qu’on a eu avec les îles Salomon. Les chinois jouent au jeu de Go tandis que les Occidentaux jouent aux échecs. Dans le jeu de Go, chaque pièce a la même valeur et ainsi, Vanuatu est aussi important que le Pakistan pour la Chine. De plus, si vous n’êtes que dans la réaction dans le jeu de Go, alors vous avez déjà perdu !

    Et l’Australie et les USA ne sont que dans la réaction. Ainsi, Penny Wong est la ministère des affaires étrangères dans le nouveau gouvernement Australien et la première chose qu’elle a fait est d’envoyer un message aux îles du Pacifique en disant que nous sommes vos « vrais partenaires » dans le Pacifique, qu’il ne faut pas se laisser avoir par les sirènes chinoises… et que c’est désormais un nouveau gouvernement qui est en place en Australie.

    Et c’est cette dernière phrase qui résume le problème de l’Occident. En géopolitique, la stratégie doit s’étaler sur 20 ou 30 ans et non selon chaque mandat du gouvernement qui va changer constamment de politique. La Chine n’a pas ce problème, car avec son Parti unique, il peut avoir la même vision sur 40 ans. De plus, les Occidentaux sont dans une logique militariste et ne comprennent pas du tout que la Chine ne représente pas une menace militaire, mais commerciale. La dernière guerre menée par la Chine était en 1979 avec le conflit contre le Vietnam…

    L’Australie ou la Nouvelle-Zélande ne font rien pour contrer la Chine sur le plan commercial. Mais en revanche, l’Australie va dépenser 160 milliards de dollars pour construire des navires de guerre dans le cadre de l’alliance AUKUS. C’est comme si vous achetiez un équipement de football américain alors que vous devez gagner une compétition de natation. La stratégie de bloc de la Chine est aussi plus efficace que les accords bilatéraux de l’Australie avec chacun des pays sur les îles Pacifique.

    L’Occident doit comprendre qu’elle doit jouer au jeu de Go avec la Chine, sinon, elle essuiera défaite après défaite.

    Soutenez-moi sur Patreon

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *